Réussir sa formation en ligne grâce au développement personnel

Réussir sa formation en ligne grâce au développement personnel

article invité choisir-sa-formation Florence

Vous avez décidé de vous lancer dans une nouvelle formation ? Félicitations ! Il est toujours bon d’apprendre de nouvelles choses. De plus, l’enseignement n’a jamais été aussi simple d’accès depuis l’apparition du e-learning. Pourtant, se former sur la toile peut s’avérer compliqué lorsque l’on est quelqu’un de stressé ou que l’on manque de confiance en soi. Mais si je vous disais que le développement personnel peut vous aider ? Qu’il est possible de réussir sa formation en ligne en intégrant quelques astuces simples dans son quotidien ? De la création d’un plan de développement personnel à la pratique de la gratitude, je vous explique tout. De quoi réveiller votre âme de winner !

réussir sa formation grâce au développement personnel

Créer un plan de développement personnel pour visualiser son évolution dans son apprentissage

Édifier une vision personnalisée de sa formation

Une formation en ligne, aussi qualitative soit-elle, est créée pour répondre au plus grand nombre. Or nous n’avons pas tous le même niveau de compétences de départ ni le même temps à consacrer à notre apprentissage. Nous avançons tous de manière différente, d’où l’importance de se créer un plan de développement personnel propre. Quelles sont vos attentes ? Quel est votre objectif final ? Combien de temps pouvez-vous consacrer à apprendre ? Autant de questions que vous devez vous poser avant de commencer. N’oubliez pas que vous êtes unique, votre objectif aussi.

Réaliser un objectif SMART

Pour vous aider à réaliser votre objectif, ce petit mot facile à retenir sera un allié de choix pour construire le but qui vous correspond le mieux. Voici comment :

  • S pourspécifique : évidemment votre cible doit se rapporter à votre formation… ;
  • M pour mesurable : votre but doit être atteint dans un temps imparti ;
  • A pour atteignable, ambitieux et acceptable : choisissez un objectif pas trop simple, mais motivant ;
  • R pour réaliste : attention à ne pas viser trop haut au risque de vous décourager ;
  • T pour temps : définissez un délai précis.

N’oubliez-pas, plus vous serez clair et juste sur la définition de votre objectif, plus le chemin sera simple dans votre esprit. Le but est de visualiser son rêve en le rendant possible.

Commencer un journal de bord motivant et stimulant

Les intérêts de tenir un carnet de bord sont multiples. Écrire permet de se libérer l’esprit, d’évacuer ses doutes ou de diminuer son stress. Mais noter chaque jour ses victoires, ses échecs ou tout simplement ses avancées aide aussi à visualiser sa progression. Je vous conseille même de relire de temps à autre votre journal pour booster votre motivation. Un journal de bord est comme un fil rouge qui relie votre situation de départ à votre rêve. Rien de plus stimulant que de se rendre compte de tout le chemin déjà traversé. Voir son objectif se rapprocher pour finir pas se réaliser.

Savoir lâcher prise pour retrouver toute sa concentration pendant son e-learning

S’initier à la méditation ou à la relaxation

Vous en avez déjà entendu parler mais vous vous êtes toujours dit “ce n’est pas pour moi !”. Pourtant ces deux pratiques sont excellentes pour améliorer sa concentration. Avouez que c’est quand même un très bon argument ! Un e-learning nécessite d’être pleinement concentré. Ces deux pratiques relaxantes diminuent le stress et l’anxiété en vous aidant à vous recentrer. La méditation et la relaxation sont également excellentes pour développer la confiance en soi. En ancrant votre esprit dans le présent, vous éloignez naturellement les pensées négatives. Utiliser ces techniques vous permettra de suivre votre formation dans les meilleures conditions.

Ne pas oublier de vivre pendant son apprentissage

Lorsque l’on s’embarque dans un nouveau projet, il est tentant de s’y consacrer corps et âme. De vouloir y passer ses week-ends et toutes ses soirées. Je suis au regret de vous dire que c’est un choix contre-productif. Ça peut fonctionner un temps, je ne dis pas le contraire. Mais sur le long terme vous avez beaucoup à perdre. Pour être plus efficace, il est important de s’accorder des moments de repos. Autorisez-vous à décompresser avec des amis lors d’un repas. Permettez-vous un bon film au cinéma. Ces instants de loisir vous aideront à prendre un peu de distance pour revenir plus concentré et productif.

