Rêver sa vie fait avancer

Rêver sa vie fait avancer

Bailler aux corneilles, regarder les mouches voler, avoir le regard vide… toutes ces expressions cocasses décrivent-elles des moments de votre quotidien ? Laisser son esprit vagabonder est devenu rare, car cela est souvent perçu comme une distraction intempestive. Rêver avec intention peut pourtant vous aider à être plus heureux et même changer de vie ! Dans cet article, je vous incite à rêver pour trouver votre chemin. Oui, rêver peut vraiment être une activité épanouissante !

Rêver d’une vie meilleure est-il productif ?

Je rêvasse, c’est grave docteur ?

Il faudrait d’abord déterminer la gravité de votre cas. Avez-vous seulement besoin d’une pause dans votre travail ? Est-ce que les jours passent et se ressemblent, et vous saturez ?

  • Votre quotidien est fait de “métro-boulot-dodo” et vous manquez de temps ou d’énergie pour penser à changer… Procrastination quand tu nous tiens…
  • Votre travail est synonyme d’ennui profond et vous “tuez le temps”. Cela est totalement improductif et n’aura aucun impact durable sur votre bien-être.
  • Vous êtes en recherche de sens dans vos activités quotidiennes.
  • Vous pensez à d’autres projets que vous souhaiteriez réaliser.
  • Vous êtes stressé et anxieux à cause de votre travail…

Peu importe la situation, lorsque vous rêvez (en plein jour), vous êtes en train de vous détacher de votre réalité pour aller vers une autre. Dans notre société archi-pressée et pressurisée, rêvasser est un terme péjoratif… On en parle comme une distraction voire de la passivité. On devrait toujours être concentré, “focus” et “à fond” sans interruption. J’affirme qu’au contraire, « rêvasser » est super productif !

Rêver est le début de votre petite révolution ! La première étape pour “réussir sa vie” est de la rêver. Sans vagabonder de temps en temps, on n’aurait jamais envie de mieux. On ne se questionnerait jamais sur ce que l’on pourrait faire d’autre. Nos rêveries vont nourrir l’impulsion d’opérer les changements qui s’imposent dans notre vie !

N’ayez pas peur de changer de vie

On vous a dit que la vie n’était pas un livre “dont vous êtes le héros” et que vous ne pouviez pas passer d’un chapitre à l’autre sans transition ? Que nenni ! De nombreux exemples de reconversion ou d’expatriation prouvent le contraire : on peut changer de vie à tout moment, que ce soit en reprenant une formation, en déménageant au bout du monde, en changeant de métier, ou en achetant une maison… tout est possible !

Connaissez-vous la célèbre phrase de Walt Disney ? “Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire. “ Rêver sa vie est déjà la première étape vers la concrétisation de vos rêves les plus fous ! Une vie sans rêveries serait tout simplement fade. Vous avez besoin de ce petit délire de l’inconscient pour comprendre réellement vos aspirations profondes. Vous devez non seulement trouver ce qui vous rendra heureux, mais aussi le visualiser.

La PNL au service de votre bien-être

La PNL (programmation neuro-linguistique) est une méthode très pratique d’apprentissage du langage et du changement comportemental. Elle peut aider à concrétiser ses objectifs et à se rebooster en cas de baisse de motivation ou de confiance en soi. Il est possible de devenir son propre coach en faisant quelques exercices au quotidien.

Imaginez votre victoire

Vous rêvez de décrocher le job de vos rêves ? Rêvez constructif en faisant ce petit exercice de visualisation mentale positive.

Imaginez que vous postulez, et bingo on vous recontacte ! Vous passez l’entretien et tout se passe comme sur des roulettes ! Votre discours est clair, le contact passe bien avec le recruteur, vos prétentions sont acceptées, les conditions de travail idéales. Quelques jours après, on vous rappelle pour vous annoncer la bonne nouvelle : c’est dans la poche !

Visualisez en détail le jour J : quelle est votre réaction ? Qui appelez-vous en premier ? Comment êtes-vous habillé ? Inventez la scène mentalement dans le moindre détail : que ce soit les couleurs, les odeurs, les personnes présentes, les paroles et les pensées, tout ! Laissez-vous aller et ressentez tout à fond. Ne vous sentez-vous pas le plus heureux du monde en cet instant ?

Les sportifs qui passent des épreuves importantes utilisent cette technique pour booster leur confiance en eux. Comment arrivent-ils toujours à rester performants malgré le stress ? Ils prévisualisent l’épreuve et ils se voient gagner. Ils entendent les encouragements, voient les sourires et sentent même les odeurs… Cette technique d’auto-suggestion mentale provoque un bien-être fou et vous aide à rester serein face à l’épreuve. L’oeil du tigre, mec ! La vie n’est qu’un remake de Rocky, voyons !

Mobilisez vos 5 sens

Quand vous étiez enfant, vous rêviez beaucoup à l’heure du goûter ou de la sieste certainement… Aujourd’hui ces moments d’évasion se font très rares parce qu’il faut bien être raisonnable… Sauf qu’aujourd’hui vous avez toutes les clés en main pour réaliser vos rêves ! Alors pourquoi ne pas s’accorder un moment à soi, surtout en cas de stress ou d’anxiété.

Voici une technique de visualisation positive, le VAKOG (pour Visuel Auditif Kinesthésique Olfactif et Gustatif) qui associe les 5 sens aux émotions et aux sensations.

  • Pensez à un événement heureux de votre vie où vous vous êtes senti bien.
  • Choisissez un geste, qui va représenter ce ressenti. Il peut être très simple comme se frotter le nez, se pincer la jambe, se toucher l’oreille, etc. Vous pourrez l’utiliser discrètement dans toute situation tout au long de la journée.
  • Faites ce geste plusieurs fois en vous remémorant en détail la scène vécue : le lieu, les gens qui vous entourent, les bruits que vous avez entendus, les couleurs, les odeurs, tout ! Imprégnez vous le plus possible de ce moment de bonheur.
  • Répétez l’opération plusieurs fois en restant positif(ve) et reconnaissant(e).

A chaque fois que vous allez effectuer ce geste, vous allez vous remémorer ces sensations agréables. Le but de l’opération est de créer un ancrage dans votre esprit. Vous allez ressentir du bien-être de façon intense grâce à l’autosuggestion positive.

Nos rêves se manifestent-ils ?

Les sceptiques diront que tout cela est un peu mystique, mais l’imaginaire dépasse souvent le rationnel. Vos pensées influent sur le déroulement des événements de votre vie ! Vous avez envie de gagner au loto, vous avez envie de séduire telle personne, vous voulez obtenir ce visa ? Est-ce seulement une question de chance et de hasard ? Il se trouve que vous pouvez aider le destin en manifestant vos rêves…

La loi de l’attraction

Contrairement à la PNL très pratique dans ses applications, la manifestation est une science plus mystérieuse que le commun des mortels connaît peu. Elle se base sur la loi de l’attraction, qui vient de la physique quantique. Le postulat de départ est que les êtres humains et toute matière gravitent à l’unisson dans un univers électro-magnétique fait de différentes vibrations. On attire donc à soi ce qui vibre sur notre fréquence.

