Entreprendre pour prendre Confiance en Soi

Entreprendre pour prendre Confiance en Soi

Entreprendre pour prendre confiance en soi, contradictoire vous dites ? Hum, pas si sûr ! Attendez-voir, 2 minutes.

J’ai longtemps cru que mon manque de confiance en moi était un frein dans mes projets. J’ai longtemps pensé que c’était un boulet que je trainais péniblement derrière moi, au quotidien. J’avais tellement de croyances du genre « je n’y arriverai jamais », « il faut d’abord que je me sente bien dans mes baskets avant de faire ceci, cela », « personne ne me fera confiance, si je ne me fais pas confiance à moi-même », « autant arrêter maintenant, je ne peux pas réussir dans l’entrepreneuriat, moi », etc.

Mais si on regardait ça sous un autre angle ? Et si c’était l’entrepreneuriat qui me donne des ailes, qui me booste, qui m’élève. Et si entreprendre pour prendre confiance en soi c’était vraiment possible ?

Si ça vous dit, je vous raconte un peu mon histoire et mon vécu pour en discuter. Parce que je peux vous le dire, entreprendre et créer mon propre parcours professionnel, c’est un sacré challenge, mais c’est aussi une sacrée réussite pour moi. Le chemin est encore long. Je ne suis pas arrivée où j’en suis aujourd’hui sans peine. Mais si je peux aider ou inspirer ne serait-ce qu’un ou une d’entre vous, alors ça me remplirait de joie !

Entreprendre pour prendre confiance en soi ou avoir confiance en soi pour entreprendre ?

Je dois bien avouer que je me sentais super intimidée quand j’ai décidé de lancer ma propre entreprise. Je voyais autour de moi toutes ces entrepreneures inspirantes, motivantes, rayonnantes ! Elles avaient toutes l’air de réussir, d’être épanouies, de gérer leur vie pro à la perfection, etc.

Pour être honnête, ça fait aussi partie des raisons qui m’ont poussée à me lancer. Elles me faisaient rêver ces femmes-là. Je les enviais secrètement. J’avais envie d’être comme elles. J’avais envie de ressentir la puissance de la girlboss. Moi aussi je voulais me sentir importante et indépendante.

Mais je me disais que je n’en étais pas capable. Que j’avais beaucoup de chemin à faire avant de leur arriver même pas à la cheville. En fait c’était terrible, j’avais vraiment zéro confiance en moi et je n’arrivais pas à m’apprécier à ma juste valeur.

Et puis j’ai compris qu’en fait, j’idéalisais beaucoup ces personnes-là. Non elles n’étaient pas parfaites. Oui elles avaient des doutes elles aussi, elles travaillaient beaucoup sur elles, elles se plantaient et recommençaient. Ce n’est pas parce qu’elles sont extraverties et semblent à l’aise que tout est plus simple pour elles, pas du tout.Mais la différence c’est qu’elles osaient.

C’est là que j’ai compris : OK, je dois y aller et la confiance viendra avec l’expérience.

entreprendre pour prendre confiance en soi

Se protéger et entreprendre à son rythme

Vous le savez, je suis très timide, introvertie et je souffre d’une phobie dite « sociale » pour couronner le tout. Mon intention n’est pas de faire pleurer dans les chaumières (coucou la vieille expression 😂), mais simplement de vous dire que je reviens de loin.

Si je vous parle de ça, c’est parce que je connais bien. Vu mon caractère, il aurait été certainement plus simple d’abandonner et de trouver un job sécurisant et rassurant. Mais c’était hors de question pour moi.

D’abord parce que, on ne va pas se mentir, ça me rassurait énormément de travailler de à la maison et de ne pas affronter un patron, une patronne, des collègues au quotidien. J’ai beaucoup de mal à me plier à la hiérarchie. L’avantage d’être freelance, c’est que j’étais tranquille chez moi, sereine.

Et puis parce que malgré ma timidité, j’ai de l’ambition. Je rêve en grand. Mes peurs me poussent souvent à reculer ou à me freiner dans mes envies. Mais au fond de moi, j’ai ce truc qui me pousse à créer ma vie comme je l’entends.

Par contre, j’ai vite appris que je ne devais pas me comparer aux autres pour faire comme la voisine. Je sais que je dois prendre mon manque de confiance en moi au sérieux. Je ne dois pas m’abîmer. Alors ce n’est pas grave, je vais plus lentement, je prends d’autres chemins, mais j’y vais.

À partir de là, chaque marche est une victoire ! Et on vous le dit tout le temps, il faut célébrer ses victoires, même les petites !

entreprendre pour prendre confiance

Comment entreprendre quand on n’a pas confiance en soi ?

Vous vous dites peut-être que c’est bien beau tout ça, mais comment vous pouvez faire pour entreprendre vous aussi, si vous manquez de confiance en vous ?

Parlons concrètement. Il y a plusieurs choses que j’ai faites pour m’aider à me lancer et que je fais toujours pour continuer d’avancer.

1. Me laisser le temps de trouver le bon moment.

Ça c’est un conseil que j’aurais aimé entendre à mes débuts. On entend partout qu’il faut passer à l’action tout de suite, que c’est ce qu’on fait qui a de l’importance. En réalité, moi j’étais terrorisée à l’idée de faire quoi que ce soit avant d’être certaine que c’était parfait. Bien entendu, ça ne sera jamais parfait, donc il ne faut pas attendre ça.

Par contre, c’est OK d’attendre le bon moment avant d’entreprendre une action, un changement, etc. Parfois, il me fallait plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant d’oser démarcher un client par exemple.

Mais je pense sincèrement que c’était la bonne chose à faire pour moi. Parce qu’au moins je me sentais prête. Si je m’étais obligée à le faire plus tôt, peut-être que j’aurais mal formulé mon message, peut-être que je n’aurais pas eu l’air professionnelle parce que j’étais trop sous pression, etc. Et ça m’aurait blessé, ça aurait baissé mon estime de moi.