Pratiquer le sport pour se vider la tête

Comme les autres points, le sport est un allié de choix pour arriver au bout de votre apprentissage. En effet, se dépenser permet de libérer toutes les tensions et d’évacuer le stress. On note aussi qu’en pratiquant le sport, notre corps produit les fameuses hormones du bonheur. Et quel super avantage que de reprendre le cours de sa formation détendu et apaisé. Nul besoin de vous rajouter un projet supplémentaire de marathon dans l’année. Mais vous pouvez simplement décider de faire plus régulièrement une balade à vélo. Mieux encore, une petite heure de zumba ou d’aquagym par semaine fera très bien le job.

Pratiquer la gratitude pour booster sa motivation et réussir sa formation en ligne

Remercier favorise les émotions positives

La gratitude peut paraître un peu barbare comme concept au premier abord. On croirait une nouvelle pratique venue d’un monastère bouddhiste du fin fond du Népal. Mais en fait, la gratitude est tout simplement le fait de voir la vie du bon côté. Être reconnaissant pour ce que l’on possède. Lorsque l’on se concentre sur la chance que l’on a d’avoir un toit au-dessus de la tête, une bonne santé ou encore d’avoir rencontré une personne particulière. On force notre esprit à regarder positivement ce qui nous entoure.

Le positivisme rend moins envieux

Être dans le positif permet de réaliser à quel point on peut être chanceux sans s’en rendre compte. C’est le principe du verre à moitié plein (et surtout pas à moitié vide…). Canaliser ses pensées sur des éléments positifs de nos vies permet de moins jalouser celle des autres. Est-il vraiment plus heureux que moi ? Avec un état d’esprit tourné vers la gratitude pendant votre formation, vous éviterez de tomber dans le piège de la comparaison. Vous resterez concentré sur votre propre réussite.

La gratitude réduit le stress et l’anxiété

Rien de pire que de subir les assauts du stress quand on tente d’obtenir un diplôme ou une certification. Toutes vos pensées négatives, comme un poison, nourriront votre anxiété, apportant avec elles la peur de l’échec et le découragement. La gratitude a ce fabuleux pouvoir positif qui vous permettra de reprendre le contrôle de vos émotions en modifiant votre perception des choses. Vous garderez confiance en vous tout au long de votre formation.

Voilà vous avez toutes les cartes en main pour réussir votre formation en ligne grâce au développement personnel. Vous voici armé et surmotivé pour tout déchirer ! Si vous suivez votre plan de développement personnel en prenant le recul bénéfique à votre bien-être, il n’y a aucune raison que vous ne réussissiez pas votre e-learning. Et n’oubliez pas, prendre la vie du bon côté c’est le secret des gens heureux…

Un grand merci à Florence pour son article invité ! Et merci à vous de l’avoir lu.

Vous aimerez aussi :
Formation en ligne : 7 conseils essentiels pour bien s’organiser
Comment cumuler une formation à distance avec son emploi ?
Formation en ligne et maman : un challenge réalisable

Débuter dans l’entrepreneuriat : les 3 plus grandes peurs

Débuter dans l’entrepreneuriat : les 3 plus grandes peurs

Se lancer dans l’entrepreneuriat : voici les 3 peurs qui nous hantent

article invité de Camille pour choisir sa formation

Vous voulez démarrer une activité à votre compte, mais vous hésitez, vous doutez, vous faites des crises d’angoisse à cette idée ? Eh bien, sachez que c’est normal ! Créer un business fait facilement paniquer, et ce, quel que soit le secteur que tu choisis. Nous allons voir ensemble les 3 plus grandes peurs, qui font surface, quand on débute dans l’entrepreneuriat.

se lancer dans l'entrepreneuriat

1. La peur de manquer d’argent

Pourquoi cette peur vous paralyse ?

L’une des premières peurs que l’on peut ressentir lorsqu’on décide de se lancer dans l’entrepreneuriat, c’est celle de manquer d’argent.

Le régime salarial apporte une vraie sécurité à ce niveau-là, car nous savons d’avance ce que nous aurons sur notre compte bancaire à la fin du mois.