Pour attirer ce que l’on désire, l’exercice consiste à changer sa manière de penser. Pour changer sa fréquence, le tout est de vibrer, ce que l’on sait très bien faire en rêve ! Notre subconscient intègre nos envies et influence nos émotions et nos actions. Ainsi, nous devenons ce que nous pensons !

Ecrivez vos rêves

Il est temps de vous faire votre propre avis, non ? Réalisez et répétez cet exercice tous les soirs ou au moins un jour sur deux sur une période d’un mois.

  • Installez-vous dans une position confortable et détendez-vous.
  • Imaginez-vous dans la vie dont vous rêvez, vous avez obtenu tout ce que vous avez toujours désiré et accompli tout ce que vous souhaitiez. Visualisez la mentalement puis racontez votre vie avec vos mots sur un cahier pendant 10 minutes.
  • Décrire au présent “Je suis heureux enfin parce que…”.
  • Emportez toujours ce cahier avec vous et lisez-le tous les jours plusieurs fois par jour.
  • Chaque fois que vous vous dites que vous ne pourrez pas le faire, chassez cette idée pour vous concentrer sur le positif… L’important est d’y croire très fort.
  • Lâchez prise sur vos demandes et passez à autre chose.

Prenez une photo de votre vie idéale

Vous pouvez également réaliser un tableau de vision (ou “vision board”). C’est le moment de mettre à profit vos vieux magazines qui traînent. Réalisez un collage qui décrit exactement en image votre vie idéale : avec les objets que vous souhaitez posséder, les projets que vous souhaitez réaliser et les expériences que vous souhaitez vivre.

Cet exercice peut vous aider à déterminer vos objectifs plus clairement : ils n’appartiennent qu’à vous et sont personnalisés. Faites en sorte de ne pas être influencé par les médias ou votre entourage. Regardez votre tableau souvent en pensant à vos objectifs et laissez-le toujours à portée de vue, par exemple sur votre bureau. Le but est d’envoyer un message fort et clair à l’univers. Vous rêvez de cette vie-là et vous êtes prêt(e) à l’accueillir.

Oui, les rêves se réalisent si vous les affirmez !

Pour compléter l’action du tableau de vision, vous pouvez élaborer des phrases de style direct qui confirment la réalisation de vos rêves, ce sont les affirmations positives dont voici quelques exemples :

  • Je gagne x par mois (préciser le chiffre).
  • Je pèse x de kilos et je suis au meilleur de ma forme.
  • Je vis avec un partenaire (précisez si vous avez une personne en tête) et je m’épanouis dans notre relation de couple.
  • Je conduis une x (préciser le type de voiture).

etc…

Lisez-les matin et soir et répétez-les à voix haute pour bien vous les approprier. Si l’on arrive à se persuader sans aucun doute qu’un objectif est déjà réalité, il le deviendra forcément.

Il est important de toujours exprimer de la gratitude pour votre situation présente, sans regretter ce que vous n’avez pas encore. Attention, la loi de l’attraction n’est pas instantanée, il faudra évidemment s’armer de patience et d’une bonne dose de confiance. En parallèle, mettez des choses en place pour aller dans la bonne direction.

En conclusion : rêver oui, mais avec méthode !

“Au lieu de rêver ta vie, vis ton rêve !” Cette citation prend ici tout son sens. Rêver sa vie ne serait finalement qu’un moyen de se sentir plus serein et de s’accomplir. Il existe des méthodes éprouvées pour concrétiser ses rêves.

La confiance en soi joue aussi beaucoup dans notre réalisation. Dans ce domaine, la PNL peut aider à se rebooster et mieux gérer ses émotions. Il est aussi recommandé de se faire accompagner par un guide en développement personnel. Vous avez commencé une nouvelle formation en ligne mais votre confiance en vous-même n’est pas au top ? Lisez notre article pour réussir sa formation en ligne grâce au développement personnel.

On possède tous de nombreuses ressources insoupçonnées, notamment notre subconscient, un formidable allié pour nous faire avancer. N’hésitez pas à partager les résultats des exercices en commentaires. Rêveurs, ne culpabilisez plus, et offrez-vous un tout nouveau monde ! (Si vous n’avez pas la ref’, je vous donne un indice…).

Un grand merci à Véronique pour son article, et merci à vous de l’avoir lu jusque-là.

À lire aussi :

Débuter dans l’entrepreneuriat : les 3 plus grandes peurs

Débuter dans l’entrepreneuriat : les 3 plus grandes peurs

Se lancer dans l’entrepreneuriat : voici les 3 peurs qui nous hantent

article invité de Camille pour choisir sa formation

Vous voulez démarrer une activité à votre compte, mais vous hésitez, vous doutez, vous faites des crises d’angoisse à cette idée ? Eh bien, sachez que c’est normal ! Créer un business fait facilement paniquer, et ce, quel que soit le secteur que tu choisis. Nous allons voir ensemble les 3 plus grandes peurs, qui font surface, quand on débute dans l’entrepreneuriat.

se lancer dans l'entrepreneuriat

1. La peur de manquer d’argent

Pourquoi cette peur vous paralyse ?

L’une des premières peurs que l’on peut ressentir lorsqu’on décide de se lancer dans l’entrepreneuriat, c’est celle de manquer d’argent.

Le régime salarial apporte une vraie sécurité à ce niveau-là, car nous savons d’avance ce que nous aurons sur notre compte bancaire à la fin du mois.

Lorsque vous êtes entrepreneur, vos revenus dépendent totalement de vous, du travail que vous allez fournir, et des clients que vous aurez. Vous ne savez jamais vraiment quel montant vous pourrez vous verser à la fin du mois, et cette situation peut créer chez certains une anxiété quotidienne.

Mais cette peur cache, en réalité, des angoisses bien plus profondes comme : ne pas trouver de clients, ne pas avoir de contrats réguliers, ne pas réussir, être jugé, ou encore regretter d’avoir quitté la sécurité financière du salariat.

Que faire pour mieux la vivre ?

Pour mieux vivre votre début d’activité, voici ce que vous pouvez faire en amont :

  • Construisez un business plan si c’est nécessaire. Vous trouverez des outils gratuits en ligne pour vous aider à le réaliser.
  • Faites vos comptes, et calculez le montant approximatif de toutes vos charges mensuelles à payer.
  • Gardez un emploi à temps partiel en parallèle. Avec cette solution, vous serez sûr d’avoir un minimum de paie à la fin du mois.

Attention de ne pas vous comparer aux autres. En effet, depuis quelque temps, de plus en plus d’entrepreneurs postent des bilans financiers sur les réseaux sociaux.

Sachez qu’il n’y a pas de seuil précis à atteindre pour prétendre vivre correctement, et bien gagner sa vie.

Ces notions sont propres à chacun. Nous avons tous des attentes, des envies et des besoins différents. Quand l’un se contentera de 1 500 euros dans son portefeuille, un autre aura plutôt besoin de 5 000 euros.

Il est important de faire les choses en fonction de vous.

En devenant indépendant, vous apprendrez à aborder ce sujet autrement, votre vision et votre rapport à l’argent changeront au fur et à mesure que vous évoluerez. Pour ceux qui sont vraiment inquiets et qui désirent se faire accompagner, des coachs en ont fait leur spécialité. Grâce à eux, vous manifesterez une toute nouvelle énergie, vous prendrez confiance en vous, et vous verrez votre business décoller.