Donc c’est OK de prendre son temps pour se préparer mentalement et y aller quand c’est le bon moment. Parce que si vous vous sentez prête, ça se passera bien. Et si ça se passe bien, ça vous booste et ça augmente votre confiance en vous.

2. Suivre des personnes inspirantes

C’est venu très rapidement dans mon quotidien d’entrepreneure, ça aussi. Suivre des personnes inspirantes. J’ai besoin d’être boostée, j’ai besoin d’écouter et d’entendre des discours inspirants et ambitieux.

Je sais que ce n’est pas l’état d’esprit que j’arrive à avoir par moi-même au quotidien et ce n’est pas grave. Il ne faut pas culpabiliser de ne pas avoir naturellement le bon « mindset ». Ce fameux mot à la mode qui semble indispensable pour réussir.

En vérité, l’important c’est de le vouloir. Alors si pour ça j’ai besoin d’un petit coup de pouce, eh ben pourquoi pas. J’ai vite découvert le monde des podcasts qui m’a teeeeeeellement aidé !

Je n’avais plus qu’à choisir les personnes avec qui j’accrochais le plus. J’alterne souvent entre bottage de fesses et messages doux selon mon humeur. Si je me sens vulnérable, je vais plutôt écouter des messages positifs, attentionnés. Je pense notamment à « Être soi » de Julie Kinoko. Si je me sens forte et rayonnante, alors je vais écouter des épisodes plus punchy, plus dynamique et no bullshit, comme ceux d’Aline de « The BBoost ».

3. M’entourer d’autres entrepreneures positives et bienveillantes

Une fois que j’ai commencé à me sentir un peu mieux dans mes baskets, un peu plus à ma place et que mon syndrome de l’imposteur s’est un peu calmé : j’ai réussi à aller vers les autres. Encore une fois, je l’ai fait quand j’ai senti que j’étais prête.

J’ai accepté d’avoir besoin d’aide, d’avoir besoin de m’entourer, de partager, d’échanger, de ne pas rester seule dans mon coin. Même si ça me faisait peur. Petit à petit je suis sortie de ma bulle de protection et en fait je me suis rendu compte que les autres entrepreneures avec qui j’échangeais étaient hyper gentilles, certaines étaient comme moi et ça m’a énormément rassurée.

4. Ne pas me reposer sur mes lauriers

Ça m’a donné suffisamment de confiance en moi pour continuer de faire un petit pas de plus, régulièrement. Parce que s’il y a bien une phrase qui me terrifie c’est celle-là : il faut sortir de sa zone de confort.

Au secours ! Je sais que c’est vrai, mais ça me semble toujours violent quand c’est dit comme ça. Alors, comme pour tout le reste, je me calme et je me dis d’accord, mais à mon rythme.

Si je m’écoute sincèrement, je sais quand je peux me donner un petit coup de pied aux fesses ou quand il faut vraiment que je me respecte et que j’attende. Mais quoi qu’il arrive, je ne veux pas me reposer sur mes lauriers. Parce que même si c’est confortable, c’est ça qui me renferme dans mon petit cocon et m’empêche d’avancer.

Quand j’arrive à me dépasser, à accomplir quelque chose qui me semblait difficile, c’est là que j’ai ce shoot d’adrénaline, c’est là que j’ai ce boost, cette sensation d’être inarrêtable. C’est ça qui donne confiance en moi.

Par exemple, faire des stories face cam pour choisir sa formation. Si c’est super simple pour d’autres, pour moi c’est une montagne ! Une fois que j’ai réussi à le faire une fois et que j’ai vu que ça s’est bien passé, alors j’ai gagné un peu plus en confiance et j’ai réussi à le refaire. Maintenant, je peux me challenger pour faire un live pourquoi pas, maintenant que les stories c’est OK.

5. Me former pour renforcer mes compétences

Me former a également fait partie intégrante de mon évolution. On a parfois tendance à bloquer sur telle ou telle chose parce qu’on ne sait pas comment faire. Au lieu de rester dubitative et peu sûre de moi, dans mon coin, j’ai décidé de me former.

J’ai toujours pris le temps de choisir des bonnes formations, of course! Elles m’ont non seulement appris des disciplines que je ne maîtrisais pas. Mais elles m’ont également donné de la confiance, de la motivation et de nouvelles personnes avec qui discuter.

Tout ça est très important pour prendre confiance en soi et avancer.

 confiance en soi

À lire aussi – Se Former en Dehors de l’École : Quelles Options ?

Est-ce plus facile d’entreprendre quand on est extravertie ?

Eh bien pas forcément, finalement. C’est ce que nous explique Louise dans l’épisode de podcast. Ce n’est pas parce qu’on est extravertie et qu’on a confiance en soi que tout est plus simple.

Ce sont plutôt les difficultés qui ne sont pas les mêmes. Dans son cas, c’est la patience qui lui fait défaut. Alors tous les petits bugs, les aspects techniques à maîtriser, et autres, c’est compliqué pour elle.

Elle peut se dire qu’elle n’y arrivera jamais toute seule, qu’il lui faut de l’aide, etc.

Se sentir légitime dans son activité, c’est aussi quelque chose de délicat. Même si elle ne souffre pas de manque de confiance. Mais je vous laisse écouter son témoignage, elle en parle beaucoup mieux que moi !

 

Entreprendre pour prendre confiance en soi

Ce qui nous brise le cœur c’est de voir des personnes qui se limitent par manque de confiance. Alors, ce qu’on veut vous dire ici, c’est que ce n’est pas grave d’avoir peur, ce n’est pas grave de ne pas faire comme tout le monde. Mais si vous voulez entreprendre, créer votre propre métier, écoutez-vous et demandez-vous ce qu’il vous faut pour y arriver.