Lorsque vous êtes entrepreneur, vos revenus dépendent totalement de vous, du travail que vous allez fournir, et des clients que vous aurez. Vous ne savez jamais vraiment quel montant vous pourrez vous verser à la fin du mois, et cette situation peut créer chez certains une anxiété quotidienne.

Mais cette peur cache, en réalité, des angoisses bien plus profondes comme : ne pas trouver de clients, ne pas avoir de contrats réguliers, ne pas réussir, être jugé, ou encore regretter d’avoir quitté la sécurité financière du salariat.

Que faire pour mieux la vivre ?

Pour mieux vivre votre début d’activité, voici ce que vous pouvez faire en amont :

  • Construisez un business plan si c’est nécessaire. Vous trouverez des outils gratuits en ligne pour vous aider à le réaliser.
  • Faites vos comptes, et calculez le montant approximatif de toutes vos charges mensuelles à payer.
  • Gardez un emploi à temps partiel en parallèle. Avec cette solution, vous serez sûr d’avoir un minimum de paie à la fin du mois.

Attention de ne pas vous comparer aux autres. En effet, depuis quelque temps, de plus en plus d’entrepreneurs postent des bilans financiers sur les réseaux sociaux.

Sachez qu’il n’y a pas de seuil précis à atteindre pour prétendre vivre correctement, et bien gagner sa vie.

Ces notions sont propres à chacun. Nous avons tous des attentes, des envies et des besoins différents. Quand l’un se contentera de 1 500 euros dans son portefeuille, un autre aura plutôt besoin de 5 000 euros.

Il est important de faire les choses en fonction de vous.

En devenant indépendant, vous apprendrez à aborder ce sujet autrement, votre vision et votre rapport à l’argent changeront au fur et à mesure que vous évoluerez. Pour ceux qui sont vraiment inquiets et qui désirent se faire accompagner, des coachs en ont fait leur spécialité. Grâce à eux, vous manifesterez une toute nouvelle énergie, vous prendrez confiance en vous, et vous verrez votre business décoller.

2. La peur de se vendre

Prendre confiance en soi et se sentir légitime

Bien souvent, la vente est associée à quelque chose de mauvais. Mais ce n’est pas du tout le cas. Lorsque l’on débute, nous manquons de confiance en nous. On se dit que l’on ne sait pas vendre, que l’on n’en est pas capable, ou encore, que l’on n’est pas légitime. Ne laissez pas toutes ces croyances limitantes décider pour vous, et prenez le dessus.

Posez-vous la question suivante : si vous n’aviez pas peur de vendre, que feriez-vous ? Je pense que vous voudriez échanger de façon totalement naturelle avec votre potentiel client, sans le forcer, et sans lui mentir sur vos produits ou prestations.

Être authentique est la clé de la vente. Soyez toujours honnête et aligné avec vos valeurs. Vous n’avez rien à prouver, vous n’êtes pas supérieur ou inférieur à la personne en face de vous. C’est une relation d’égal à égal, alors soyez vous-même !

Ne passez pas des heures sur Internet, à chercher la meilleure manière pour réussir à vendre, créez votre propre méthode ! Ce que font les autres ne vous correspondra pas forcément, et ne fonctionnera pas pour vous.

Votre intention première doit être d’aider, de répondre à une demande et d’apporter à vos clients ce dont ils ont besoin.

Comment gérer les refus ?

Dans la peur de vendre, une autre appréhension entre généralement en compte : les objections. Voici des exemples :

  • « C’est trop cher ! »
  • « Je n’ai pas le temps ! »
  • « Cela ne m’intéresse pas ! »

Ne vous alarmez pas ! Vous devez accepter les refus, c’est totalement OK ! Ce n’est pas une mauvaise chose, au contraire cela montre que vous osez et que vous agissez. Il y a une théorie très simple qui est que : plus vous aurez de “non”, plus vous aurez d’opportunités d’obtenir un “oui”.

Cela ne remet absolument pas en cause votre travail, ni qui vous êtes. Dites-vous juste que ce n’était pas le bon moment pour lui, que cela ne correspond pas à ses besoins actuels, ou que vous ne partagez pas les mêmes valeurs.

Osez passer à l’action et ne vous laissez pas emporter dans un cercle vicieux. En effet, si vous avez peur de vendre, vous n’aurez pas de clients, vous n’aurez pas d’argent, vous n’aurez pas le moral, et du coup plus aucune motivation à essayer d’avancer.