2. La peur de se vendre

Prendre confiance en soi et se sentir légitime

Bien souvent, la vente est associée à quelque chose de mauvais. Mais ce n’est pas du tout le cas. Lorsque l’on débute, nous manquons de confiance en nous. On se dit que l’on ne sait pas vendre, que l’on n’en est pas capable, ou encore, que l’on n’est pas légitime. Ne laissez pas toutes ces croyances limitantes décider pour vous, et prenez le dessus.

Posez-vous la question suivante : si vous n’aviez pas peur de vendre, que feriez-vous ? Je pense que vous voudriez échanger de façon totalement naturelle avec votre potentiel client, sans le forcer, et sans lui mentir sur vos produits ou prestations.

Être authentique est la clé de la vente. Soyez toujours honnête et aligné avec vos valeurs. Vous n’avez rien à prouver, vous n’êtes pas supérieur ou inférieur à la personne en face de vous. C’est une relation d’égal à égal, alors soyez vous-même !

Ne passez pas des heures sur Internet, à chercher la meilleure manière pour réussir à vendre, créez votre propre méthode ! Ce que font les autres ne vous correspondra pas forcément, et ne fonctionnera pas pour vous.

Votre intention première doit être d’aider, de répondre à une demande et d’apporter à vos clients ce dont ils ont besoin.

Comment gérer les refus ?

Dans la peur de vendre, une autre appréhension entre généralement en compte : les objections. Voici des exemples :

  • « C’est trop cher ! »
  • « Je n’ai pas le temps ! »
  • « Cela ne m’intéresse pas ! »

Ne vous alarmez pas ! Vous devez accepter les refus, c’est totalement OK ! Ce n’est pas une mauvaise chose, au contraire cela montre que vous osez et que vous agissez. Il y a une théorie très simple qui est que : plus vous aurez de “non”, plus vous aurez d’opportunités d’obtenir un “oui”.

Cela ne remet absolument pas en cause votre travail, ni qui vous êtes. Dites-vous juste que ce n’était pas le bon moment pour lui, que cela ne correspond pas à ses besoins actuels, ou que vous ne partagez pas les mêmes valeurs.

Osez passer à l’action et ne vous laissez pas emporter dans un cercle vicieux. En effet, si vous avez peur de vendre, vous n’aurez pas de clients, vous n’aurez pas d’argent, vous n’aurez pas le moral, et du coup plus aucune motivation à essayer d’avancer.

3. La peur de la concurrence

Vos concurrents sont vos meilleurs alliés

La troisième plus grande peur que l’on a lorsque l’on débute, c’est la concurrence. Tout comme la vente, elle est très souvent assimilée à du négatif.

Bonne nouvelle, la concurrence est une chose positive ! S’il y a du monde qui se positionne sur le même marché, cela signifie qu’il est porteur.

Vos concurrents ne sont pas des adversaires, vous n’êtes pas dans une compétition.

Au contraire, ils peuvent devenir vos meilleurs alliés, et donner vie à de belles collaborations. Ils peuvent vous recommander s’ils ne peuvent plus accepter de nouveaux contrats, s’ils ont besoin d’un remplacement temporaire, ou s’ils décident de changer de domaine. Cela peut être bénéfique pour vous.

Comment ne surtout pas agir face à la concurrence ?

Certains pensent même qu’en faisant une mauvaise publicité à l’un d’eux, en public sur les réseaux sociaux, cela leur permettra de gagner la confiance de leurs abonnés et attirera plus de contacts. C’est faux ! Agir ainsi ne vous apportera rien de bon, et encore moins de nouveaux clients. Qui a envie de travailler avec un professionnel qui se permet de juger le travail des autres ?

Au lieu de vous comparer, ou de les dénigrer en regardant leur travail et leur évolution, inspirez-vous d’eux. Demandez-vous ce que vous pourriez mettre en place de différent, ce que vous pourriez apporter de plus à vos prospects.

Analysez les demandes et les besoins de votre client idéal pour progresser et évoluer afin de vous démarquer.

Les différents types de concurrence

Dans votre business, vous rencontrerez deux types de concurrents :

  • Les concurrents directs : vous avez exactement la même niche, et ils proposent des prestations ou produits identiques.
  • Les concurrents indirects : vous faites le même métier, mais ils l’abordent d’une façon différente, et n’ont pas le même persona.

La concurrence n’est pas à craindre, car les gens achètent pour vous !

Le personal branding est une chose essentielle à mettre en avant dans votre stratégie de marketing. Vous êtes unique, vous avez votre personnalité, votre identité visuelle, vos valeurs, votre message, etc.

Soyez simplement naturel dans votre communication. Vos offres correspondront ainsi à des personnes qui se sentent connectées à vous, et qui se reconnaissent dans les valeurs que vous véhiculez.

N’attendez pas de ne plus avoir d’angoisses pour vous lancer, sinon vous ne le ferez jamais. Rejoignez cette belle, et folle, aventure qu’est l’entrepreneuriat, et vous verrez que vous n’aurez aucun regret ! Alors, prêts à surmonter ces 3 plus grandes peurs ?

Article rédigé par Camille. Retrouvez-la sur LinkedIn et Instagram.

C’est décidé, je veux travailler à la maison !

C’est décidé, je veux travailler à la maison !

Le travail salarié, vous connaissezؘ ! Depuis quelques années déjà, c’est la même rengaine : le réveil sonne, après avoir avalé votre café et déposé les enfants à l’école, direction les bouchons, le bureau, et les mêmes tâches répétitives. Cette routine métro-boulot-dodo vous pèse ! Vous aimeriez organiser votre temps, évoluer dans un environnement de travail apaisant et motivant ! C’est décidé, vous voulez travailler à la maison. Mais un problème persiste. Quelle profession pourriez-vous exercer et comment vous y prendre ? On vous en dit un peu plus juste en dessous.

Pourquoi travailler à la maison ?

Gagner en liberté

Il faut quand même reconnaître que le salariat a quelques avantages. Il apporte, notamment, une stabilité financière. Oui, mais voilà, ce n’est pas toujours un argument suffisant pour s’y complaire.

Travailler à la maison offre une forme de liberté différente. Cela permet de choisir son organisation. Vous avez une flexibilité presque sans limites sur vos horaires. Ainsi, si vous êtes plutôt du matin, vous pourrez travailler dès l’aube. Si, au contraire, vous préférez démarrer votre journée en douceur, rien ne vous empêche de faire des séances de travail plus tard le soir. Et pour les adeptes de la sieste digestive, aucun collègue ne vous regardera de travers si vous vous octroyez une petite sieste réparatrice après le déjeuner.

Concilier vie professionnelle et vie personnelle

L’organisation sur-mesure qu’offre le travail à la maison permet de concilier vie professionnelle et vie personnelle beaucoup plus facilement. Vous aurez la possibilité d’accompagner une sortie scolaire ou de garder votre enfant malade à la maison sans mettre en péril votre business agenda. Vous pourrez également caser facilement un rendez-vous médical dans votre planning, et même vous accorder un créneau sport quand bon vous semble.

