Travailler à la maison sans se sentir seul

Travailler à la maison sans se sentir seul

Les contraintes imposées par le salariat ne vous conviennent plus. La routine, les trajets quotidiens et le manque de temps pour votre vie de famille vous pèsent. Vous rêvez de liberté et d’une harmonie sans faille entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle. Pour combler vos attentes, vous avez fait le choix de devenir freelance et de travailler à la maison. Mais le travail à domicile rime aussi avec l’absence de collègues. Dans ces conditions, comment travailler à la maison sans se sentir seul ? Découvrez nos 4 astuces pour travailler chez vous sans jamais vous sentir isolé.

1. Créer son réseau

Être présent sur les réseaux sociaux

Être présent sur les réseaux sociaux est incontestablement une bonne idée pour développer votre entreprise. Ces réseaux sont un levier de communication très puissant, et gratuit. Ils vous permettent de créer de la proximité avec votre audience et de fédérer une future clientèle pour vos produits.

Petit tour d’horizon parmi les plus connus :

  • Facebook : c’est le réseau le plus utilisé en France. Il permet la création de page pro.
  • LinkedIn : véritable carrefour professionnel, LinkedIn vous permet de trouver des contacts professionnels de qualité.
  • Instagram : lieu de la communication visuelle par excellence. La proximité avec l’audience est le maître-mot.
  • Twitter : c’est le réseau de l’instantané. Il faut publier beaucoup pour être visible.
  • YouTube : ce format vidéo est très apprécié par les internautes, mais demande beaucoup de temps pour produire des vidéos de qualité.

Quel que soit le réseau que vous choisirez, il vous permettra d’interagir avec votre audience et vos contacts quotidiennement. Ne tombez pas dans le piège de la faille temporelle Instagram — « Mince ça fait déjà 2 heures ! » Utilisés avec modération, les réseaux sociaux vous permettront d’étendre votre clientèle, d’échanger des conseils avec vos pairs et de communiquer pour ne pas vous sentir isolé.

Intégrer un réseau d’entrepreneurs

Réseaux régionaux, féminins, thématiques, pour entrepreneurs débutants ou pour entrepreneurs déjà établis… Il existe une pléthore de réseaux professionnels.

Pour n’en citer que quelques-uns :

  • Initiative France : rassemble 16 000 dirigeants bénévoles et 9 000 entrepreneurs parrainés.
  • Réseau mampreneurs : compte 19 antennes réparties sur le territoire français.
  • Femmes entrepreneurs : lancé en mai 2010, ce réseau rassemble déjà près de 5 000 abonnées Facebook.
  • Action’elles : créé en 1994, Action’elles regroupe 400 dirigeantes.

L’objectif principal de ces communautés est toujours le même. Elles vous permettent de développer un réseau, de participer à des rencontres mensuelles, d’assister à des événements liés à des problématiques entrepreneuriales, d’échanger, et de vous sentir entouré.

Se faire des collègues « virtuels »

Ces différents réseaux sociaux et entrepreneuriaux sont des lieux de rencontre. En y côtoyant vos pairs, vous pourrez créer des affinités et nouer des liens professionnels étroits. Par exemple, si vous êtes développeur web, vous croiserez peut-être, lors d’un café rencontre, un autre développeur web avec qui vous partagez la même vision du travail, et des valeurs communes. Rien ne vous empêche alors de vous organiser des visios hebdomadaires pour échanger sur vos pratiques, vos difficultés et vos succès.

Cette rencontre peut même se transformer en business bestie ! Un business bestie, c’est un meilleur ami entrepreneur. Il partage votre vie de freelance, mais aussi votre vie perso puisqu’il connaît vos joies, vos peines et vos aventures quotidiennes. Il peut devenir un vrai pilier moral dans votre business et une arme redoutable contre la solitude.

2. Écouter des podcasts

Un podcast, c’est quoi ?

Un podcast est un programme audio à la demande, c’est-à-dire qu’on peut écouter à tout moment. Apple a introduit ce concept dans son logiciel iTunes en 2005. Le terme vient de la contraction de iPod (le baladeur d’Apple) et de broadcast (qui signifie diffuser).

En 2004, on comptait à peine 3 000 podcasts à travers le monde. En janvier 2021, on en recense près de 2 millions !

Un podcast peut proposer de la rediffusion d’émissions de radio ou des enregistrements natifs, créés uniquement pour être diffusés sur Internet, sans passage préalable à la radio.

Il existe un grand nombre de plateformes qui vous permettent d’écouter un podcast sur votre ordinateur ou sur votre mobile : Apple Podcasts, Podcast Addict, Aucha, Pocket Casts, Overcast, Soundcloud, Deezer, Spotify…

Trouver des podcasts qui vous correspondent

Un podcast peut traiter absolument tous les sujets : sport, marketing, bien-être, cuisine, cinéma, musique, littérature, témoignage… Il se présente sous la forme d’interview, d’échanges entre plusieurs protagonistes, ou encore de l’intervention d’une seule personne.

Vous pourrez choisir le thème qui vous convient et en changer à votre guise. En tant que freelance, tournez-vous, par exemple, vers :

  • Les témoignages d’infopreneurs pour apprendre de leurs partages d’expériences.
  • La présentation des métiers du web pour trouver une idée de reconversion.
  • Le décryptage de formations en ligne pour découvrir celles qui pourraient vous aider dans la mise en place ou la consolidation de votre activité.
  • Les discussions sur la vie de freelance pour vous sentir entouré.

Pourquoi ça fait du bien d’écouter un podcast

Le podcast, vous l’écoutez quand vous voulez et où vous voulez ! Lors d’un trajet en voiture, pendant la pause-déjeuner, en effectuant une tâche administrative rébarbative. Quand vous êtes à la maison toute la journée tête dans le guidon, ou l’ordinateur si vous préférez, c’est un moyen de rompre un peu avec la solitude.

Il existe une multitude de podcasts et donc une multitude de sujets et de tons – sérieux, chaleureux, humoristique… Trouver le podcast qui vous convient peut se transformer en vrai moment de plaisir, voire en véritable rituel. Un peu comme la série Netflix que vous retrouvez tous les soirs à 21h, vous vous délectez chaque jour du petit créneau dédié à votre podcast favori. Le ton chaleureux, bienveillant ou même amical de l’animateur du podcast peut procurer une impression d’intimité qui invite l’échange dans votre foyer et balaye la solitude.

Tout le monde peut créer son podcast et le diffuser librement sur Internet. Alors pourquoi pas un jour créer le vôtre pour partager à votre tour votre expérience ?