3. La peur de la concurrence

Vos concurrents sont vos meilleurs alliés

La troisième plus grande peur que l’on a lorsque l’on débute, c’est la concurrence. Tout comme la vente, elle est très souvent assimilée à du négatif.

Bonne nouvelle, la concurrence est une chose positive ! S’il y a du monde qui se positionne sur le même marché, cela signifie qu’il est porteur.

Vos concurrents ne sont pas des adversaires, vous n’êtes pas dans une compétition.

Au contraire, ils peuvent devenir vos meilleurs alliés, et donner vie à de belles collaborations. Ils peuvent vous recommander s’ils ne peuvent plus accepter de nouveaux contrats, s’ils ont besoin d’un remplacement temporaire, ou s’ils décident de changer de domaine. Cela peut être bénéfique pour vous.

Comment ne surtout pas agir face à la concurrence ?

Certains pensent même qu’en faisant une mauvaise publicité à l’un d’eux, en public sur les réseaux sociaux, cela leur permettra de gagner la confiance de leurs abonnés et attirera plus de contacts. C’est faux ! Agir ainsi ne vous apportera rien de bon, et encore moins de nouveaux clients. Qui a envie de travailler avec un professionnel qui se permet de juger le travail des autres ?

Au lieu de vous comparer, ou de les dénigrer en regardant leur travail et leur évolution, inspirez-vous d’eux. Demandez-vous ce que vous pourriez mettre en place de différent, ce que vous pourriez apporter de plus à vos prospects.

Analysez les demandes et les besoins de votre client idéal pour progresser et évoluer afin de vous démarquer.

Les différents types de concurrence

Dans votre business, vous rencontrerez deux types de concurrents :

  • Les concurrents directs : vous avez exactement la même niche, et ils proposent des prestations ou produits identiques.
  • Les concurrents indirects : vous faites le même métier, mais ils l’abordent d’une façon différente, et n’ont pas le même persona.

La concurrence n’est pas à craindre, car les gens achètent pour vous !

Le personal branding est une chose essentielle à mettre en avant dans votre stratégie de marketing. Vous êtes unique, vous avez votre personnalité, votre identité visuelle, vos valeurs, votre message, etc.

Soyez simplement naturel dans votre communication. Vos offres correspondront ainsi à des personnes qui se sentent connectées à vous, et qui se reconnaissent dans les valeurs que vous véhiculez.

N’attendez pas de ne plus avoir d’angoisses pour vous lancer, sinon vous ne le ferez jamais. Rejoignez cette belle, et folle, aventure qu’est l’entrepreneuriat, et vous verrez que vous n’aurez aucun regret ! Alors, prêts à surmonter ces 3 plus grandes peurs ?

Article rédigé par Camille. Retrouvez-la sur LinkedIn et Instagram.

Avis sur la Formation La Bonne Graine par Chloé et Caroline

Avis sur la Formation La Bonne Graine par Chloé et Caroline

On est ravie de vous retrouver avec une nouvelle interview ! Ça faisait longtemps. Dans ce nouvel épisode, on accueille Chloé et Caroline qui viennent nous parler de leur formation « La bonne Graine », conçue pour créer son identité visuelle et son site sur WordPress. On discute en détail de leur offre, les différentes options, ce qu’elle vous apporte, ce que vous trouverez (ou ne trouverez pas) dedans. Bref, de quoi vous faire un bon avis sur la formation La bonne Graine.

Créer son site sur WordPress avec Chloé et Caroline

Imaginer et construire un site, de A à Z, sur WordPress, c’est pas de la tarte. Ce n’est pas nous qui allons dire le contraire.

Chloé est graphiste, Caroline est webdesigner. Ensemble, elles ont fait le pari de joindre leurs compétences pour proposer une solution complète, accessible à tous les budget, en vous donnant toutes les clés et l’autonomie dont vous avez besoin pour faire naître votre site web. Elles ont sorti leur formation La bonne Graine.

Sachant très bien que nous pouvons manquer de budget quand on se lance, elles ont pensé la formation en différentes formules, avec plus ou moins d’accompagnement en coaching individuel, afin qu’elle reste accessible au plus grand nombre. Pari réussi !

Notre avis sur la formation La Bonne Graine de Caroline et Chloé

Elles proposent un programme de qualité, pour un budget plus que raisonnable ! Bravo pour ça.