Travailler pour soi

Travailler chez soi est parfois synonyme de travailler pour soi. C’est se donner la possibilité de choisir ses missions et ses clients. Il sera certainement difficile d’être trop sélectif au démarrage de votre entreprise. Mais une fois votre activité bien établie, vous pourrez vous permettre de travailler avec des personnes pour qui vous avez une réelle affinité professionnelle et choisir des projets en adéquation avec vos goûts et vos valeurs. Vous aurez également des tâches beaucoup plus variées puisque vous prendrez en charge tous les aspects de votre métier : de la relation client, à la création de valeur ajoutée, en passant par l’administratif. Certaines tâches vous plairont, sans doute, moins que d’autres. Mais vous aurez l’énorme avantage de ne pas tourner en rond et de ne pas tomber dans la routine.

Quel métier exercer et comment se lancer ?

Se renseigner pour faire le bon choix

Pour travailler à la maison, deux possibilités s’offrent à vous :

· le télétravail salarié ;

· le statut de freelance, ou travailleur indépendant.

La deuxième alternative vous donnera une plus grande flexibilité d’organisation.

Si votre choix s’oriente vers l’indépendance, la question cruciale va se poser : quel métier puis-je exercer en indépendant depuis mon domicile ?

Le choix du numérique semble judicieux car, en général, il y a seulement deux prérequis :

· un PC ;

· une bonne connexion internet.

Mais, dans le domaine du digital, le choix est vaste. Pour trouver un métier du web adapté à ce que vous aimez, le mieux reste de se renseigner auprès de personnes qualifiées. Des plateformes, telles que choisir-sa-formation, vous guident à travers des articles regroupant de précieux conseils.

Se former pour démarrer sereinement

Certaines activités professionnelles nécessiteront un approfondissement de vos connaissances voire une formation complète.

Les formations aux métiers du web sont très nombreuses. Difficile de s’y retrouver, de faire un choix, et surtout de se lancer. S’engager dans une formation, c’est en effet souvent un investissement financier, un investissement en temps, mais aussi un investissement moral. Cette formation qu’on a choisie, on y croit, on espère qu’elle nous mènera au bout de notre projet. Si ce n’est pas le cas, la déception peut être lourde.

Alors avant de choisir sa formation, on a besoin d’être rassurés, en recueillant l’avis d’anciens élèves par exemple. La formation a-t-elle répondu à leurs attentes ? Leur a-t-elle permis de passer à l’action ? Une fois convaincu par les témoignages, on peut se lancer sereinement.

Se faire coacher pour tenir ses objectifs

Bien souvent, en cours de formation, les idées commencent à fuser, on a plein de projets. Si par exemple, on se lance sur une formation en rédaction web, on est vite happés par l’univers du blogging. Et là, le piège peut être de vouloir tout faire en même temps : suivre la formation, trouver ses premiers clients, construire son blog, y mettre ses articles… Les possibilités sont vastes.

Pour se cadrer, faire appel à un coach business est souvent judicieux. Un coach business, c’est une personne qui vous guide tout au long de votre projet. Il vous aide à fixer des objectifs précis (et à les respecter !) et à gagner du temps en vous évitant l’éparpillement. Il est aussi là pour vous encourager et vous rebooster dans les moments de doute.

Avantages et inconvénients du travail à domicile

Choisir son rythme de vie

On l’a dit, travailler à la maison apporte une grande liberté d’organisation. Choisir votre rythme de vie en fonction de vos préférences et de votre énergie permet, indéniablement, d’être moins stressé. Le temps économisé sur les trajets, si vous vivez loin de votre travail, représente des minutes, voire des heures, gagnées chaque jour. Vous pourrez, par exemple, les utiliser pour savourer de longs petits déjeuners ou pour déposer tranquillement vos enfants à l’école en évitant la case garderie.

Vivre d’un métier passion

La quête de sens professionnel est, parfois, un enjeu majeur après plusieurs années de salariat. Travailler chez soi, et pour soi, c’est souvent faire le choix d’un métier qui nous ressemble et qui nous anime. Exercer un métier qu’on affectionne donne l’opportunité de valoriser des compétences personnelles, celles qui restent trop souvent dans l’ombre quand on occupe un job purement alimentaire.

Jouir d’une grande liberté géographique

Être cantonné au même bureau des années durant peut se révéler pesant à long terme. Travailler chez soi, c’est travailler au sein de son foyer, mais pas que ! Une multitude de possibilités s’offrent à vous. En véritable digital nomad, vous posez votre ordinateur portable dans un espace de co-working, chez un ami, à une terrasse de café, ou même à plusieurs centaines de kilomètres de votre résidence si vous souhaitez changer d’air.

Organiser son environnement de travail

Les bureaux sont parfois très impersonnels, les open spaces très bruyants. Pas toujours facile de se sentir bien dans des locaux qui ne nous appartiennent pas et que l’on ne peut pas aménager à sa guise. Chez vous, vous avez la possibilité d’agencer votre espace de travail pour vous y sentir bien. Vous pouvez, par exemple, tourner votre bureau vers la fenêtre pour profiter de la vue. Vous pouvez choisir de travailler dans le calme le plus complet ou alors mettre une musique d’ambiance.

Traverser des moments de solitude

Vous n’aurez plus votre collègue préféré à portée de main pour une pause-café ou pour raconter les progrès de votre petit dernier. Le travail à domicile peut, parfois, être synonyme de solitude. C’est un point important à prendre en compte. Êtes-vous capable d’avoir moins d’interactions humaines durant vos journées ? Cela ne signifie pas pour autant que vous êtes totalement coupé du monde. Vous échangez avec vos clients par téléphone et vous faites des points projets en visioconférence. Et n’oubliez pas que les espaces de co-working peuvent être une alternative pour changer de contexte de temps à autre.

Ne pas savoir se mettre de limites

La plus grosse erreur est sans doute de ne pas avoir de cadre horaire assez rigoureux. Certes, vous vous permettez des pauses pour des activités personnelles, mais vous pouvez aussi vous surprendre à consulter vos mails professionnels à 23 h 00, avant de vous coucher. L’important est donc de se fixer des créneaux de travail précis afin de ne pas empiéter sur votre vie privée.

Vous l’aurez compris, travailler à la maison apporte liberté et flexibilité. Pour démarrer ce nouveau mode de fonctionnement, l‘important est de :

· Vous renseignez sérieusement.

· Suivre une formation de qualité qui correspond à vos attentes.

Ainsi, vous effectuerez ce formidable virage du travail à la maison dans les meilleures conditions.

Un grand merci à Christelle Facon pour cet article invité !

Reconversion professionnelle et numérique

Reconversion professionnelle et numérique

Reconversion professionnelle et numérique : quand la cause devient la solution

Alors que l’arrivée des réseaux sociaux et du web révolutionne le monde de l’entreprise, certains employés se sentent désorientés. Ils cherchent leur place, leur rôle dans ce monde nouveau qui s’accélère sans cesse. Ils remettent en cause leur carrière, s’interrogent sur leur positionnement en tant que salariés. Reconversion professionnelle et numérique : quelles interactions ? Le web, à l’origine de cette remise en question, parfois de toute une carrière, est aussi la clé d’un nouveau processus salvateur, le premier pas vers une renaissance professionnelle et personnelle.