Si je peux le faire, alors vous aussi. Vraiment. Si vous avez besoin de plus d’aide, allez la chercher. Si vous avez besoin de plus de temps, accordez-vous plus de temps.

Entreprendre pour prendre confiance en soi c’est possible. On est toujours fières de réussir à créer quelque chose par nous-mêmes, quel que soit le chemin. On pourrait dire encore tellement de choses à ce sujet, mais l’article serait beaucoup trop long.

On espère que ça vous a déjà aidé un peu ! Si vous avez des questions ou d’autres sujets que vous aimeriez aborder, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Sur le même thème :

Formation en ligne : conseils à lire avant de se lancer

Formation en ligne : conseils à lire avant de se lancer

Les conseils à lire avant de démarrer une formation en ligne

Vous envisagez de vous former à distance pour booster votre évolution professionnelle, vous reconvertir, ou obtenir un diplôme reconnu ? Quel que soit le motif, vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour atteindre votre objectif, et vous avez bien raison. Avant de démarrer votre formation en ligne, lisez ces conseils qui vont mèneront à la réussite. Profitez des avantages du mode distanciel, sans en subir les inconvénients : nous vous livrons ici les facteurs clés de succès pour votre apprentissage.

conseils avant commencer formation en ligne

Définir clairement l’objectif de sa formation en ligne

Acquérir des compétences

Il s’agit d’être au clair sur ce que vous attendez de la formation en ligne choisie. Quelles compétences, savoirs, savoir-faire souhaitez-vous acquérir ou confirmer par cette formation ? Quelles connaissances allez-vous apprendre grâce à cet enseignement ? Sachez faire la différence entre « connaissance » et « compétence » : ce dernier correspond à la capacité à mettre en pratique un savoir, mais aussi des savoir-faire et savoir-être. Enfin, regardez bien si le programme proposé répond à vos attentes. Pour être correctement aligné, il faut que la progression dans le parcours vous rapproche petit à petit de votre objectif.

 

Obtenir un diplôme

Renseignez-vous sur le diplôme, certificat, ou niveau, que la formation permet d’obtenir. Est-ce un titre reconnu par l’État ? Si ce n’est pas le cas, peut-être a-t-il tout de même une bonne renommée sur le marché ? Offre-t-il de bons débouchés professionnels ? Vous aidera-t-il à valoriser votre business ? Pour ne pas risquer d’avoir des surprises ou d’être déçu, il est préférable d’avoir réglé ces questions avant de vous inscrire. Pour cela, vous pouvez contacter d’anciens élèves de la formation en ligne et leur demander leur avis et ce qu’ils sont devenus ensuite.

 

Se préparer à un métier

Si vous avez sélectionné une formation en ligne dans le cadre d’une reconversion professionnelle ou plus simplement, pour entrer dans la vie active, c’est sûrement que vous avez une idée de job en tête. Listez les métiers que vous ciblez, sous leurs différents intitulés. Vérifiez que le cursus vous y prépare, ou s’il vous faudra suivre une formation ou des modules complémentaires.

 

Mettre en place l’organisation qui favorise l’apprentissage à distance

Se fixer un planning de formation

Une bonne préparation vous aidera à aborder plus sereinement cette période. Il est vivement conseillé, en particulier, d’établir un planning de formation. En effet, sans cela, vous risquez de tomber dans plusieurs écueils :

  • non-respect des jalons ou échéances ;
  • mauvaise préparation aux examens ;
  • formation qui dérive ;
  • progression insignifiante ;
  • difficultés de financement ;
  • etc.

Adressez-vous au conseiller pédagogique de l’organisme de formation : questionnez-le pour savoir précisément quelle est la durée moyenne du parcours. Celle-ci dépend généralement de plusieurs paramètres : le délai maximum pour terminer les cours et se présenter à l’évaluation finale, le nombre d’heures prévues pour les cours et exercices, l’investissement personnel et enfin, bien sûr, votre disponibilité (temps complet ou temps partiel). Construisez votre planning sur la base de ces éléments et en vous fixant des objectifs intermédiaires à atteindre. Ensuite, consultez-le régulièrement pour en déduire votre état d’avancement : où vous en êtes et ce qu’il vous reste à faire. Réajustez si nécessaire ou en cas d’imprévu.

 

Aménager son espace de travail

Adepte du home staging ou de la décoration intérieure ? Votre formation à distance est le bon prétexte pour vous créer un « coin bureau » à la maison ! Trêve de plaisanterie, pour étudier dans de bonnes conditions depuis chez vous, il faut impérativement vous aménager un espace de travail et vous équiper. Vous risquez de passer des heures devant votre ordinateur dans les mois à venir alors assurez-vous d’avoir le matériel et les logiciels requis pour être performant. Prévoyez le mobilier de bureau, les fournitures et accessoires… Vérifiez votre connexion internet et testez que tout fonctionne : par exemple, pour une réunion en visio : webcam, casque, micro, débit, etc. Autrement, pensez aux espaces de coworking, qui peuvent être propices à une meilleure concentration et à une émulation grâce à la présence d’autres professionnels.

 

Utiliser les différents moyens pédagogiques de l’enseignement à distance

De plus en plus d’organismes proposent des alternatives présentiel/distanciel à leurs formations, à l’instar du CNAM qui fait de la FOAD depuis de nombreuses années.

Les entreprises de la filière EdTech (contraction de « éducation » et « ­technologie ») sont en pleine croissance. Leurs offres de formation sont innovantes et bien conçues, par des ingénieurs pédagogiques ayant recours à des technologies et des méthodes éprouvées.

 

La plateforme e-learning

La plupart des formations en ligne vous mettront à disposition des cours sous forme de vidéos réalisées par des formateurs. Elles sont hébergées sur une plateforme de e-learning, dont l’accès est réservé aux étudiants inscrits. C’est donc un peu différent des MOOC (Massive Open Online Course) car ces derniers sont diffusés gratuitement sur la Toile. Vous trouverez également des modules un peu différents : sous forme de jeux (serious games), quiz d’auto-évaluation, exercices pratiques et corrigés… Plus traditionnellement, un support écrit (en complément ou sous forme de fiche de révision) est également fourni. Vérifiez donc ce à quoi vous aurez accès pendant et après la formation.