Louise et moi avons pu avoir accès à certains cours de différents modules. Ca nous a permis de nous faire une meilleure idée de leur travail :

  • l’interface est très agréable à parcourir ;
  • les cours sont brefs, clairs, très facilement compréhensibles et applicables ;
  • pas de superflu, ni de blabla ;
  • on voit leur écran en direct, pour une meilleure compréhension des exercices et notions expliquées ;
  • mais on a tout de même droit à une présentation vidéo de bienvenue, pour mettre des visages sur des noms et savoir qui s’adresse à nous.

Bref, vous l’avez compris, on a sincèrement apprécié leur travail, leur démarche et leurs valeurs (sinon, on ne vous en parlerait pas… 😉).

On vous laisse écouter cet épisode pour plus de détails !

Au menu de notre interview avec Caroline et Chloé

Dans cette interview, vous devriez trouver toutes les réponses à vos questions. Du moins on l’espère. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez évidemment nous les poser ici en commentaire, par e-mail ou sur Instagram.

Pour l’heure, voici les questions qu’on leur a posées :

  • Pourquoi avez-vous créé cette formation ?
  • Combien de temps dure-t-elle ?
  • Y a-t-il des critères pour intégrer la formation en ligne ?
  • Quelle est la pédagogie dans la Bonne Graine ?
  • Est-ce que vous proposez des exercices ? Des corrections personnalisées ?
  • Est-ce que vous offrez un suivi pour vos élèves ?
  • Y a-t-il un groupe Facebook (ou autre) pour votre communauté d’élèves ?
  • Est-ce que vous gardez un lien avec vos élèves pour suivre leur réussite après la formation ?
  • Avez-vous un exemple d’élève qui a réussi ?
  • Et vous, quel a été votre parcours pour en arriver jusque-là ?
  • Est-ce que vous vous souvenez de vos débuts sur le web ? Quelles étaient vos plus grosses difficultés ?
  • Quels conseils vous donneriez à quelqu’un qui se lance aujourd’hui ?
  • Et pour finir, quels sont vos projets à venir ?

Pour découvrir la formation La Bonne Graine c’est par ici : en savoir plus sur la formation

Pour les retrouver sur les réseaux sociaux, c’est par là : La Bonne Graine sur Instagram

Comment cumuler une formation à distance avec son emploi ?

Comment cumuler une formation à distance avec son emploi ?

article invité formation à distance et emploi

Vous êtes inscrit à une formation en ligne alors que vous occupez un emploi ? Une vague de panique vous submerge en pensant à la quantité de tâches qui vous attend pour mener les deux activités de front ? Pas de stress ! Vous êtes nombreux à vivre cette période de transition pour évoluer dans votre métier ou vous reconvertir sans pouvoir vous consacrer à 100 % à votre formation. Découvrez 5 astuces pour réussir à cumuler une formation à distance avec votre emploi.

1. Se créer un espace de travail dédié à la formation

Avant tout, choisir de suivre une formation en e-learning implique que vous allez passer beaucoup de temps libre à travailler chez vous, le soir ou le week-end. Dans l’idéal, aménagez une pièce, ou au moins un espace au calme, afin de séparer votre reprise d’études et votre vie familiale.

Optez de préférence pour un endroit lumineux ou adaptez l’éclairage pour ne pas avoir l’impression d’être enfermé dans une grotte ! Si vous pouvez éviter le débarras dans le sous-sol ou un coin du grenier, ce n’est pas plus mal. La lumière naturelle joue sur notre bien-être et influence nos humeurs, alors profitons-en !

Pour que votre espace de travail reste agréable, pensez à le ranger lorsque vous terminez une session de formation. Vous gagnerez en productivité si vos documents sont bien organisés : à vous de trouver la méthode de classement la plus efficace qui vous correspond le mieux.

S’investir dans une reprise d’études requiert une implication totale. Si vous appréciez de vous asseoir à votre bureau, vous obtiendrez davantage de concentration et de rentabilité. C’est un premier pas vers la réussite !

2. S’appuyer sur ses proches pour déléguer les tâches quotidiennes

Si vous souhaitez cumuler une formation à distance avec votre emploi et qu’en plus vous avez une vie de famille, le challenge est de remporter l’adhésion de vos proches pour qu’ils vous soutiennent au quotidien. Apprenez à déléguer ! Vous n’êtes pas un héros des temps modernes ! Quand on se lance dans une formation, une organisation bien rodée s’impose.