Se reconvertir professionnellement, ce n’est pas que changer de métier

Redonner du sens à sa vie

La vraie question qui remet en cause une carrière professionnelle est le pourquoi. Pourquoi ai-je envie de changer ? Pourquoi avais-je choisi ce poste ? La quête de performances est si omniprésente qu’elle prend place dans notre ressenti de bonheur au travail. Changer de vie professionnelle, c’est prendre un nouveau chemin qui nous remet sur les rails de nos motivations profondes.

S’épanouir professionnellement est aujourd’hui la base d’une carrière.

La recherche du confort, un critère subjectif et personnel

Viennent alors tout naturellement, les remises en question et interrogations existentielles. Quelles sont mes priorités ? Où ai-je envie de dépenser mon énergie ?

Le critère principal et commun à tous les porteurs de projets de reconversion professionnelle est la notion de confort et de bonheur au travail. Certes subjectif, ce besoin se décline selon les personnes en différentes intentions.

  • Être en phase avec ses valeurs ;
  • Sortir de l’ennui ;
  • Accéder à de meilleures conditions de travail ;
  • 47 % des sondés veulent découvrir « autre chose ».

Ainsi, certains salariés décident de quitter leur entreprise et se lancer dans l’entrepreneuriat pour acquérir une autonomie décisionnelle et organisationnelle. D’autres actifs, au contraire, traduisent le besoin de confort par le choix de la voie du salariat, comptant surtout sur la régularité financière.

Confinement, accélérateur de ces changements de carrière

Déjà dans un processus de quête de sens, les internautes ont augmenté de 40 % leurs visites sur les sites de formation pendant la première période de confinement en mars 2020. Cette période d’isolement a fait office d’accélérateur de projet professionnel ou personnel et de priorisation.

D’une part, les gens ont pris conscience de l’importance de leur environnement physique et social.

  • Dans quel cadre géographique ai-je envie d’évoluer ?
  • De qui ai-je envie d’être entouré au quotidien ?

D’autre part, ils ont opéré un retour aux valeurs traditionnelles, la famille, les liens sociaux, l’empathie et l’aide aux autres. On note notamment que les formations dans les domaines médicaux, médico-sociaux et paramédicaux ont le vent en poupe. La crise de la COVID-19 a remis les soignants et leur dévouement sur le devant de la scène et donne envie à tout un chacun de jouer un rôle dans ce secteur d’activités.

Avec les moyens de communication modernes, la vie professionnelle s’est accélérée

La prise de conscience des 40-55 ans

La génération des quadras et plus a vu débarquer sur son bureau nombre de sources informationnelles nouvelles. Après un début de carrière avec un téléphone fixe et parfois un fax au bout du couloir, voilà que les courriers électroniques fusent en temps réel, que le téléphone portable ne cesse de sonner. Comment se positionner en tant qu’être humain au milieu de cette vague d’information constante ?

Devoir continuellement remettre en cause son planning de rendez-vous et changer ses priorités n’est pas toujours le quotidien dont ils avaient rêvé. Enfants ou même étudiants, la vie professionnelle s’imaginait épanouissante et gratifiante. Qu’en est-il 20 ans plus tard ? Les sollicitations assaillent et les visioconférences remplacent la chaleureuse poignée de main.

Les moins de 30 ans, nés avec Internet, ont déjà les bons réflexes

À l’inverse, et c’est tout à fait logique, les trentenaires et jeunes actifs manient ces médias avec une dextérité déconcertante pour amener les entreprises vers une visibilité accrue et un indiscutable élargissement des liens sociaux.

La communication digitale et le web, déclencheurs de ce besoin de réorientation professionnelle

Les réseaux, une fenêtre ouverte sur les autres entreprises

Finalement, ces réseaux et ces flux d’information entrante s’avèrent être une véritable mine d’or sur le monde extérieur. Actualité des entreprises, nouveaux marchés, la communication via les réseaux sociaux fournit nombre de pistes sur les opportunités professionnelles, mais aussi sur le monde du travail en général. Cela donne l’occasion de poser un regard nouveau sur le marché de l’emploi et y trouver sa place ou tout au moins comprendre que l’on a ses chances.

Parallèlement, les retours d’expériences négatives et autres burn-out confortent dans le sentiment qu’il est primordial de bien vivre sa carrière professionnelle.

Regard sur les autres parcours

Être connecté aux réseaux sociaux, c’est aussi accéder à un formidable vivier expérimental où l’on regarde les autres évoluer et nous donner exemple. Bon ou mauvais, ce sont des parcours témoins que l’on suit chaque jour.

L’arrivée des podcasts, notamment, permet de se renseigner en temps masqué. Écouter un podcast qui parle des métiers du web alors que l’on conduit ou rentre en métro donne l’opportunité de s’intéresser aux autres secteurs d’activité et de découvrir, pourquoi pas, des voies d’avenir insoupçonnées. Des vocations naissent alors.

Étudier et approfondir son projet de reconversion professionnel est nettement facilité par l’accès au digital.

Reconversion professionnelle et numérique : le web, accélérateur de performances

La remise à niveau des compétences

De même, c’est encore par les réseaux sociaux que l’on s’informe et que l’on juge de sa capacité à se réorienter. Bref, on travaille sa décision.

Ainsi, on fait un bilan de compétences, on prend rendez-vous en ligne avec un conseiller spécialisé, on consulte son Compte Personnel de Formation, dit CPF.

Avec les coachs mentaux en ligne, on se teste, on fait un vrai travail d’introspection depuis son canapé ou à la pause déjeuner confortablement installé sur un banc public.

Enfin, le large choix de formations en ligne rend toute envie réalisable. Certains sites nous enseignent même l’art de choisir sa formation.

La montée en compétences vers un nouveau métier

Une fois, la décision mûrie et la nouvelle voie décidée, ce sont toujours les espaces digitaux sociaux et canaux de communication numérique qui nous aident à :

  • Faire le point des compétences professionnelles ;
  • Valider les acquis ;
  • Nous mettre en relation avec les organismes concernés (Fongecif, Pôle Emploi, APEC) ;
  • Travailler sa phase de reconversion ;
  • Élaborer un projet professionnel structuré ;
  • Prendre un congé individuel de formation ;
  • Suivre une formation en ligne pour apprendre un nouveau métier — E-learning.

Le web, la plaque tournante des rencontres professionnelles et projets de reconversion

Les plateformes sociales valorisent les profils

À ce jour, on considère que 60 % des actifs ayant fait l’objet d’une reconversion l’ont réussie grâce aux réseaux sociaux. Travailler son profil sur LinkedIn, Viadeo, ou même Twitter, Instagram ou Facebook est l’idéal pour mettre en valeur tant les softs skills (compétences générales) que les hard skills (compétences techniques).

C’est l’occasion ou jamais de mettre en exergue notre savoir-faire, mais aussi nos valeurs, notre manière de penser et de communiquer. C’est en quelque sorte un curriculum vitae vivant.

Si cette vitrine dynamique détaille le parcours, elle apporte aussi un élément nouveau, mais de taille, les recommandations. Les anciens employeurs, collègues, partenaires et collaborateurs donnent leur sentiment sur la relation professionnelle qu’ils ont vécue et les compétences de la personne.