 

L’accompagnement individualisé

Outre les supports de cours écrits et vidéos, vous serez certainement amené, en tant qu’élève à distance, à communiquer avec un professeur. En effet, l’interaction individuelle est parfois nécessaire, par exemple si vous n’avez pas compris un concept ou pour demander des précisions, des exemples, et enfin pour voir vos exercices corrigés et expliqués. C’est la raison pour laquelle une bonne formation en ligne devrait comporter un accompagnement individualisé par un enseignant ou formateur. Certaines équipes pédagogiques mettent en plus à disposition de chaque apprenant un student success manager ou coach ou encore tuteur (selon les appellations) dont le rôle est de suivre sa progression et de s’assurer de sa réussite.

 

La communauté des élèves

Un gros avantage à une formation à distance, c’est de pouvoir intégrer une communauté d’étudiants (alumni) afin de pouvoir échanger avec ses « camarades de classe » :

  • poser des questions ;
  • partager des conseils et ressources ;
  • se motiver mutuellement ;
  • s’entraider ;
  • se sentir membre d’un collectif (une promotion par exemple) ;
  • etc.

Ces réseaux prennent généralement la forme de groupes privés sur les médias sociaux, tels que Facebook. Les élèves peuvent aussi se retrouver de manière régulière ou ponctuelle, soit en classe virtuelle, soit dans la vie réelle à l’occasion d’afterworks ou d’autres événements. Y participer activement favorise la réussite.

 

Le contact avec des professionnels

Enfin, une bonne formation se doit d’être professionnalisante. C’est-à-dire qu’elle vous prépare à être un bon professionnel, à mettre en œuvre vos compétences, à vous insérer dans le monde de l’entreprise ou de l’entrepreneuriat. Alors, saisissez toutes les occasions de rencontrer des professionnels : assistez à des webinaires, suivez des personnes sur LinkedIn, choisissez un mentor, rejoignez des réseaux (réels ou virtuels), faites des stages ou de l’alternance…

 

Adopter les qualités indispensables pour se former en ligne

Vous vous demandez ce qui, finalement, fait la différence pour réussir une formation à distance, quels sont les points forts des étudiants qui réussissent ? Voici quelques-unes des qualités à avoir (ou à développer) pour mener à bien votre projet.

 

Autonomie

L’autonomie est sans aucun doute la qualité la plus indispensable pour pouvoir vous former en ligne. Cela signifie savoir travailler seul, sans que quelqu’un n’ait à vous dire quoi faire, mais aussi se débrouiller un minimum pour résoudre ses problèmes et trouver des solutions. En revanche, vous ne devez pas vous refuser à solliciter de l’aide lorsque vous en ressentez le besoin.

 

Organisation

Une bonne organisation vous facilitera clairement la tâche. Si vous souhaitez améliorer votre productivité et que vous recherchez des conseils pour savoir comment gérer mieux votre temps pour être plus efficace, vous trouverez un large choix de lectures sur le sujet. N’hésitez pas à tester différentes techniques et mettre en œuvre la méthodologie qui convient à votre personnalité.

 

Auto-discipline

Ne pas perdre de vue vos objectifs et respecter votre plan vont vous demander de la discipline. Une formation est un investissement important. En effet, vous avez peut-être fait des sacrifices ou des compromis tout au moins, engagé vos économies… et vous espérez en retirer des bénéfices à plus ou moins long terme. C’est la raison pour laquelle un minimum de sérieux est requis pour le suivi de cette formation en ligne.

 

Curiosité

Être curieux, c’est avoir le désir de savoir, d’apprendre. Ce désir doit être votre moteur pour avancer dans votre formation. Vous aurez besoin d’aller chercher de l’information, faire de la veille, remettre en cause ce que vous croyez savoir, bref, être actif et ouvert d’esprit.

 

Persévérance

Si vous choisissez une formation longue, le défi principal sera de garder le rythme et la motivation tout au long de votre parcours pour arriver à son terme. Ce ne sera pas toujours facile, il y aura certainement des hauts et des bas. Pour ne pas vous décourager, ni vous épuiser, on conseille d’adopter un rythme soutenu, mais surtout soutenable dans la durée. Imaginez que vous courez un marathon : il faut gérer vos efforts et être régulier. Ne lâchez rien !

Vous voilà prêt à commencer votre parcours de formation à distance avec les atouts en main pour réussir : des objectifs clairs, une organisation personnelle et la motivation au top, un peu de discipline et le soutien de votre réseau. À vous de jouer maintenant !

Vous êtes déjà élève d’une formation en ligne ? Partagez en commentaire vos propres astuces et conseils pour en faire bénéficier de futurs apprenants.

Laetitia Gentili

 

Retrouvez ici :

Les formations en ligne de qualité que l’on recommande

L’article Reconversion professionnelle : 3 erreurs insoupçonnées et comment les éviter 

Notre podcast « Parle moi d’toi » qui donne la parole aux formateurs et formatrices sur ce blog

Reconversion professionnelle : 3 erreurs insoupçonnées et comment les éviter

Reconversion professionnelle : 3 erreurs insoupçonnées et comment les éviter

choisir sa formation en ligne

Cette fois-ci, c’est décidé : après moult tergiversations, vous voilà prêt(e) à vous lancer sur le sentier de la reconversion professionnelle. Youpi !

Ledit sentier – hélas – est bordé de cactus. Je l’ai moi-même emprunté. Et je partage avec vous trois pièges insoupçonnés dans lesquels j’ai gaiement sauté à pieds joints.