Pour vous aider, comptez sur vos enfants, quel que soit leur âge, et sur votre partenaire ! Ils peuvent contribuer à leur manière pour alléger la charge mentale qui pèse sur vous tous les jours. Les fans de plannings établissent un calendrier sur lequel chaque membre du foyer participe à une tâche domestique précise :

  • préparer le repas ;
  • mettre le couvert ;
  • s’occuper du linge ;
  • faire les courses ou aller les retirer au drive ;
  • ranger et faire le ménage.

Ce sont autant de corvées à répartir pour vous soulager.

Appuyez-vous également sur votre entourage plus large : si vos enfants sont jeunes, faites-les garder ponctuellement par des amis ou des parents qui seront ravis de vous rendre service. En dégageant des plages de temps libre pour suivre vos cours en e-learning, vous vous sentirez alors plus disponible quand ils rentreront à la maison.

L’enjeu est de taille : réussir à partager les tâches ménagères avec le soutien de vos proches va vous libérer l’esprit et vous trouverez ainsi un équilibre essentiel pour mener de front vos deux activités.

3. Organiser son temps en établissant un planning hebdomadaire

Une fois que vous avez installé votre bureau et remporté l’adhésion de vos proches, il ne vous reste plus qu’à organiser la gestion de votre temps de travail. Cumuler deux activités vous oblige à cloisonner vos tâches en fonction du temps que votre emploi salarié vous laisse. Vous bénéficiez d’une demi-journée de libre dans la semaine ? Consacrez-la à votre formation ! Si ce n’est pas le cas, fixez des rendez-vous hebdomadaires le soir et le week-end. Réservez-vous des plages dédiées à vos cours en ligne et installez des rituels.

À partir des modules que vous avez à suivre ou des exercices à accomplir, établissez un planning en essayant de le respecter. Listez les priorités et visez des objectifs réalisables à court et à long terme. Vous allez être amené à effectuer des choix, mais ne perdez jamais de vue votre but à atteindre ! En planifiant au mieux votre travail, vous parviendrez à la fois à assimiler vos nouveaux cours, à les réviser et à les mettre en pratique.

Volonté, motivation et autonomie vous aideront à relever le défi d’une organisation sans faille. Fixez-vous des deadlines pour certaines actions à réaliser et évitez la procrastination même si cela est parfois tentant ! En utilisant de manière efficace les outils mis à votre disposition, agenda et liste de tâches (Notion par exemple), vous réussirez sans aucun doute à cumuler votre formation à distance avec votre emploi.

4. Participer à un réseau d’entraide au sein de la formation pour ne pas s’isoler

Quand on se lance dans un cursus en e-learning, on sort de sa zone de confort. Vous continuez à évoluer dans votre emploi salarié, vous côtoyez vos collègues, mais en plus vous investissez votre énergie dans un domaine nouveau pour vous ou que vous approfondissez.

Avant tout, familiarisez-vous avec la plateforme de formation sur laquelle vous allez suivre vos cours. Consultez les différentes options :

  • carrefour d’échanges entre les élèves ;
  • forum de discussion ;
  • foire aux questions ;
  • coaching commun ou individuel.

L’accès à ces services vous permet de communiquer avec les responsables, correcteurs ou camarades de promotion pour éviter de vous sentir isolé.

Les interactions passent également par les réseaux sociaux : n’hésitez pas à vous inscrire sur les groupes Facebook ou LinkedIn dédiés à votre formation. Créer des liens avec d’autres élèves sera un point d’appui dans votre parcours. Les échanges vous aideront à lever des doutes et aussi à vous booster si vous en ressentez le besoin. Vous vous rendrez compte rapidement que vous n’êtes pas seul à cumuler la formation avec votre emploi et que vous partagez les mêmes problématiques d’organisation en combinant deux activités.

5. S’octroyer des temps de pause et de détente

Si vous étudiez des heures tous les week-ends sans déconnecter de votre ordinateur, et qu’ensuite vous enchaînez sur votre semaine de travail, vous risquez d’être très vite épuisé ! Tout en respectant vos différents impératifs, apprenez à programmer dans votre planning des moments de détente : un apéritif entre amis, une sortie en famille, une promenade dans la nature ou toute autre activité qui vous obligera à décompresser.