3. Penser aux espaces de coworking

Petit rappel sur le coworking

Le coworking est une modalité spatiale. Il s’agit d’un espace de travail partagé entre plusieurs entrepreneurs. On y trouve également de plus en plus d’entreprises qui cherchent à moderniser leur façon de travailler. Un espace de coworking accueille des professionnelles d’un même secteur ou alors de secteurs divers et variés. Il peut parfois s’agir de lieux hors du commun. L’idée est toujours de proposer un endroit chaleureux et stimulant.

Ce lieu de travail d’un nouveau genre permet de :

  • collaborer ;
  • apprendre les uns des autres autour d’un café ;
  • constituer un réseau ;
  • conserver son dynamisme ;
  • débloquer une panne d’inspiration ou faire face à une période compliquée ;
  • briser un ennui entrepreneurial.

Choisir le bon emplacement

Si vous avez choisi de travailler à domicile, c’est bien souvent pour apporter souplesse et flexibilité à votre quotidien. Votre choix se portera donc vers un espace de coworking relativement proche de votre domicile. Si vous devez vous lever à 6 heures du matin et affronter deux heures de transports pour rejoindre votre nouveau QG, rien ne présage que vous y mettrez souvent les pieds.

Mais ce critère de proximité n’est pas le seul à prendre en compte. La journée passée en espace de coworking est peut-être l’occasion pour vous de prendre une pause-déjeuner dans un restaurant sympa ou de faire une petite course. Dans ce cas, veillez à ce que votre espace de coworking soit implanté dans un lieu bien doté en services.

Adopter la fréquence adéquate

Souhaitez-vous planifier une journée de travail hebdomadaire en espace de coworking ? Préférez-vous y aller très ponctuellement quand vous ressentez le besoin de voir du monde et de vous sentir moins seul ? Les espaces de coworking proposent, en général, des abonnements mensuels et annuels ou des accès à la journée sans engagement. À vous de définir la fréquence qui convient le mieux en fonction de vos possibilités et de vos envies.

Définir ses besoins

Les services disponibles sur place sont également un critère à considérer. Avez-vous besoin d’un espace privé pour collaborer de temps à autre, d’une place au calme pour effectuer des appels téléphoniques ou des visioconférences ? Souhaitez-vous un forfait vous permettant de faire beaucoup d’impressions papier ? Avez-vous besoin d’un espace ouvert tard le soir ou tôt le matin pour correspondre à votre rythme biologique ? Pourquoi pas même un lieu ouvert 7 jours sur 7 ?

Enfin, l’ambiance qui règne dans l’espace de coworking est un élément primordial. N’oubliez pas que vous y allez pour interrompre l’isolement induit par le travail à la maison ! Songez donc à choisir un endroit qui bénéficie d’une ambiance et d’une culture qui correspondent à votre personnalité et à vos attentes.

Petit bonus, certains espaces de coworking proposent même des salles de siestes. Attention ! Ce n’est pas une raison pour oublier de travailler !

4. S’accorder des pauses partagées

La séance sport de mardi 16 h 00

Travailler à la maison permet d’organiser vos journées comme vous le souhaitez. Il est donc aisé d’intégrer quelques petits moments avec un ami pour rompre l’isolement de la journée. Vous pouvez par exemple prévoir une séance de sport le mardi à 16 heures. En plus de vous permettre de côtoyer une personne que vous appréciez durant la journée, cette échappatoire sportive vous permet de vous maintenir en forme. Ainsi ressourcé, reboosté, vous voilà d’attaque pour entamer une nouvelle journée de travail dans les meilleures conditions !

La pause déjeuner du jeudi midi

Vous pouvez instaurer un déjeuner une fois par semaine. C’est l’occasion de quitter votre domicile une heure pendant la journée. Trouvez un café chaleureux ou une terrasse ensoleillée. L’idée n’est pas de faire un repas gastronomique et de plomber votre porte-monnaie et votre énergie pour l’après-midi, mais bel et bien de partager un moment convivial avec un ami que vous appréciez afin de discuter un peu avant de vous replonger derrière votre PC.

L’apéro du vendredi soir

Vendredi soir ! La semaine de travail est enfin terminée ! Sauf qu’en tant qu’entrepreneur et travailleur à domicile, vous vous faites souvent piéger. Difficile de résister à quelques heures de travail durant le week-end quand l’inspiration et les bonnes idées pointent leur nez. Alors pour être sûr de ne pas oublier les moments de détente, convier quelques amis à prendre l’apéro le vendredi soir. C’est une bonne façon de décompresser de la semaine de travail et de partager un moment convivial.

Quelle que soit la solution adoptée pour ne pas vous sentir seul en travaillant à la maison, le plus important est de vous y tenir. Ces ruptures imposées à tous les moments passés seuls chez vous durant la journée sont le moyen de toujours apprécier votre choix de travailler à la maison.

Un grand merci à Christelle Facon pour cet article invité !

Lancer son Activité Freelance : par où commencer ?

Lancer son Activité Freelance : par où commencer ?

La vie de travailleur indépendant vous fait rêver ? Vous aimeriez changer de situation, mais vous n’osez pas ? On vous comprend, nous sommes aussi passées par là. Mais n’abandonnez pas ! Devenir freelance est une aventure passionnante, synonyme de liberté. Se muer en travailleur autonome permet de choisir ses clients, et les projets sur lesquels on souhaite se pencher. Alors pour vous aider à lancer votre activité freelance, nous vous avons préparé un guide en trois étapes. Elles vous orienteront dans la construction de votre nouvelle vie professionnelle.

Prêt ? C’est parti !

article invité pour choisir sa formation

1. Préparer son projet de freelancing

Réfléchir à son offre

Devenir indépendant ne s’improvise pas. Vous devez réfléchir à ce que vous allez vendre. Définir vos atouts, et identifier le petit plus qui séduira vos futurs clients. Sans négliger vos aspirations.

Pour cela, posez-vous les questions suivantes :

  • Quel est mon métier ? Puis-je l’exercer sans être salarié ?
  • Quelles compétences ai-je acquises dans mon parcours professionnel ?
  • Quel emploi m’attire ? Ai-je les connaissances nécessaires ?

Avant d’entreprendre, il faut développer une expertise qui ait une valeur sur le marché. Si votre travail actuel ou vos compétences répondent à ce critère, tant mieux ! Vous êtes immédiatement opérationnel.