Retour d’expérience ci-dessous.

reconversion professionnelle 3 erreurs à éviter

Le Palmarès

Erreur numéro 1 : le mépris de la formation, tu éviteras

Cela peut sembler évident, mais détrompez-vous.

Si l’étape de la formation ne doit en aucun cas être oubliée, la réalité de votre situation personnelle peut insidieusement vous convaincre du contraire. Premier cactus.

Se reconvertir professionnellement a un coût. Et si vous ne disposez pas des ressources financières nécessaires, vous pouvez être tenté(e) de contourner le problème.

Croyez-en mon expérience : vous multipliez vos chances de faire échouer votre projet.

Pourquoi ? Parce que les recruteurs recherchent le sacro-saint mouton à cinq pattes. La législation du travail, de son côté, n’a jamais été aussi complexe… Retenez une chose : les entreprises sont terrorisées à l’idée d’embaucher le mauvais candidat.

En conséquence, les recrutements sont soumis à un niveau d’exigence drastique. Plus encore, la prise de risque se doit d’être minime. Votre expérience professionnelle et votre formation seront passées au crible. Et si ni l’une ni l’autre ne cadre avec l’annonce, votre candidature sera probablement rejetée.

Il est, en effet, hautement improbable qu’une personne titulaire de la formation réclamée n’ait pas elle aussi postulé. Auquel cas, à moins de bénéficier d’un exceptionnel alignement des planètes ou de tomber sur un recruteur aventureux (catégorie mouton à cinq pattes), vous demeurerez un second choix.

 

Erreur numéro 2 : la navigation à vue, tu oublieras

Négliger l’importance d’un calendrier et des objectifs qui doivent y être associés pourrait planter votre projet de reconversion. S’il est un cactus auquel vous devez éviter de vous frotter dans l’intérêt de votre moral et de votre motivation, c’est celui-ci.

Là encore, croyez-en mon expérience : changer de vie est un projet ambitieux. Formation, recherche d’emploi ou de clients, premières missions, premiers échecs… La tâche sera rude.

Dans le même temps, vous aurez à faire face aux angoisses liées à votre décision : financières comme personnelles. Quant au regard de l’entourage, il n’est pas nécessairement bienveillant lui non plus.

Au milieu de ce chambardement, le meilleur allié de votre moral sera votre progression. Vous devez vous voir progresser. Ni partout ni simultanément, mais vous devez noter des avancées.

Dès le départ, établissez un calendrier et fixez-vous des objectifs réalistes. Combien de temps la formation occupe-t-elle ? Peut-être pourriez-vous définir une mission à accomplir chaque semaine : création de site internet, portfolio, démarchage, participation à des évènements en lien avec votre futur métier, etc. ? Où vous projetez-vous dans un an ? Quel est votre but à court terme ?

Plus vous serez proactif, plus votre projet sera susceptible de se concrétiser.

J’ajoute qu’en cas d’embûche, ce planning vous aidera grandement à ne pas vous enliser.

« L’échec n’est pas fatal. C’est le courage de continuer qui compte » disait ce bon vieux Churchill. Un objectif non atteint ? Une stratégie qui ne fonctionne pas comme prévu ? C’est déroutant, mais ne paniquez pas : reprenez votre calendrier, réajustez-le, changez de méthode et revoyez vos objectifs à venir.

Votre feuille de route est votre boussole. Avec elle, vous ne serez jamais perdu(e).

 

Erreur numéro 3 : l’isolement, tu fuiras

Troisième cactus et non des moindres : l’isolement tue, y compris dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

Cela est particulièrement vrai pour ceux et celles qui n’empruntent pas la voie de la formation et cherchent à se mettre à leur compte. Dans la majorité des cas, nous ne disposons pas d’un réseau professionnel dans le milieu que nous cherchons à infiltrer. Quant à notre réseau actuel, il devient « caduque ». Sans professeur ou coach, nous nous retrouvons seul(e)s face aux difficultés.

C’est normal, mais cela ne doit pas perdurer. J’insiste : mettez le nez dehors.

Conférences, ateliers APEC, cité des métiers de la Villette ou rendez-vous Pôle Emploi… Allez travailler une heure au coffee shop de votre quartier, discutez avec les gens que vous voyez eux aussi cravacher sur leurs ordinateurs, donnez votre carte de visite à au propriétaire de l’établissement qui pourra peut-être la faire circuler à sa clientèle, bref ! Donnez-vous l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes.

Pourquoi ? Car derrière elles peuvent se cacher des opportunités que vous ne trouverez pas sur le web. Qui sait ? Votre frimousse et le peps avec lequel vous décrivez votre ambition leur donneront peut-être envie de vous filer un coup de pouce !

Qu’il s’agisse d’un contact, de conseils ou d’informations, vous n’imaginez pas les trésors que l’on peut glaner grâce à cette seule démarche.

 

Les antidotes au Palmarès

En résumé :

● Demandez une aide au financement de votre formation, payez en plusieurs fois, économisez quelque temps avant de vous lancer, mais formez-vous.

● Organisez-vous comme il vous plaira, fixez-vous les objectifs qui vous motiveront, mais planifiez.

● Vivez en ermite si cela vous chante, émergez une fois par semaine seulement si c’est votre souhait, mais voyez du monde.

Vous survolerez les cactus. Bonne chance à vous ! 😊

Ines Gendre

Avis Formation Kiffe ton Cycle par Gaëlle Baldassari

Avis Formation Kiffe ton Cycle par Gaëlle Baldassari

Nouvel épisode de podcast, nouvelle interview ! Aujourd’hui, on est ravie de vous parler de la formation Kiffe ton Cycle, créée par Gaëlle Baldassari. Si vous ne la connaissez pas encore, Gaëlle est une entrepreneure passionnée qui s’est donné pour mission de réhabiliter le cycle menstruel.

Elle est partie d’un constat simple : nous avons trop peu de connaissances autour du cycle menstruel. Personne ne nous en parle à l’école, au travail ou dans les médias. Les règles sont un sujet encore très tabou. Le cycle menstruel dans son ensemble est presque inconnu.