Penser à soi permet de trouver le point d’équilibre entre vie personnelle et professionnelle : cela passe par des pauses qui vous rendront ainsi plus productif et efficace. Faites du sport pour vous ressourcer et vous vider la tête. Et surtout, prenez en compte votre capacité de travail et votre besoin en sommeil pour éviter l’épuisement.

Si la cadence de vos cours autorise une certaine souplesse, vous pouvez gérer plus facilement l’avancée de vos apprentissages. Mais n’oubliez pas que s’octroyer des pauses reste vital pour votre bien-être !

Le choix d’une formation en parallèle de votre activité demeure rassurant puisqu’il vous permet d’envisager une reconversion en toute sérénité en continuant à être salarié. Vous mènerez à bien vos projets à condition d’opter pour un programme flexible, adaptable à votre rythme de travail et à vos contraintes personnelles. Lancez-vous et n’ayez plus peur de cumuler une formation à distance avec votre emploi !

Vous pouvez aussi lire notre article Formation en ligne : 7 conseils essentiels pour bien s’organiser

Un grand merci à Marie-Hélène pour sa participation, et merci à vous d’avoir lu jusqu’au bout. N’hésitez pas à partager cet article à une personne de votre entourage que ça pourrait aider.

Lancer son Activité Freelance : par où commencer ?

Lancer son Activité Freelance : par où commencer ?

La vie de travailleur indépendant vous fait rêver ? Vous aimeriez changer de situation, mais vous n’osez pas ? On vous comprend, nous sommes aussi passées par là. Mais n’abandonnez pas ! Devenir freelance est une aventure passionnante, synonyme de liberté. Se muer en travailleur autonome permet de choisir ses clients, et les projets sur lesquels on souhaite se pencher. Alors pour vous aider à lancer votre activité freelance, nous vous avons préparé un guide en trois étapes. Elles vous orienteront dans la construction de votre nouvelle vie professionnelle.

Prêt ? C’est parti !

article invité pour choisir sa formation

1. Préparer son projet de freelancing

Réfléchir à son offre

Devenir indépendant ne s’improvise pas. Vous devez réfléchir à ce que vous allez vendre. Définir vos atouts, et identifier le petit plus qui séduira vos futurs clients. Sans négliger vos aspirations.

Pour cela, posez-vous les questions suivantes :

  • Quel est mon métier ? Puis-je l’exercer sans être salarié ?
  • Quelles compétences ai-je acquises dans mon parcours professionnel ?
  • Quel emploi m’attire ? Ai-je les connaissances nécessaires ?

Avant d’entreprendre, il faut développer une expertise qui ait une valeur sur le marché. Si votre travail actuel ou vos compétences répondent à ce critère, tant mieux ! Vous êtes immédiatement opérationnel.

Choisir une formation pour devenir freelance

Dans certains cas, on peut avoir besoin d’acquérir de nouvelles connaissances avant de se mettre à son compte. La formation choisie pourra permettre de développer :

  • des savoir-faire métier (graphiste, illustrateur, designer, développeur, community manager, rédacteur, etc.) ;
  • des compétences entrepreneuriales (démarchage client par exemple).

De nombreux organismes proposent des enseignements pour adultes. Certains sont en présentiel, d’autres partiellement ou complètement à distance.

Si vous avez déjà un emploi, une vie de famille, et peu de temps disponible, vous aurez sûrement envie de suivre une formation pour devenir freelance en ligne. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter notre sélection.

2. Créer une entreprise pour lancer son activité freelance

Choisir son statut juridique

Être freelance est une façon de travailler, pas un statut juridique. Vous devez opter pour celui qui vous correspond le mieux, avant de pouvoir démarrer votre activité.

Mais quel statut choisir pour devenir freelance ?

Trois options s’offrent à vous :

  • constituer une entreprise individuelle (microentreprise, EI, EIRL) ;
  • créer une société (EURL, SASU) ;
  • privilégier le portage salarial.

Dans le cas de l’entreprise individuelle, vous n’établissez pas de personne morale distincte. Les démarches sont simplifiées et la comptabilité allégée. Par contre, vous devrez travailler seul.