Choisir une formation pour devenir freelance

Dans certains cas, on peut avoir besoin d’acquérir de nouvelles connaissances avant de se mettre à son compte. La formation choisie pourra permettre de développer :

  • des savoir-faire métier (graphiste, illustrateur, designer, développeur, community manager, rédacteur, etc.) ;
  • des compétences entrepreneuriales (démarchage client par exemple).

De nombreux organismes proposent des enseignements pour adultes. Certains sont en présentiel, d’autres partiellement ou complètement à distance.

Si vous avez déjà un emploi, une vie de famille, et peu de temps disponible, vous aurez sûrement envie de suivre une formation pour devenir freelance en ligne. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter notre sélection.

2. Créer une entreprise pour lancer son activité freelance

Choisir son statut juridique

Être freelance est une façon de travailler, pas un statut juridique. Vous devez opter pour celui qui vous correspond le mieux, avant de pouvoir démarrer votre activité.

Mais quel statut choisir pour devenir freelance ?

Trois options s’offrent à vous :

  • constituer une entreprise individuelle (microentreprise, EI, EIRL) ;
  • créer une société (EURL, SASU) ;
  • privilégier le portage salarial.

Dans le cas de l’entreprise individuelle, vous n’établissez pas de personne morale distincte. Les démarches sont simplifiées et la comptabilité allégée. Par contre, vous devrez travailler seul.

À l’inverse, créer une société permet au freelance de s’associer ou d’embaucher en cas de besoin. En revanche, les formalités sont lourdes et coûteuses, et les obligations sont nombreuses.

Enfin, l’indépendant qui opte pour le portage salarial devient employé d’une entreprise qui gère les encaissements et l’administratif. Ainsi, il bénéficie des avantages du salariat, tout en conservant sa liberté d’entreprendre.

Bénéficier d’une aide à la création

Pour vous aider à lancer votre activité freelance, il existe trois aides principales : l’ACRE, l’ARCE et le maintien de l’ARE.

L’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) consiste en une exonération totale ou partielle des cotisations sociales pendant un an. Pour en bénéficier, il faut remplir certaines conditions, et ne pas avoir touché cette subvention dans les trois années précédentes.

En plus de l’ACRE, les entrepreneurs indemnisés par Pôle Emploi peuvent opter pour l’un des dispositifs suivants :

  • l’ARCE (Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise), qui permet de recevoir un capital en deux versements ;
  • le maintien de l’ARE (Aide au Retour à l’Emploi), qui complète les revenus générés par l’activité.

3. Trouver des missions en freelance

Comment faire pour travailler en freelance ? Cette question, tous les indépendants se la posent. Pour trouver des missions, vous avez plusieurs options.

Faire jouer son réseau

Pour commencer, faites appel à vos proches (amis, famille, connaissances). Le bouche-à-oreille est très puissant, utilisez-le ! L’un de vos contacts pourrait avoir besoin de vos services, ou vous recommander à des clients potentiels.

Ensuite, essayez d’élargir votre réseau :

  • Faites du networking, inscrivez-vous à des événements sur des sujets qui vous intéressent. Pour cela, rendez-vous sur des plateformes comme Eventbrite ou Meetup.
  • Créez un compte sur LinkedIn, ou mettez votre profil à jour si besoin. C’est le réseau social professionnel de référence, utilisé par de nombreux recruteurs.
  • Participez à des salons, rencontrez des spécialistes de différents domaines. Certains pourraient devenir vos clients, d’autres vous coopter dans le futur.
  • Travaillez dans des espaces de coworking. Ce sont d’excellents lieux d’échanges et de coopération entre indépendants.

À noter — S’il est primordial de se créer un réseau, l’entretenir est tout aussi important. Ne négligez pas cet aspect dans votre quotidien.

Travailler sa visibilité sur le web

En parallèle de votre réseau, améliorez votre présence sur Internet.

Pour cela, vous pouvez vous inscrire sur des plateformes de freelances (Malt, Fiverr, Upwork, 404Works, etc.). Élaborez un profil décrivant vos compétences et expériences. Indiquez sur quel type de projets vous aimeriez travailler, montrez votre motivation.

Les recruteurs pourront vous contacter s’ils ont une mission pour vous. À ce moment-là, la plateforme vous fournit les outils pour gérer la relation client : création du devis, édition de la facture, etc.

Vous pouvez également concevoir un site web ou un portfolio en ligne, présentant votre offre et vos réalisations principales. Si vous optez pour cette solution, pensez à ajouter l’adresse du site ou portfolio sur vos profils professionnels (LinkedIn, plateforme de freelances, etc.). De cette façon, vous augmenterez nettement sa visibilité.

Démarcher des clients

Pour finir, une excellente façon de trouver des missions consiste à aller les chercher. Eh oui ! Le démarchage commercial est incontournable.

Identifiez des clients avec lesquels vous aimeriez travailler. Contactez-les, présentez-leur vos services, et expliquez-leur ce que vous pouvez faire pour eux. Montrez que vous leur êtes indispensable, pour les convaincre de faire appel à vous.

Les résultats se font attendre ? Ne vous découragez pas et relancez-les. Vos efforts finiront par payer, et vous décrocherez des missions qui vous motivent vraiment !

En résumé

Lancer son activité freelance est un processus qui peut prendre du temps, mais il en vaut largement la chandelle. Vous gagnerez en liberté, et vous pourrez travailler sur des projets qui vous plaisent avec des clients que vous appréciez.

Vous êtes encore (un peu) hésitant ? Lisez notre article Entreprendre pour prendre Confiance en Soi. Et si vous avez des remarques ou des questions, laissez un commentaire sous ce texte.

Article rédigé par Delphine Jouenne Saliou

Métiers de l’écriture : 7 idées pour les passionnés

Métiers de l’écriture : 7 idées pour les passionnés

article invité de Aurore pour Choisir sa formation

Vous aimez écrire et vous vous demandez comment vivre de votre plume ? Alors cet article est fait pour vous ! Découvrez tout de suite les principaux métiers de l’écriture et les formations à suivre pour les exercer.

Auteur : pour imaginer et créer

Écrivain

L’écrivain est, en apparence, celui qui dispose de la plus grande liberté en matière de créativité et d’invention. Et pourtant, écrire un livre ne s’improvise pas ! Il est nécessaire de suivre une certaine méthode pour produire un ouvrage qui saura plaire au lecteur tant par son intrigue bien construite que par son style d’écriture. Pour y parvenir, l’écrivain doit d’abord élaborer la trame de son livre. Puis il réalise des recherches ou puise dans sa propre expérience pour apporter une crédibilité à son histoire et une profondeur à ses personnages. Une fois cette première étape réalisée, il peut se consacrer à la rédaction de son roman. Rares sont les auteurs qui parviennent à un résultat satisfaisant du premier coup. Bien souvent, l’écrivain apporte des modifications et des corrections à son texte avant de l’envoyer à des éditeurs oude le publier en autoédition.