Les chercheurs passifs, qui ne font que de la veille vont être contactés sans même postuler

Saviez-vous que 80 % des recruteurs effectuent leurs recherches parmi ces réseaux ? Être présent et visible est un moyen tout simple d’être contacté sans même avoir postulé. S’inscrire est une façon de se mettre sur le marché de l’emploi sans quitter son poste ni parcourir les petites annonces. D’ailleurs, la plupart des agences intérims et cabinets de recrutement vous invitent à vous inscrire en ligne, dès la première visite sur leur site Internet.

Cela permet aussi de mesurer la manière dont votre profil est perçu.

Les actifs optimisent leur visibilité et adoptent une stratégie communicationnelle

Mais c’est avant tout un lieu de rencontre et d’échanges. Poster, liker, commenter est le début du réseautage. Réseautage, étape incontournable dans une stratégie de communication numérique. Rencontrer de nouveaux profils, échanger sur les expériences, les besoins enrichit formidablement le candidat.

Il communique en laissant le partenaire venir à lui. On parle alors de stratégie inbound.

L’idée est de se créer une communauté active.

En contrepartie, il a désormais accès à pléthores d’offres d’emploi, sans même se déplacer.

Recherche d’un nouveau job ? Qui a parlé de se déplacer ?

Réussir sa reconversion grâce au digital

Se reconvertir dans un métier du web

Si la communication digitale est à l’origine de la reconversion professionnelle, et qu’elle contribue à sa mise en route, elle peut aussi être une fin en soi. Les métiers du numérique sont des métiers d’avenir et choisir de se reconvertir dans un métier du web est judicieux. Ainsi, de nouvelles carrières naissent :

  • Formateur en ligne ;
  • Coach professionnel, sportif ou mental à distance ;
  • Maître de visioconférences, etc.

Oser se lancer car on maîtrise sa visibilité

Cela va même plus loin. Quand on sait qu’en France, un nouveau site marchand naît toutes les 30 minutes et que la tendance est au D To C (direct To consumer), on comprend que la peur de ne pas vendre sera de moins en moins un frein pour se lancer dans la création d’entreprise et l’infoprenariat.

Sachant que la majorité des sites réalisent moins de 100 transactions par mois, on comprend que les petites boutiques et artisans prennent un réel marché, en profitant de cet énorme potentiel dont bénéficie la vente en ligne.

Les professions libérales aussi misent sur la téléconsultation

Diététiciens, profs de yoga, coachs, nombreuses sont les activités libérales qui se développent grâce au digital. Se reconvertir dans un métier qui demande de se créer une clientèle est alors un défi moins impressionnant qu’il y a encore une dizaine d’années.

Là encore, l’effet confinement n’y est pas étranger.

De nouvelles habitudes numériques ont pris place dans la vie professionnelle.

Vivre de son blog

Enfin, autre levier et non des moindres, vivre de son blog est désormais chose possible. Avec les différents moyens de monétisation de son site ou de son blog, se rémunérer d’une activité de service en ligne, ou de produit numérique est un réel débouché.

Vous voulez en savoir plus ? C’est juste ici pour télécharger votre Ebook qui vous dira tout.

Maintenant, vous savez tout et surtout que si l’accélération des moyens de communication est à la source du nombre de repositionnements professionnels, elle est aussi la clé de la réussite de ces reconversions.

Je prends mon avenir en main, je me renseigne sur les formations en ligne.

Cet article peut aussi vous intéresser :

Entreprendre pour prendre confiance en soi

Encore merci à Christelle pour sa participation et merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout !

Relancer sa carrière après la maternité

Relancer sa carrière après la maternité

6 façons de relancer sa carrière après la maternité

Maman d’un jeune enfant, vous avez repris le travail après une parenthèse professionnelle. Maintenant, comment relancer votre carrière après la maternité ? Eh oui, vous avez retrouvé votre emploi, plus ou moins tel que vous l’aviez laissé avant votre départ en congé parental, mais aujourd’hui, vous ne vous y retrouvez plus. C’est tout à fait compréhensible ! Vous n’êtes plus la même personne et vos besoins et envies ont évolué. Il faut probablement réinventer votre vie professionnelle, tout comme vous l’avez fait (ou êtes en train de le faire) pour votre vie personnelle et votre vie familiale. Voici 6 idées adaptées aux working mums pour donner un nouvel élan à leur job, sans tout révolutionner.

1. Intrapreneuriat : changer de job en douceur et en sécurité

Comme une envie de changement

Vous avez envie de changement professionnel, mais, compte-tenu de votre situation de nouvelle maman, vous trouvez plus sage de garder votre CDI dans votre entreprise. Ce n’est peut-être pas le moment de tout changer ! Et une mobilité interne, cela vous semble un peu prématuré. On vous comprend. Alors, comment faire pour apporter tout de même un souffle de nouveauté ? Avez-vous entendu parler du job crafting ? Cela consiste à façonner votre emploi pour retrouver plaisir et motivation à travailler. Cette solution est idéale pour amorcer un virage professionnel, préparer le terrain d’une promotion ultérieure, ou simplement prendre une bouffée d’oxygène, sans trop de risques.

Candidate en interne

Commencez par être à l’écoute et vous tenir au courant des actualités de votre entreprise et de son secteur. Communiquez à votre réseau interne sur vos envies de prendre de nouveaux sujets. De cette manière, on pensera à vous si une opportunité apparaissait. Vous pouvez forcer un peu le destin : identifiez vous-même une problématique à laquelle vous pensez pouvoir répondre. Présentez-là à votre direction et proposez de participer voire de mener le projet. Discutez avec votre manager pour organiser les choses : dégager du temps pour votre nouveau rôle en déléguant certaines de vos tâches. Vous ferez bonne impression par votre ambition et votre implication. Allez, on compte sur vous pour briser le « plafond de mère » au sein de votre entreprise !

2. Entrepreneuriat : conjuguer indépendance, carrière et maternité

Changer de contexte

Si votre travail vous plaît en lui-même, mais que c’est le contexte dans lequel vous exercez – et en particulier le salariat – qui ne vous convient plus, alors vous pourriez envisager d’exercer votre activité en indépendante. Gardez le même métier, mais changez de statut : tentez l’aventure entrepreneuriale ! Par exemple : vous étiez Community Manager dans une entreprise, devenez Community Manager Freelance et choisissez de travailler avec différents clients.

Créer son job

Définissez les contours de votre offre et identifiez vos cibles. C’est aussi vous qui créez votre fiche de poste. L’avantage en devenant votre propre patron, c’est que vous disposez d’une plus grande marge de manœuvre pour décider quand, comment, où et avec qui vous travaillez (et pour combien). C’est de cette flexibilité et de cette liberté dont vous avez certainement envie à cette période de votre vie. Par exemple, vous choisissez vos horaires pour qu’elles soient compatibles avec la vie de famille.