Pourtant, toutes les personnes menstruées vivent en moyenne 500 cycles dans leur vie. C’est énorme ! Et le fait de ne pas le connaître peut engendrer beaucoup d’inconfort, voire des pathologies (SPM ou TDPM). Qui ici n’a jamais eu envie d’étriper une personne de sa famille à cause d’une chaussette qui traîne ou d’une remarque mal placée juste avant les règles ? 🤷‍♀️

 

Utiliser son cycle quand on est entrepreneure

Or, nous ne le savons pas toujours, mais le cycle menstruel peut finalement devenir un véritable allié ! À partir du moment où l’on commence à observer et écouter son cycle, il peut devenir un outil puissant pour sa vie pro comme perso. Gaëlle nous explique comment fonctionne le cycle et comment comprendre le nôtre pour l’utiliser au quotidien.

Sur la deuxième partie de l’épisode, on se concentre sur les bénéfices d’écouter son cycle quand on est entrepreneure. Elle nous donne des conseils passionnants ! De vraies pépites. Elle le dit elle-même, la plupart des retours qu’elle reçoit disent la même chose “c’est fou de ne découvrir ça que maintenant !”.

La connaissance de son cycle menstruel amène énormément d’apaisement et permet de laisser de côté beaucoup de culpabilité. Elle permet d’utiliser ses forces et ses faiblesses à son avantage, au bon moment. Elle permet aussi de se protéger contre le burn out (très présent chez les entrepreneures). Bref, un super épisode à écouter !

On espère qu’il vous plaira, on vous souhaite une bonne écoute.

connaitre son cycle menstruel avec Gaelle baldassari

En savoir plus sur la formation Kiffe ton cycle de Gaëlle Baldassari

 

[ 1:34 ] Présentation de Gaëlle Baldassari

[ 3:24 ] Pourquoi Gaëlle a-t-elle créé son programme Kiffe ton Cycle ?

[ 4:12 ] Pourquoi un accompagnement en ligne et un livre Kiffe ton Cycle ?

[ 6:37 ] À qui s’adresse le programme Kiffe ton Cycle ?

[ 7:20 ] Kiffe tes premières règles est plus adapté aux jeunes filles avant 17ans

[ 8:15 ] Quelle est la pédagogie du programme ? Sous quelle forme est présentée la formation ?

[ 10:30 ] Y a-t-il une communauté Kiffe ton Cycle pour échanger ?

[ 12:08 ] Est-ce qu’il y a des exercices pratiques pour apprendre à mieux s’approprier les connaissances transmises pour soi ?

[ 14:13 ] Est-ce que l’accès à la formation est à vie ou limité dans le temps ?

[ 15:05 ] Y a-t-il un suivi personnalisé avec Kiffe ton Cycle ?

[ 16:55 ] Quelle est l’ambiance dans la formation en ligne ? Pourquoi l’image du surf ?

[ 18:00 ] Ce que disent les femmes qui ont suivi Kiffe ton Cycle

[ 19:02 ] Est-ce que le programme Kiffe ton Cycle peut aider les entrepreneures dans leur vie pro ?

[ 21:38 ] As-tu déjà observé un impact positif sur des entrepreneures autour de toi ?

[ 24:11 ] Quel est le parcours de Gaëlle Baldassari ?

[ 27:50 ] Le petit mot de la fin

Encore merci à Gaëlle d’avoir accepté notre invitation ! C’était un super épisode qu’on adore ! N’hésitez pas à nous le dire également si vous avez aimé ? Voici les liens pour la retrouver.

 

Les liens mentionnés dans l’épisode avec Gaëlle Baldassari

La formation Kiffe ton Cycle

La formation Kiffe tes premières règles

Le compte Instagram de Kiffe ton Cycle

Le prochain Sommet gratuit de Kiffe ton Cycle sur la contraception

Tous les Sommets Kiffe ton Cycle

L’article : Le cycle menstruel, une arme anti-burn-out

Réussir sa formation en ligne en 5 étapes simples

Réussir sa formation en ligne en 5 étapes simples

5 astuces essentielles pour apprendre à distance

choisir sa formation en ligne

Cela faisait longtemps que vous y pensiez.

Vous avez mûrement réfléchi. Vous allez devenir, pour un temps, un étudiant en ligne.

Mais cette fois sera différente des bancs de l’école ou de la faculté. Parce que vous apprendrez en fonction de vos choix. Pas en étant obligé de suivre un cursus imposé ou mal pensé. Les cours suivis à distance vont vous guider vers une nouvelle vie professionnelle. Le digital learning est un vecteur puissant de maintien dans le marché du travail. Les métiers évoluant sans arrêt, tout actif doit se former en cohérence avec les compétences recherchées. Mais apprendre à distance demande de l’adaptation et le suivi de méthodes simples. Pour vous et vos proches. Comment être sûr de réussir à se former en ligne ? Comment choisir une bonne formation en e-learning ? Par quoi commencer ? Comment rester motivé jusqu’au bout ? Nous vous donnons 5 pistes à suivre pour vous lancer dans votre nouvelle vie.

5 astuces pour apprendre à distance

Faire le point sur ses envies avant de s’inscrire à une formation à distance

Salarié, indépendant ou demandeur d’emploi, chacun peut ressentir au cours de son parcours professionnel l’envie de changement.

Ce désir peut s’inscrire dans le cadre d’une évolution de poste, d’une reconversion professionnelle, la mutation de son conjoint, le lancement d’une activité non salariée.

Ou tout simplement pour l’acquisition de nouvelles compétences.

Visualisez votre future profession

Savez-vous vraiment de quoi vous avez envie ? Cette question plutôt anodine exige pourtant un minimum de réflexion.

Imaginez votre vie dans deux ans. Vous travaillez dans un bureau ? Chez vous ? Avec d’autres personnes ou seul(e) ? Devant un écran ou devant un chevalet ?