Il n’existe aucune formation reconnue dans ce domaine, mais certains professionnels du secteur proposent des masterclass pour vous guider dans l’écriture de votre livre ou dans sa publication. En voici un exemple.

Scénariste

Contrairement aux idées reçues, être auteur ne signifie pas forcément écrire un roman. Le cinéma a aussi besoin de professionnels pour imaginer des scénarios de films ou de séries et adapter des œuvres littéraires. Le scénariste a donc un rôle important dans la réalisation d’un projet cinématographique puisque sa créativité conditionne, à elle seule, l’existence du film. En tenant compte des contraintes techniques, il élabore une intrigue, crée des personnages, écrit les dialogues et pense les décors du film. Ces éléments donnent une ligne directrice et orientent le travail du réalisateur, du metteur en scène et des acteurs lors du tournage. Si la plupart des scénaristes sont freelances, une partie d’entre eux peuvent se faire embaucher.

Même si le talent artistique reste l’atout majeur du scénariste, des connaissances spécifiques (cadrage, montage, etc.) lui permettront de réaliser un scénario de qualité, qui répondra aux attentes des équipes de production. C’est pourquoi l’obtention de diplômes universitaires ou le suivi de formations sont fortement conseillés.

Les métiers de l’écriture sur le web 

Rédacteur web ( SEO)

Comme son nom l’indique, le rédacteur web rédige du contenu destiné à être publié sur internet : pages d’un site, articles de blogs, fiches produit, etc. Ces prestations s’adressent principalement à des professionnels : prestataires de services, site e-commerce, blogueurs, agences de stratégie digitale, etc. La diversité des clients et des commandes garantit au rédacteur web de ne pas tomber dans la routine et satisfait sa curiosité. Une spécialisation en SEO (référencement naturel) ajoute une corde à son arc et lui permet d’élargir son champ de compétence. Il réalise des audits SEO et optimise ses textes pour leur assurer un meilleur positionnement sur les moteurs de recherche (Google notamment). Ainsi, ses clients gagnent en visibilité et en trafic sur la toile.

Bien qu’aucune formation ne soit réellement nécessaire pour exercer ce métier, acquérir des bases solides et vous former en SEO, augmentera vos chances de vous différencier et de pouvoir vivre de votre plume.

Copywriter

À la différence du rédacteur web SEO, le copywriter n’agit pas sur le référencement naturel. Il manie les mots dans l’objectif de convaincre le lecteur et lui donner envie de passer à l’action. Ainsi, rien n’est laissé au hasard et chaque tournure de phrase est destinée à faire réagir l’internaute et le convertir en acheteur. Pour cela, il se place du point de vue du potentiel client et lui présente un argumentaire qui met en valeur le produit ou la prestation qu’il souhaite vendre.

Réaliser des publicités efficaces demande une bonne maîtrise de la langue française ainsi que des connaissances en marketing. Là encore, des formations peuvent vous aider à développer les bons réflexes et à travailler votre potentiel dans ce domaine.

Biographe : pour raconter la vie des autres

Toute vie humaine mérite d’être racontée parce que chaque parcours est singulier et que le savoir ou l’expérience qui en découlent peuvent être profitables aux autres. C’est pour cette raison que le travail du biographe a une véritable utilité : permettre à tout un chacun de partager son histoire et d’en laisser une trace. Écrire la biographie de quelqu’un demande une grosse capacité d’écoute, de l’empathie et de la patience pour recueillir les informations nécessaires. Après plusieurs entretiens, le biographe rédige le récit de vie sous la forme d’un livre qu’il remet ensuite à la personne.

Pour exercer ce métier, une belle plume ne suffit pas et il est conseillé de se former pour acquérir les techniques spécifiques à ce type d’écrit. Par ailleurs, et pour ceux qui voudraient mettre leur talent au service des personnes gravement malades, il existe une branche spécifique de cette profession : le biographe hospitalier, créé par Valeria Milewski.

Journaliste : pour informer

Vivre de l’écriture peut aussi consister à informer les autres de l’actualité. Véritable investigateur de terrain, le journaliste va chercher l’information à la source et va la retranscrire de manière fidèle et fiable aux lecteurs. Le plus souvent, il travaille pour la presse écrite, ce qui lui demande d’adapter son style rédactionnel au type d’article (interview, enquête, analyse, etc.) et au support sur lequel il va le publier. Il doit également posséder une bonne culture générale, avoir l’esprit critique, faire preuve de curiosité et être réactif. Sans oublier évidemment, une bonne maitrise de la langue !

Ce secteur étant de plus en plus difficile d’accès, une formation peut vous permettre de vous y faire une place. L’IICP propose également une option plus spécifique autour de la presse écrite.

Blogueur professionnel : pour partager un savoir ou une passion

Si vous avez des compétences particulières dans un domaine ou une passion que vous souhaitez partager avec les autres, créer un blog est probablement la meilleure manière d’y parvenir. Le blogueur professionnel publie du contenu (articles, vidéos, etc.) en lien avec la thématique de son site et propose au lecteur d’acheter des produits issus de l’affiliation ou de sa propre composition (e-books par exemple). Tout cela dans le but de faire vivre son blog et d’en tirer une rémunération. Des qualités rédactionnelles et des connaissances en matière de SEO sont essentielles pour lui permettre de bien se positionner sur les moteurs de recherche et se faire connaitre. Il doit également être capable d’anticiper les tendances pour se démarquer et adapter ses articles au public cible.

Ce métier, populaire aux États-Unis, connait un véritable essor en France. Pour lancer votre blog, aucune formation n’est nécessaire, mais en suivre une vous offrira de meilleures chances de pouvoir en vivre.

Comme vous avez pu le voir dans cet article, vivre de sa plume est tout à fait possible puisque les métiers de l’écriture ne manquent pas ! Alors, « choisissez un travail que vous aimez, et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie »!

Merci à Aurore pour cet article, et à vous d’avoir pris le temps de le lire.

*Ce lien est un lien affilié

Entreprendre pour prendre Confiance en Soi

Entreprendre pour prendre Confiance en Soi

Entreprendre pour prendre confiance en soi, contradictoire vous dites ? Hum, pas si sûr ! Attendez-voir, 2 minutes.