Liberté, variété… et responsabilités

Si la solution de l’entrepreneuriat peut s’appliquer à votre métier, la transition peut aller assez vite : vous transférez vos actuelles compétences depuis votre job salarié vers votre job freelance. Mais soyez consciente qu’en plus de votre cœur de métier, vous aurez aussi à assumer les responsabilités et à porter différentes casquettes : directrice, commerciale, comptable, etc. Ces aspects ne doivent pas être négligés, car si en tant que salariée, vous n’aviez pas à gérer tout cela, en indépendante, vous devrez assurer vous-même la gestion de votre entreprise. Cela ne s’improvise pas. Comme on est sympa, on vous donne nos bons plans pour apprendre à créer votre micro-entreprise et à démarcher vos premiers clients : de quoi prendre un bon départ…

3. Slashing ou side project : trouver l’équilibre entre plusieurs activités professionnelles

Multipotentielle ?

Vous fourmillez d’idées de business, êtes curieuse, n’arrivez pas à choisir entre plusieurs métiers, avez plein de projets en tête et des talents encore inexploités… Vous vous retrouvez dans le terme « multi-potentiel » ? Vous n’êtes visiblement pas la seule, vue la tendance croissante du slashing ou du side project. On vous explique…

Slashing

Slasher, c’est exercer plusieurs métiers en parallèle. Soit les activités ont un lien entre elles (vendeuse en prêt-à-porter et blogueuse mode), soit elles sont différentes (juriste et prof de yoga). La principale difficulté pour la slasheuse est de maintenir un équilibre familial et professionnel, sans trop s’éparpiller, ni s’épuiser. Il faut donc être hyper efficace, bien organisée et savoir gérer ses priorités.

Parfois, on slashe par obligation : notre activité de cœur n’est pas assez rémunératrice pour pouvoir en vivre, alors on prend un job alimentaire à côté. Parfois, c’est pour ne pas avoir à choisir entre deux activités qui nous plaisent et donc à renoncer à l’une ou à l’autre.

Si le slashing convient à votre personnalité, cette solution devrait apaiser votre sentiment de ne pas « rentrer dans les cases ». Et si vous êtes bien dans vos baskets professionnelles (ou escarpins) vous aurez d’autant plus d’énergie pour votre rôle de maman.

Side project

Le side project est plutôt une phase transitoire au cours de laquelle vous démarrez votre projet d’entreprise à côté de votre contrat salarié. De cette façon, vous gardez la sécurité de votre emploi et testez votre projet sans risque. S’il rencontre le succès, vous pouvez choisir de vous y lancer à 100 %. Dans le cas contraire, vous restez salariée.

On vous l’assure : il y a de nombreux avantages à être auto-entrepreneur et salarié à la fois.

Dans votre situation, on ne va pas vous conseiller de prendre sur votre temps libre pour démarrer votre seconde activité : vous en manquez déjà sûrement… Demandez plutôt un temps partiel à votre employeur pour consacrer votre mercredi, non pas aux enfants, mais à votre side project (et sans culpabiliser si possible). Sinon, négociez du télétravail pour utiliser le temps de trajet économisé.

4. Formation : les compétences qui redonnent de l’assurance

Réactualiser ses connaissances

Vous vous êtes interrompue plusieurs mois, voire années, le retour à votre poste est un peu difficile, vous ne vous sentez plus « à la page ». Peut-être même avez-vous perdu confiance en vous et en votre capacité à assumer votre travail comme avant. Une formation pourrait vous rassurer tout en réactualisant vos connaissances. C’est particulièrement valable pour les métiers qui changent rapidement, qui nécessitent une pratique régulière pour conserver ses compétences, ou encore pour lesquelles vous devez être à jour des réglementations actuelles.

Se reconvertir

Une autre raison pour laquelle choisir la formation, c’est la reconversion. Là, on n’est plus sur de la réactualisation de compétences, mais sur l’acquisition de nouvelles compétences pour se réorienter professionnellement. L’intérêt est bien sûr de vous ouvrir à d’autres perspectives, mais aussi de vous sentir plus légitime pour prendre de nouvelles fonctions. Et si c’était le déclic nécessaire pour vous donner le courage de prendre un nouveau départ ? Des idées de métiers, on en a listé quelques-unes dans le domaine du web : vous y trouverez peut-être votre bonheur.

Vous aider à choisir une formation

Plusieurs modalités sont possibles : sur le temps de travail ou hors du temps de travail. Est-ce que vous voulez que votre employeur soit partie prenante ou qu’il n’en soit pas informé ? Comment comptez-vous financer votre formation ? Vous pouvez poser ces questions à un CEP (Conseiller en Évolution Professionnelle).

Avec notre blog Choisir sa formation, nous avons souhaité vous aider en testant pour vous les programmes et en vous les présentant. Parmi notre sélection de formations, vous trouverez de quoi vous former à distance, à votre rythme, dans différents domaines (marketing digital, anglais, freelancing, gestion d’entreprise).

5. Coaching/mentorat : se faire accompagner pour relancer sa carrière après la maternité

Coaching

Un accompagnement individualisé pourrait mieux répondre à vos besoins et attentes, car il est plus ciblé, plus confidentiel et donc adapté à des problématiques personnelles. L’accompagnement du coach est méthodique et doit permettre d’atteindre un objectif défini conjointement. Votre coach va vous aider à révéler votre potentiel, qui s’exprime au travers de vos talents, aptitudes, qualités, compétences et votre expertise. Il va aussi vous aider à définir votre stratégie et votre plan d’action. Il ira jusqu’à suivre les résultats et vous recadrer si nécessaire. Nous pouvons témoigner : faire appel à un coach peut vous faire gagner un temps précieux dans votre développement professionnel.

Mentorat

Le rôle du mentor est de vous inspirer, de vous donner envie de progresser. Il va vous guider (en général bénévolement) dans votre réflexion afin que vous trouviez vous-même les réponses à vos questions. Il peut vous faire bénéficier de son expérience et de son réseau dans le domaine où vous exercez tous les deux. Deux profils sont possibles : c’est un modèle auquel vous aspirez à ressembler, ou alors c’est une personnalité forte qui vous challenge. Comment dénicher votre mentor ? Vous pouvez intégrer des réseaux professionnels féminins en cherchant une femme qui a réussi, selon vos critères et vos valeurs, et que vous souhaitez prendre comme exemple.

6. Bilan de compétences : faire le point pour mieux repartir

Peut-être qu’avant d’envisager un changement professionnel, vous avez besoin de prendre un moment de réflexion : où en êtes-vous et où voulez-vous aller ? Le bilan de compétences vous apporte un cadre et une méthodologie pour faire le point. En effet, il s’agit d’un dispositif encadré par la loi (Article R6322-35 du code du travail). Un consultant formé vous accompagne tout au long des trois phases qui constituent obligatoirement un bilan de compétences :

  1. La phase préliminaire, qui permet de faire un diagnostic, d’analyser votre demande et de définir les conditions de l’accompagnement.
  2. La phase d’investigation, qui permet de construire votre projet, d’élaborer une stratégie.
  3. La phase de conclusion, qui permet de vous approprier les résultats du bilan et de mettre en œuvre le plan d’action.

Le bilan de compétences pose les bases solides d’une réorientation professionnelle. C’est un bon moyen pour y voir plus clair et éviter de partir tête baissée dans un projet peu réaliste.