Ce processus peut se révéler très difficile à réaliser seul car les possibilités sont innombrables.

Ainsi, toute velléité de nouvelle vie peut être reléguée dans un coin obscur de votre cerveau à cause :

  • du découragement ;
  • de l’indécision.

À force de vous dire que vous aimez bien faire des remèdes naturels mais que vous ne détestez pas non plus le commercial ou la relation client, votre cœur ne sait pas où donner de la tête.

Pour éviter de prendre la mauvaise voie professionnelle, le mieux est de se faire accompagner par une personne compétente.

Consultez des professionnels pour votre reconversion

Selon votre situation, différentes solutions peuvent s’appliquer.

  • Le bilan de compétences :

Il vous offre le recul nécessaire pour la construction de votre projet. Avec votre bagage, vous définissez vos attentes et évaluez vos compétences. Vous analysez votre démarche en rapport avec le marché de l’emploi.

  • Les tests d’orientation :

Si vous êtes étudiant, ces tests seront susceptibles de vous aiguiller vers un métier d’avenir qui vous correspond.

  • Le conseiller en évolution professionnelle :

Il vous accompagne gratuitement pour faire le point et définir votre projet professionnel. Ce dispositif est accessible à tous et partout en France.

Les contours de votre projet sont délimités. Vous pouvez passer à la définition de votre objectif.

Se fixer un objectif clair d’orientation professionnelle pour réussir sa formation en ligne

Peu importe votre objectif. Du moment qu’il est élaboré en accord avec certains critères qui optimisent votre apprentissage digital.

Pour ne pas partir dans tous les sens, faites appel à une méthodologie.

Si vous adoptiez le dispositif SMART pour clarifier vos objectifs ?

Outil de management, cette démarche constitue une étape indispensable dans l’élaboration d’un plan marketing.

L’acronyme SMART signifie Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel.

Détaillons cette méthode :

  • Spécifique. L’objectif existe lorsqu’il est attribué à quelqu’un (vous), et qu’il est défini de façon claire et compréhensible par tout le monde (votre entourage).
  • Mesurable. Il peut par définition avoir une unité de mesure. Il est donc concret, quantifiable. Un exemple pourrait être de devenir soigneur animalier installé avec un premier client dans 12 mois. Ou obtenir une augmentation de 20 % dans une nouvelle fonction dans son entreprise. Ou avoir augmenté le chiffre d’affaires de son blog de 30 % en 3 mois.
    • Atteignable, c’est être ambitieux. Vous êtes obligé de vous impliquer dans sa réalisation.
      • Réaliste pour rester motivant et prendre en compte vos contraintes de temps et de ressources.
        • Temporel. L’objectif se matérialise dans un futur précis. Ainsi, le 31 décembre de l’année suivant votre formation, vous aurez fixé comme but d’atteindre l’augmentation de 30 % de votre chiffre d’affaires.

Chaque palier de définition va se décliner en un mini plan d’action personnel.

Définir vos objectifs de façon SMART va contribuer à maintenir votre cap.

Pour vous aiguiller vers les objectifs les plus réalistes possibles, utilisez des témoignages, des études, lisez des fiches métiers.

Les efforts que vous fournirez deviendront mesurables. Vous gagnerez en efficacité.

Posez des jalons au cours de votre parcours d’apprentissage et ajustez si besoin vos objectifs pour qu’ils restent atteignables.

Réalisez au fur et à mesure de votre avancée les arbitrages nécessaires à l’atteinte de votre but final.

Une fois cette étape aboutie, il vous faudra partir en quête de la formation à distance adéquate.

Choisir la bonne formation à distance

Faire des études à distance, c’est faire le choix de la liberté.

Mais cette liberté dépendra en réalité de vos contraintes financières, personnelles et professionnelles.

Vous allez devoir trouver la meilleure voie pour votre projet. Mais aussi déterminer le format qui s’adapte le mieux à votre mode de vie et à votre situation de travail.

Trouver sa formation sur Internet

Un large panel de formations dans tous les domaines est proposé. Vous souhaitez devenir naturopathe, vous reconvertir dans l’immobilier, devenir décoratrice d’intérieur ou passer un diplôme de niveau universitaire, les offres sont nombreuses et il est difficile de s’y retrouver. De plus, aucun site ne centralise l’ensemble des formations existantes.

Mais vous avez la capacité de savoir où chercher.

Les contenus pédagogiques sont proposés soit par des organismes reconnus, comme le CNED, ou l’AFPA. Soit par des universités ou des entreprises privées.

Depuis quelques années, des plateformes comme Udemy, Openclassroom proposent aussi des supports pédagogiques en vidéo gratuits ou à petits prix.

Pensez à votre conseiller d’orientation qui sera une bonne source de départ pour votre recherche. Ou votre conseiller Pôle Emploi.

Vous trouverez également de précieuses informations sur la formation ou les métiers sur le site du Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Il vous propose également sur cet autre site la liste des organismes de formation compétents et à jour de leurs obligations.

Selon votre projet, une certification pourra être nécessaire. Une liste de celles qui sont inscrites au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) pourra vous ouvrir des portes sur des opportunités d’embauche supplémentaires.

S’il s’agit d’un domaine assez nouveau, une bonne formation non reconnue par l’État peut tout de même s’avérer riche et suffisante selon vos besoins. Vous pouvez par exemple consulter les formations de qualité déjà testées par nos soins.

Petite astuce : ne négligez pas les groupes Facebook, où vous pourrez demander des recommandations. Il y a toujours une ou des personnes qui auront testé avant vous !

Savoir choisir en fonction de soi

Les meilleurs cours virtuels sont ceux qui vous correspondent. En fonction de vos compétences de base, de votre situation familiale, de votre âge, de vos finances.

Encore une fois, tout dépend de vous.