J’ai longtemps cru que mon manque de confiance en moi était un frein dans mes projets. J’ai longtemps pensé que c’était un boulet que je trainais péniblement derrière moi, au quotidien. J’avais tellement de croyances du genre « je n’y arriverai jamais », « il faut d’abord que je me sente bien dans mes baskets avant de faire ceci, cela », « personne ne me fera confiance, si je ne me fais pas confiance à moi-même », « autant arrêter maintenant, je ne peux pas réussir dans l’entrepreneuriat, moi », etc.

Mais si on regardait ça sous un autre angle ? Et si c’était l’entrepreneuriat qui me donne des ailes, qui me booste, qui m’élève. Et si entreprendre pour prendre confiance en soi c’était vraiment possible ?

Si ça vous dit, je vous raconte un peu mon histoire et mon vécu pour en discuter. Parce que je peux vous le dire, entreprendre et créer mon propre parcours professionnel, c’est un sacré challenge, mais c’est aussi une sacrée réussite pour moi. Le chemin est encore long. Je ne suis pas arrivée où j’en suis aujourd’hui sans peine. Mais si je peux aider ou inspirer ne serait-ce qu’un ou une d’entre vous, alors ça me remplirait de joie !

Entreprendre pour prendre confiance en soi ou avoir confiance en soi pour entreprendre ?

Je dois bien avouer que je me sentais super intimidée quand j’ai décidé de lancer ma propre entreprise. Je voyais autour de moi toutes ces entrepreneures inspirantes, motivantes, rayonnantes ! Elles avaient toutes l’air de réussir, d’être épanouies, de gérer leur vie pro à la perfection, etc.

Pour être honnête, ça fait aussi partie des raisons qui m’ont poussée à me lancer. Elles me faisaient rêver ces femmes-là. Je les enviais secrètement. J’avais envie d’être comme elles. J’avais envie de ressentir la puissance de la girlboss. Moi aussi je voulais me sentir importante et indépendante.

Mais je me disais que je n’en étais pas capable. Que j’avais beaucoup de chemin à faire avant de leur arriver même pas à la cheville. En fait c’était terrible, j’avais vraiment zéro confiance en moi et je n’arrivais pas à m’apprécier à ma juste valeur.

Et puis j’ai compris qu’en fait, j’idéalisais beaucoup ces personnes-là. Non elles n’étaient pas parfaites. Oui elles avaient des doutes elles aussi, elles travaillaient beaucoup sur elles, elles se plantaient et recommençaient. Ce n’est pas parce qu’elles sont extraverties et semblent à l’aise que tout est plus simple pour elles, pas du tout.Mais la différence c’est qu’elles osaient.

C’est là que j’ai compris : OK, je dois y aller et la confiance viendra avec l’expérience.

entreprendre pour prendre confiance en soi

Se protéger et entreprendre à son rythme

Vous le savez, je suis très timide, introvertie et je souffre d’une phobie dite « sociale » pour couronner le tout. Mon intention n’est pas de faire pleurer dans les chaumières (coucou la vieille expression 😂), mais simplement de vous dire que je reviens de loin.

Si je vous parle de ça, c’est parce que je connais bien. Vu mon caractère, il aurait été certainement plus simple d’abandonner et de trouver un job sécurisant et rassurant. Mais c’était hors de question pour moi.

D’abord parce que, on ne va pas se mentir, ça me rassurait énormément de travailler de à la maison et de ne pas affronter un patron, une patronne, des collègues au quotidien. J’ai beaucoup de mal à me plier à la hiérarchie. L’avantage d’être freelance, c’est que j’étais tranquille chez moi, sereine.

Et puis parce que malgré ma timidité, j’ai de l’ambition. Je rêve en grand. Mes peurs me poussent souvent à reculer ou à me freiner dans mes envies. Mais au fond de moi, j’ai ce truc qui me pousse à créer ma vie comme je l’entends.

Par contre, j’ai vite appris que je ne devais pas me comparer aux autres pour faire comme la voisine. Je sais que je dois prendre mon manque de confiance en moi au sérieux. Je ne dois pas m’abîmer. Alors ce n’est pas grave, je vais plus lentement, je prends d’autres chemins, mais j’y vais.

À partir de là, chaque marche est une victoire ! Et on vous le dit tout le temps, il faut célébrer ses victoires, même les petites !

entreprendre pour prendre confiance

Comment entreprendre quand on n’a pas confiance en soi ?

Vous vous dites peut-être que c’est bien beau tout ça, mais comment vous pouvez faire pour entreprendre vous aussi, si vous manquez de confiance en vous ?

Parlons concrètement. Il y a plusieurs choses que j’ai faites pour m’aider à me lancer et que je fais toujours pour continuer d’avancer.

1. Me laisser le temps de trouver le bon moment.

Ça c’est un conseil que j’aurais aimé entendre à mes débuts. On entend partout qu’il faut passer à l’action tout de suite, que c’est ce qu’on fait qui a de l’importance. En réalité, moi j’étais terrorisée à l’idée de faire quoi que ce soit avant d’être certaine que c’était parfait. Bien entendu, ça ne sera jamais parfait, donc il ne faut pas attendre ça.

Par contre, c’est OK d’attendre le bon moment avant d’entreprendre une action, un changement, etc. Parfois, il me fallait plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant d’oser démarcher un client par exemple.

Mais je pense sincèrement que c’était la bonne chose à faire pour moi. Parce qu’au moins je me sentais prête. Si je m’étais obligée à le faire plus tôt, peut-être que j’aurais mal formulé mon message, peut-être que je n’aurais pas eu l’air professionnelle parce que j’étais trop sous pression, etc. Et ça m’aurait blessé, ça aurait baissé mon estime de moi.

Donc c’est OK de prendre son temps pour se préparer mentalement et y aller quand c’est le bon moment. Parce que si vous vous sentez prête, ça se passera bien. Et si ça se passe bien, ça vous booste et ça augmente votre confiance en vous.

2. Suivre des personnes inspirantes

C’est venu très rapidement dans mon quotidien d’entrepreneure, ça aussi. Suivre des personnes inspirantes. J’ai besoin d’être boostée, j’ai besoin d’écouter et d’entendre des discours inspirants et ambitieux.

Je sais que ce n’est pas l’état d’esprit que j’arrive à avoir par moi-même au quotidien et ce n’est pas grave. Il ne faut pas culpabiliser de ne pas avoir naturellement le bon « mindset ». Ce fameux mot à la mode qui semble indispensable pour réussir.