Quelle que soit votre décision pour rebooster votre carrière après être devenue maman, cela va vous demander des efforts. C’est aussi une charge mentale importante qui va s’ajouter à vos responsabilités familiales. Vous avez certainement très envie de trouver LE job dont vous pouvez être fière et qui vous apporte l’épanouissement, tout en préservant votre équilibre vie perso/vie pro. Soyez patiente et indulgente avec vous-même. Allez-y étape par étape, par petits pas successifs, et ne cherchez pas la perfection (elle n’existe pas)…

Et vous : quel est votre prochain petit pas pour évoluer dans votre travail ?

Merci à Laetitia pour cet article, vous pouvez la retrouver sur sa page Facebook pro.

Se reconvertir dans le digital | Top 5 des métiers qui recrutent

Se reconvertir dans le digital | Top 5 des métiers qui recrutent

Le numérique fait partie des secteurs qui embauchent le plus. On voit l’apparition, ces dernières années, d’emplois encore méconnus il y a quelque temps. Le web est en constante évolution. Se reconvertir dans le digital apparaît comme pertinent, encore plus en cette période : développement du e-commerce, changement des habitudes des consommateurs, télétravail, etc. Plus que jamais, les entreprises ont compris la nécessité d’avoir une présence en ligne efficace et maîtrisée. Si vous avez envie de changer de métier pour le monde merveilleux de l’informatique, mais que vous ne savez pas précisément quelle profession vous intéresserait, vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, nous vous présentons les 5 métiers du digital qui recrutent le plus en ce moment.

1. Web designer

Si vous envisagez une réorientation professionnelle pour un travail où vous pourrez exprimer toute votre créativité, le web design est fait pour vous.

Alliant créativité et technique, ce métier consiste à créer des pages attractives et fluides pour l’internaute. Il prend en charge, non seulement tout l’aspect graphique d’un site internet (animations, typographie, illustrations, etc.), mais aussi l’ergonomie et l’arborescence de celui-ci.

Un site bien conçu, facile d’utilisation et au design attrayant encourage le visiteur à rester plus longtemps et à aller plus loin dans sa démarche. Toute organisation qui souhaite avoir une bonne image de marque sur la toile a un intérêt majeur à recruter un bon web designer.

En fonction de la complexité du projet, il peut être amené à collaborer avec d’autres profils comme un développeur ou un intégrateur.

Au quotidien, maîtriser la suite Adobe est indispensable. Il faudra également être force de proposition, savoir anticiper les besoins des utilisateurs et avoir de l’empathie pour leur offrir la meilleure expérience possible.

2. Développeur web

Le développement web fait partie des métiers du digital les mieux payés et les opportunités d’embauche sont énormes.

La mission du dev consiste à concevoir et à créer l’architecture et les fonctionnalités d’un site internet conformément à un cahier des charges. Il réalise l’analyse de la faisabilité technique du projet. Il écrit les lignes de code, effectue les tests, corrige les bugs et fournit les documentations techniques pour les utilisateurs.

Pour réussir sa reconversion professionnelle en tant que développeur web, il faut aimer l’informatique et maîtriser parfaitement les langages de programmation (HTML, CSS, JavaScript, SQL, PHP, etc.). Au-delà de vos compétences techniques, vous ferez la différence avec votre rigueur, votre rapidité d’exécution des missions et votre capacité d’adaptation dans cet univers qui évolue rapidement. Savoir faire preuve de pédagogie et avoir un bon relationnel seront également plus qu’appréciés.

3. Rédacteur Web

C’est un professionnel de la rédaction qui écrit des textes pour Internet : fiches-produits, articles de blog, pages fixes de sites, etc. Les prérequis pour se reconvertir dans la rédaction web ? Aimer écrire, maîtriser la langue de travail (grammaire, orthographe, conjugaison, etc.) et connaître les spécificités de l’écriture pour le web.

Dans ce domaine, la polyvalence est la clé de la réussite. Référencement naturel pour rédiger des articles optimisés SEO, utilisation des outils CMS comme WordPress, balisage HTML, etc. sont autant de compétences que vous pouvez développer.

Avoir une bonne culture générale, être organisé, autonome et curieux vous aideront également dans votre démarche de changement de carrière.

Se reconvertir dans le digital pour devenir rédacteur web peut être intéressant, car Internet aura toujours besoin de contenus de qualité. Et ce, pour répondre à la demande des internautes. Vous aimez écrire ? Foncez !

4. Expert SEO/SEA

L’objectif principal du spécialiste SEO/SEA est d’augmenter la visibilité d’un site pour y attirer du trafic qualifié. Il joue un rôle-clé dans le développement d’une entreprise. Un bon classement dans les pages de résultats signifie plus de visites donc augmentation du chiffre d’affaires.

Le consultant SEO est spécialisé dans le référencement naturel. Pour optimiser un site web, il travaille principalement sur le contenu, la structure et la popularité de celui-ci : mots-clés, maillage interne, balisage, HTML, indexabilité, netlinking, etc.

L’expert SEA, quant à lui, met en place des campagnes de publicités payantes. Il gère les projets de A à Z, de la définition de la cible à l’analyse des retombées des actions. Il achète les mots-clés, planifie les campagnes, gère le budget et adapte son plan d’action en fonction des résultats.

Vous pouvez vous spécialiser dans l’un comme dans l’autre, ou sur les deux. Outre les connaissances de base en marketing et en communication, maîtriser l’univers des moteurs de recherche et des médias sociaux apparaît comme indispensable. Une bonne capacité d’analyse et une excellente aptitude rédactionnelle sont également requises.

5. Community Manager

Encore peu considéré il y a quelques années, le community manager est aujourd’hui très sollicité par les entreprises. Elles comprennent de plus en plus l’intérêt d’avoir une présence active et réfléchie sur les réseaux sociaux.

Il a pour missions de développer, fédérer et fidéliser la communauté d’une organisation sur ces réseaux (Facebook, Instagram, WhatsApp, LinkedIn, etc.). Ses tâches au quotidien ? Diffuser les messages de l’entreprise, animer la plateforme avec des publications régulières et attractives, créer des évènements on-line (jeux-concours, sondages, etc.), interagir avec les abonnés, faire remonter en interne les remarques de ces derniers, etc. En fonction de la taille de l’entreprise, il peut prendre en charge toute la stratégie social media de celle-ci.

Si vous souhaitez changer de travail pour devenir community manager, sachez que ce poste requiert une bonne dose de sang-froid et d’humour. En effet, vous serez en première ligne, garant de l’image de l’organisation. Connaître parfaitement l’univers des réseaux sociaux ainsi que les particularités de chaque plateforme est également indispensable.

Se reconvertir dans le digital : top 5 des métiers qui recrutent

Le numérique est un domaine très vaste et, comme vous pouvez le voir, il y en a pour tous les goûts et pour tous les profils. Certains métiers du web sont accessibles sans diplôme. Évidemment, se reconvertir dans le digital ne s’improvise pas, il faudra se former. À distance ou en présentiel, il existe de nombreuses formations qui vous permettront d’être rapidement opérationnel. N’hésitez pas à vous renseigner pour connaître les différentes offres d’accompagnement et les possibilités de financement. Dans tous les cas, pour réussir sa reconversion professionnelle dans le web, il est essentiel d’être proactif. Mais aussi de rester en veille permanente pour suivre les tendances et les évolutions dans cet univers qui évolue très vite.

Merci à Onja pour cet article, et à vous d’avoir pris le temps de le lire.

Pin It on Pinterest