À l’inverse, créer une société permet au freelance de s’associer ou d’embaucher en cas de besoin. En revanche, les formalités sont lourdes et coûteuses, et les obligations sont nombreuses.

Enfin, l’indépendant qui opte pour le portage salarial devient employé d’une entreprise qui gère les encaissements et l’administratif. Ainsi, il bénéficie des avantages du salariat, tout en conservant sa liberté d’entreprendre.

Bénéficier d’une aide à la création

Pour vous aider à lancer votre activité freelance, il existe trois aides principales : l’ACRE, l’ARCE et le maintien de l’ARE.

L’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) consiste en une exonération totale ou partielle des cotisations sociales pendant un an. Pour en bénéficier, il faut remplir certaines conditions, et ne pas avoir touché cette subvention dans les trois années précédentes.

En plus de l’ACRE, les entrepreneurs indemnisés par Pôle Emploi peuvent opter pour l’un des dispositifs suivants :

  • l’ARCE (Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise), qui permet de recevoir un capital en deux versements ;
  • le maintien de l’ARE (Aide au Retour à l’Emploi), qui complète les revenus générés par l’activité.

3. Trouver des missions en freelance

Comment faire pour travailler en freelance ? Cette question, tous les indépendants se la posent. Pour trouver des missions, vous avez plusieurs options.

Faire jouer son réseau

Pour commencer, faites appel à vos proches (amis, famille, connaissances). Le bouche-à-oreille est très puissant, utilisez-le ! L’un de vos contacts pourrait avoir besoin de vos services, ou vous recommander à des clients potentiels.

Ensuite, essayez d’élargir votre réseau :

  • Faites du networking, inscrivez-vous à des événements sur des sujets qui vous intéressent. Pour cela, rendez-vous sur des plateformes comme Eventbrite ou Meetup.
  • Créez un compte sur LinkedIn, ou mettez votre profil à jour si besoin. C’est le réseau social professionnel de référence, utilisé par de nombreux recruteurs.
  • Participez à des salons, rencontrez des spécialistes de différents domaines. Certains pourraient devenir vos clients, d’autres vous coopter dans le futur.
  • Travaillez dans des espaces de coworking. Ce sont d’excellents lieux d’échanges et de coopération entre indépendants.

À noter — S’il est primordial de se créer un réseau, l’entretenir est tout aussi important. Ne négligez pas cet aspect dans votre quotidien.

Travailler sa visibilité sur le web

En parallèle de votre réseau, améliorez votre présence sur Internet.

Pour cela, vous pouvez vous inscrire sur des plateformes de freelances (Malt, Fiverr, Upwork, 404Works, etc.). Élaborez un profil décrivant vos compétences et expériences. Indiquez sur quel type de projets vous aimeriez travailler, montrez votre motivation.

Les recruteurs pourront vous contacter s’ils ont une mission pour vous. À ce moment-là, la plateforme vous fournit les outils pour gérer la relation client : création du devis, édition de la facture, etc.

Vous pouvez également concevoir un site web ou un portfolio en ligne, présentant votre offre et vos réalisations principales. Si vous optez pour cette solution, pensez à ajouter l’adresse du site ou portfolio sur vos profils professionnels (LinkedIn, plateforme de freelances, etc.). De cette façon, vous augmenterez nettement sa visibilité.

Démarcher des clients

Pour finir, une excellente façon de trouver des missions consiste à aller les chercher. Eh oui ! Le démarchage commercial est incontournable.

Identifiez des clients avec lesquels vous aimeriez travailler. Contactez-les, présentez-leur vos services, et expliquez-leur ce que vous pouvez faire pour eux. Montrez que vous leur êtes indispensable, pour les convaincre de faire appel à vous.

Les résultats se font attendre ? Ne vous découragez pas et relancez-les. Vos efforts finiront par payer, et vous décrocherez des missions qui vous motivent vraiment !

En résumé

Lancer son activité freelance est un processus qui peut prendre du temps, mais il en vaut largement la chandelle. Vous gagnerez en liberté, et vous pourrez travailler sur des projets qui vous plaisent avec des clients que vous appréciez.

Vous êtes encore (un peu) hésitant ? Lisez notre article Entreprendre pour prendre Confiance en Soi. Et si vous avez des remarques ou des questions, laissez un commentaire sous ce texte.

Article rédigé par Delphine Jouenne Saliou

Pin It on Pinterest