En vérité, l’important c’est de le vouloir. Alors si pour ça j’ai besoin d’un petit coup de pouce, eh ben pourquoi pas. J’ai vite découvert le monde des podcasts qui m’a teeeeeeellement aidé !

Je n’avais plus qu’à choisir les personnes avec qui j’accrochais le plus. J’alterne souvent entre bottage de fesses et messages doux selon mon humeur. Si je me sens vulnérable, je vais plutôt écouter des messages positifs, attentionnés. Je pense notamment à « Être soi » de Julie Kinoko. Si je me sens forte et rayonnante, alors je vais écouter des épisodes plus punchy, plus dynamique et no bullshit, comme ceux d’Aline de « The BBoost ».

3. M’entourer d’autres entrepreneures positives et bienveillantes

Une fois que j’ai commencé à me sentir un peu mieux dans mes baskets, un peu plus à ma place et que mon syndrome de l’imposteur s’est un peu calmé : j’ai réussi à aller vers les autres. Encore une fois, je l’ai fait quand j’ai senti que j’étais prête.

J’ai accepté d’avoir besoin d’aide, d’avoir besoin de m’entourer, de partager, d’échanger, de ne pas rester seule dans mon coin. Même si ça me faisait peur. Petit à petit je suis sortie de ma bulle de protection et en fait je me suis rendu compte que les autres entrepreneures avec qui j’échangeais étaient hyper gentilles, certaines étaient comme moi et ça m’a énormément rassurée.

4. Ne pas me reposer sur mes lauriers

Ça m’a donné suffisamment de confiance en moi pour continuer de faire un petit pas de plus, régulièrement. Parce que s’il y a bien une phrase qui me terrifie c’est celle-là : il faut sortir de sa zone de confort.

Au secours ! Je sais que c’est vrai, mais ça me semble toujours violent quand c’est dit comme ça. Alors, comme pour tout le reste, je me calme et je me dis d’accord, mais à mon rythme.

Si je m’écoute sincèrement, je sais quand je peux me donner un petit coup de pied aux fesses ou quand il faut vraiment que je me respecte et que j’attende. Mais quoi qu’il arrive, je ne veux pas me reposer sur mes lauriers. Parce que même si c’est confortable, c’est ça qui me renferme dans mon petit cocon et m’empêche d’avancer.

Quand j’arrive à me dépasser, à accomplir quelque chose qui me semblait difficile, c’est là que j’ai ce shoot d’adrénaline, c’est là que j’ai ce boost, cette sensation d’être inarrêtable. C’est ça qui donne confiance en moi.

Par exemple, faire des stories face cam pour choisir sa formation. Si c’est super simple pour d’autres, pour moi c’est une montagne ! Une fois que j’ai réussi à le faire une fois et que j’ai vu que ça s’est bien passé, alors j’ai gagné un peu plus en confiance et j’ai réussi à le refaire. Maintenant, je peux me challenger pour faire un live pourquoi pas, maintenant que les stories c’est OK.

5. Me former pour renforcer mes compétences

Me former a également fait partie intégrante de mon évolution. On a parfois tendance à bloquer sur telle ou telle chose parce qu’on ne sait pas comment faire. Au lieu de rester dubitative et peu sûre de moi, dans mon coin, j’ai décidé de me former.

J’ai toujours pris le temps de choisir des bonnes formations, of course! Elles m’ont non seulement appris des disciplines que je ne maîtrisais pas. Mais elles m’ont également donné de la confiance, de la motivation et de nouvelles personnes avec qui discuter.

Tout ça est très important pour prendre confiance en soi et avancer.

 confiance en soi

À lire aussi – Se Former en Dehors de l’École : Quelles Options ?

Est-ce plus facile d’entreprendre quand on est extravertie ?

Eh bien pas forcément, finalement. C’est ce que nous explique Louise dans l’épisode de podcast. Ce n’est pas parce qu’on est extravertie et qu’on a confiance en soi que tout est plus simple.

Ce sont plutôt les difficultés qui ne sont pas les mêmes. Dans son cas, c’est la patience qui lui fait défaut. Alors tous les petits bugs, les aspects techniques à maîtriser, et autres, c’est compliqué pour elle.

Elle peut se dire qu’elle n’y arrivera jamais toute seule, qu’il lui faut de l’aide, etc.

Se sentir légitime dans son activité, c’est aussi quelque chose de délicat. Même si elle ne souffre pas de manque de confiance. Mais je vous laisse écouter son témoignage, elle en parle beaucoup mieux que moi !

 

Entreprendre pour prendre confiance en soi

Ce qui nous brise le cœur c’est de voir des personnes qui se limitent par manque de confiance. Alors, ce qu’on veut vous dire ici, c’est que ce n’est pas grave d’avoir peur, ce n’est pas grave de ne pas faire comme tout le monde. Mais si vous voulez entreprendre, créer votre propre métier, écoutez-vous et demandez-vous ce qu’il vous faut pour y arriver.

Si je peux le faire, alors vous aussi. Vraiment. Si vous avez besoin de plus d’aide, allez la chercher. Si vous avez besoin de plus de temps, accordez-vous plus de temps.

Entreprendre pour prendre confiance en soi c’est possible. On est toujours fières de réussir à créer quelque chose par nous-mêmes, quel que soit le chemin. On pourrait dire encore tellement de choses à ce sujet, mais l’article serait beaucoup trop long.

On espère que ça vous a déjà aidé un peu ! Si vous avez des questions ou d’autres sujets que vous aimeriez aborder, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Sur le même thème :

Oui créer un business rentable en ligne est possible

Oui créer un business rentable en ligne est possible

article invité par léna pour choisir sa formation

Comment lancer votre business en ligne pour changer de vie

Grâce à Internet, la création d’un business est accessible à tous ceux qui se sont rêvés entrepreneurs, sans jamais oser se lancer. Le Web est une sorte de monde merveilleux dans lequel chacun peut devenir ce qu’il veut, même avec un petit budget. Aussi, commencer un business en ligne dans votre salon ou même sur une plage est parfaitement envisageable. Si cela vous convient et que la connexion est bonne, alors développer un business en ligne est possible.

Pour vos débuts, vous n’avez pas forcément besoin d’un budget énorme, alors détendez vous et prenez conscience de l’opportunité qu’est le Web. Pensez à tous ces internautes qui cherchent le produit, le service, ou la formation que vous proposez. Imaginez-les connectés à n’importe quel moment du jour et de la nuit, depuis leur ordinateur ou leur smartphone.