Simplement, lors de votre décision, renseignez-vous sur :

– la notoriété et le sérieux de l’organisme ou de la personne qui propose les cours ;

– l’existence de tutorat ;

– la qualité du contenu ;

– la mise en pratique ;

– l’interactivité et la ludification des cours.

Prenez aussi en compte le format pédagogique qui s’adapte à votre rythme de vie. Il diffère selon les programmes ou les centres de formation :

  • formation longue ;
  • formation courte ;
  • classes virtuelles ;
  • webinaires ;
  • MOOC…

De plus, certains cours à distance sont cadencés, ce qui laisse à chacun le temps d’assimiler les nouvelles notions avant de passer aux suivantes.

N’hésitez pas à tester notre quiz pour vous aider à évaluer votre profil d’apprenant en ligne.

Vous avez fait votre choix ?

Suivre un apprentissage à distance va vous demander beaucoup d’investissement personnel. Et du temps.

Une bonne organisation va s’avérer indispensable pour mener à bien votre évolution.

Savoir s’organiser pour mieux apprendre en ligne

Changer de cap professionnel génère des bouleversements importants dans vos habitudes.

Passons en revue les éléments indispensables pour mener à bien cette mission.

Organiser son cercle de travail

Votre cercle de travail contient deux dimensions :

  • L’entourage proche, qui doit être tenu au courant de votre décision et des éventuels sacrifices de temps, d’argent et de disponibilité que cela va demander. La réussite implique une adhésion de tous les participants, directs ou indirects.
  • L’espace physique de travail. Il sera aménagé selon vos envies à condition d’être au calme et rangé.

Pour se tenir éloigné des distractions, il est préférable de pouvoir travailler dans un endroit confortable et tranquille. Plus votre bureau sera ordonné et peu chargé, et plus votre esprit sera clair et efficace.

Gérer et cadencer son énergie

Pour atteindre son objectif, le mieux est de jalonner chaque étape. Cette démarche évite de se disperser, de se décourager et de se perdre en chemin.

Prenez le temps de construire un rétroplanning. Commencez par la fin et interrogez-vous sur la durée et les grandes étapes nécessaires pour atteindre votre but.

Votre formation s’étale sur 6 mois ? Mois par mois, puis semaine par semaine et enfin jour par jour, définissez de façon réaliste les tâches à effectuer depuis le jour 1.

Vous déterminerez ainsi votre planning de travail, en accord avec vos contraintes.

N’oubliez pas de vous accorder des pauses régulières pour ne pas saturer.

Le secret pour bien garder en mémoire et assimiler toutes les nouvelles connaissances acquises ? Revenez régulièrement en arrière. Faites des fiches. Chaque semaine par exemple, dédiez 1 heure pour une révision générale du programme.

Prévoyez d’approfondir votre apprentissage avec des lectures supplémentaires, des vidéos, des podcasts, des articles. Soyez curieux du domaine étudié.

Astuce de motivation : créez un suivi chiffré sous forme de courbe (nombre de leçons en une semaine, volume d’heures de révision, …).

Rester motivé jusqu’à la fin de sa formation

Tous les nouveaux élèves affichent au début une motivation gonflée à bloc.

Mais au fur et à mesure de l’avancée dans les cours, cette belle envie s’effrite et cède le pas aux sollicitations externes, au manque de temps et à la perte de vue de ses objectifs.

Appliquer des solutions simples peut pourtant sauver votre cursus.

Vaincre la procrastination

Votre plus grand danger ? Vous !

À ce stade vous pouvez déjà compter sur des objectifs solides, une super formation en ligne, un planning à toute épreuve, une organisation en béton.

Reste un frein : notre tendance à décaler les tâches au lendemain. À l’infini…

Pour éviter de se laisser dépasser, il est préférable de mettre au point trois éléments clés :

  • estimer ses forces et ses faiblesses d’apprentissage ;
  • se créer de nouvelles routines ;
  • se créer de petits objectifs faciles à réaliser dans une journée.

Tout ce qui nous semble trop flou, trop éloigné dans le temps, ou démesuré risque en effet de ne pas exister.

Vous apprenez lentement ? Laissez-vous du temps entre chaque module.

Vous ne savez pas par où commencer ? Faites un pas après l’autre. Chaque jour sans faute.

Savoir trouver du soutien

Tout au long de votre apprentissage en ligne, la solitude devant votre écran peut devenir très pesante si vous n’anticipez pas.

Certains programmes incluent des coachings réguliers par visioconférence. Un des bénéfices non négligeable de cette pratique étant de pouvoir échanger avec un professionnel du domaine. Ne vous en privez pas.

De plus, le suivi d’un tuteur permet d’évaluer votre niveau, votre progression, et de connaître vos axes d’amélioration.

Autre avantage des programmes pédagogiques en ligne : le social learning. Le groupe privé Facebook illustre parfaitement cette nouvelle tendance. Il fait de plus en plus partie intégrante du contenu pédagogique. Les apprenants peuvent non seulement échanger leurs doutes, leurs questions, leurs éventuelles expériences clients, mais aussi se rencontrer virtuellement et physiquement. Un facteur de motivation et de soutien supplémentaire.

Se former à distance : ce qu’il faut retenir

Suivre des cours en ligne demande un gros travail personnel.

Commencez par un bilan pour déterminer précisément ce qui vous attire et va vous épanouir. Des professionnels peuvent vous aider.

Définissez votre intention avec méthode pour vous guider vers les bonnes études en ligne.

Celles qui collent à vos besoins et votre mode de vie.

Vous tiendrez sur la longueur en définissant un rétro planning de travail et en vous installant un bureau aménagé à cette fin..

Sachez que la régularité dans l’apprentissage constitue un puissant atout pour la réussite. D’autant plus si vous êtes aidé par un tuteur et soutenu par d’autres apprenants.

Si vous souhaitez d’autres informations, n’hésitez pas à nous écrire pour des conseils personnalisés !

Pin It on Pinterest