Ça y est ? Vous commencez à vous projeter ? Vous avez des idées de business, vous vous y voyez déjà ! Permettez-moi de vous ramener sur terre : la motivation c’est bien mais ça ne suffit pas, gardez-le en tête. Dans les lignes qui suivent vous devrez vous interroger sur votre profil d’auto-entrepreneur, sur votre projet et sur les bonnes pratiques à adopter sur le Net. Votre plan doit être efficace si vous voulez que votre entreprise en ligne soit une réussite.

créer un business en ligne rentable

En ligne ou pas c’est un business : avoir le bon profil

Créer son entreprise numérique c’est avant tout créer son entreprise, tout simplement. Ne croyez pas que cela sera plus facile, les qualités qui caractérisent un chef d’entreprise sont les mêmes, en ligne ou pas !

 

Le besoin d’indépendance : un bon début pour lancer son business

Vous avez besoin de sortir du salariat parce que vous savez que vous pouvez être bien meilleur avec une plus grande autonomie. Vous rêvez d’exercer votre activité à votre manière ou d’intégrer le secteur qui vous attire depuis toujours. Vous répondez alors à la petite voix, qui vous taraude depuis bien trop longtemps. Démarrer votre business dans ces conditions est plutôt de bon augure !

 

La confiance en soi : la bonne attitude pour créer son activité

Parfois quelques expériences négatives peuvent vous faire douter, mais ceci n’ébranle pas votre confiance, parce que vous savez que votre produit est bon ou que vos services sont de qualité. Ce comportement est un véritable atout, dans beaucoup de situations. Face à une concurrence agressive ou à des avis trop tranchés sur les réseaux sociaux, vous saurez faire la part des choses. Prendre plaisir à vous améliorer, voire à changer pour le meilleur. Se remettre en question est important pour avancer mais faites-le bien !

 

La détermination pour garder le cap

La vie d’une entreprise est jalonnée d’embûches. Le succès n’est pas toujours au rendez-vous. Cependant, ne voyez pas cela comme un échec ou une fatalité, mais plutôt comme un apprentissage. Votre blog ne décolle pas ? Votre newsletter n’est jamais ouverte ? Votre e-book ne se vend pas ? Ne vous effondrez pas. Prenez le temps d’identifier le problème. Regardez comment font ceux qui cartonnent. Mettez-vous à la place de votre internaute et adaptez votre stratégie si nécessaire. Si vous manquez de temps, n’hésitez pas à faire appel à d’autres professionnels comme un webmaster ou encore un rédacteur Web SEO, afin de vous épauler.

 

La passion pour vivre son projet à fond

Cest un aspect de l’auto-entreprenariat que l’on évoque peu mais qui est pourtant primordial. Vous ne ferez jamais aussi bien les choses que si vous les faites avec passion. Pourquoi quitter un poste salarié ennuyeux, pour se lancer dans une activité qui ne vous intéresse qu’à moitié, soyons cohérent. Votre passion et le chemin parcouru pour en vivre, c’est aussi l’histoire que vous racontez à vos clients, à vos fans. Ainsi, votre passion motivera vos troupes et ne manquera pas de susciter de l’émotion.

 

Savoir s’entourer pour bien développer son business

Il est vivement recommandé d’éviter de recruter des potes, juste parce que ce sont vos potes ! Mais ne prenez pas non plus toute la responsabilité sur vos épaules. Même si vous vouliez y arriver seul, vous ne le pourriez pas. Vous avez su établir une vision de votre business. Vous avez défini une mission, des valeurs et une stratégie. Néanmoins, établir, en solitaire, les moyens de réaliser les objectifs peut être un véritable casse-tête. Le choix de vos collaborateurs sera déterminant dans l’accomplissement de votre projet.

 

Etre organisé et discipliné pour une activité en ligne structurée

Il faut vous simplifier la vie et vous permettre d’appréhender les imprévus avec plus de sérénité. Vous avez besoin d’avoir l’esprit tranquille pour être efficace et performant. Aussi, en planifiant, vous gardez le contrôle et évitez de décider sous le coup de l’émotion. Vous devez mettre tout en œuvre pour rester maître de votre destin.

 

Savoir décider : c’est la clé de votre succès professionnel

Le chef d’entreprise est un décisionnaire. D’ailleurs j’aurais peut-être dû mettre cette compétence en haut de cette liste. Le processus de décision est loin de la réflexion solitaire en haut de sa montagne, comme on pourrait le croire. La bonne décision s’appuie sur les conseils avisés de ses collaborateurs et l’analyse de toutes les options. D’où l’importance de bien s’entourer dès le départ.

 

Monter son projet pour ne pas s’éparpiller

Que votre business en ligne naisse de votre passion ou d’un besoin d’évasion, il est conseillé de ne pas prendre cela à la légère. En naviguant sur le Web, vous vous apercevez que certains blogueurs ont commencé avec la volonté de faire découvrir les bienfaits des jus verts ou la vie de leur chat. Une fois monétisées, ces passions deviennent de véritables business, alors autant poser les bonnes bases d’un e-commerce, d’une activité de rédacteur free lance ou encore de coach, dès le début.

 

Définir son offre pour trouver son marché

L’offre doit répondre à un besoin réel, ce n’est que de cette manière qu’un produit ou un service pourra rencontrer son public. Imaginez que votre compétence en informatique vous permette d’envisager plusieurs options comme présenter des tutos, vendre des packs d’assistance ou encore offrir d’informer sur les nouveautés. Un conseil : ciblez votre offre, plus votre proposition sera pointue, plus vous serez considéré comme un expert. Si votre expertise vous ouvre les portes d’une niche, surtout ne vous en privez pas. Un petit marché visant des besoins spécifiques peut présenter de grandes opportunités. Par ailleurs, votre offre doit être cohérente avec vos compétences et vos expériences. Avec une telle attitude vous gagnez en légitimité. Votre cible a confiance et elle reconnaît votre valeur ajoutée. De votre côté vous êtes à l’aise, efficace et cela se reflète dans votre relation client.

 

Cibler son client idéal pour viser juste

Vous avez besoin de prospecter mais il est hors de question de le faire au hasard. Définir votre client avatar est la solution pour vous apporter du trafic et du bon. Tout simplement, le client parfait est celui avec lequel vous souhaitez collaborer, le définir ne pourra être que bénéfique à votre activité. Votre contenu sera alors pertinent et vos efforts seront concentrés. Mieux vous connaîtrez votre client, mieux vos produits et services seront adaptés à ses besoins. L’achat, l’adhésion ou encore le téléchargement se feront presque naturellement. De nombreux outils sont à votre disposition pour vous aider à repérer ce profil parfait. Comme la règle du 80/20, dite de Pareto, si vous avez déjà des clients par exemple. Grâce à cette règle le profil des 20% de clients qui font 80% de votre chiffre d’affaires sera clairement établi. Il ne vous reste qu’à vous lancer dans la prospection de preneurs similaires.

 

Observer ses concurrents pour améliorer ses performances

Connaître sa valeur et celle de ses concurrents/confrères est le meilleur moyen de comprendre comment se démarquer. Il est impératif de se différencier pour être perçu comme étant unique. Vous êtes unique par votre parcours professionnel, par votre histoire, votre personnalité. Prenez-en conscience et développez ces aspects, sans oublier de garder un œil sur les leaders du marché. Cette démarche permet d’apprendre de leurs échecs, mais sert aussi à s’inspirer des bonnes idées. Complétez la photo de famille avec similar site qui liste les sites similaires en offre et en référencement. Un petit truc en plus : inscrivez-vous au flux RSS pour être alerté automatiquement de toutes les modifications apportées à l’activité de vos concurrents.

 

Créer son blog pour une relation attentionnée

Pas de blog, pas de résultat. Le saviez-vous ? La plupart de ceux qui réussissent ont un blog. Pourquoi ? Parce que le blog est incontournable si vous souhaitez gagner en notoriété sur le Web et donc être bien référencé. Un blog peut attirer naturellement beaucoup de trafic sur votre site, quel que soit le thème de votre business. Ainsi, votre blog participe activement au référencement naturel, qui est le principal canal d’acquisition de visiteurs. Comment ? En communiquant bien, c’est-à-dire intelligemment. Vous racontez une histoire qui sera partagée et dans laquelle certains se reconnaîtront. Vous exprimez un avis et vous provoquez ainsi l’adhésion. Ces échanges sont destinés à enrichir votre carnet d’adresses pour finalement créer une communauté. Pour une entreprise, adopter un ton moins formel et partager des informations gratuitement permet d’entretenir une relation privilégiée avec cette communauté et de la fidéliser.

 

Les bonnes pratiques pour un business en ligne performant

Comprendre les bonnes pratiques est essentiel si vous voulez une e-boutique pleine de prospects, si vous souhaitez que votre blog profite de la publicité des réseaux sociaux et que votre newsletter percutante et pertinente participe à l’affluence de nouveaux abonnés. Utilisez les techniques qui fonctionnent et offrez-vous une belle performance.

 

Booster son référencement pour réussir sur le Web

Misez sur un contenu de qualité avec des articles diversifiés et structurés. Si vous analysez votre trafic, ce qui est fortement conseillé, vous apprendrez beaucoup sur votre lecteur. Si vous vous apercevez que le trafic augmente sur votre site mais que le taux de conversion reste bas, posez-vous vite les bonnes questions ! Votre stratégie a certainement besoin d’être revisitée.

L’augmentation du trafic est un bon début, mais qui est loin d’être suffisant aux yeux de Google. La qualité de vos contenus doit contribuer à limiter le taux de rebond. En effet, réduire les passages éclairs participe à un meilleur référencement naturel, le fameux SEO. Les mots-clefs vous aideront à capter un trafic utile et à mieux cibler vos prospects.

Pour aller plus loin, attachez vous à améliorer l’expérience utilisateur. Ne pas ennuyer le lecteur c’est aussi rythmer son parcours d’une page à l’autre. Le call to action est une fonctionnalité essentielle pour convertir un visiteur en prospect. En cliquant sur un bouton, l’internaute s’inscrit, s’abonne, télécharge, bref il agit. Les backlinks sont aussi un bon moyen d’offrir une expérience satisfaisante au lecteur. Votre site crée des liens avec d’autres, et la communauté adore.

 

Être actif sur les réseaux sociaux pour être connu et reconnu

Communiquez via Facebook, Linkedln, Viadeo, mais aussi Instagram et bien d’autres. Toutes ces plateformes constituent un atout marketing pour votre boîte. Jouez la carte de la proximité, vous vous ferez plaisir, et surtout vous ferez plaisir à vos fans. Plus vous aurez de fans, plus vos contenus s’afficheront sur leur page. Même si ces supports sont gratuits, ils demandent une implication forte, alors soyez actif. Grâce à ce levier, les entrepreneurs entretiennent une réelle proximité avec le client. Cet aspect, une fois maîtrisé, est une véritable mine d’or. Les avis positifs valorisent vos produits, vos services, vos actions. Les avis négatifs seront l’occasion de vous améliorer, surtout en cas de remarques récurrentes. Le retour sur investissement est complètement positif.

Par ailleurs, l’absence de lien vers vos réseaux sociaux peut surprendre l’internaute. Preuve que les réseaux sont incontournables, un français sur deux dispose d’un compte. Une fois attiré dans vos filets, le plus dur sera de les conserver. Fidéliser avec une offre promotionnelle exclusive, proposer l’avant-première d’un produit ou d’un service, toutes ces actions vous rapprocheront de vos clients.

 

Sécuriser les données de ses clients pour une relation de confiance

C’est la dernière mission abordée mais pas la moindre. N’attendez pas pour les protéger, il s’agit d’une obligation légale de mise en conformité avec le RGPD. On ne le dira jamais assez, ne pas pouvoir garantir la protection des données de ses clients est une véritable catastrophe pour votre image de marque.

Il y a de fortes chances que vous ayez créé votre site sur WordPress, ce qui est une très bonne option. Cependant il est bon de savoir que WordPress est un logiciel open-source. Aussi, tout le monde peut contribuer avec bienveillance ou pas. Alors appliquez les bons gestes comme utiliser des mots de passe complexes, faire une sauvegarde régulière de votre site ou encore mettre à jour les scripts et les plugins à chaque nouvelle version de WordPress.

Le choix de votre hébergeur a toute son importance, prenez le temps et tous les conseils nécessaires. Quand on ne s’y connaît pas techniquement, il est difficile de déterminer ses propres besoins. Mon conseil : privilégiez les fournisseurs d’hébergement web réputés.

Enfin, on ne saurait trop vous conseiller de passer à HTTPS grâce à un certificat SSL, de cette façon vos échanges d’informations seront impénétrables. Google appréciera.

Vous voilà prêt pour une nouvelle aventure !

 

*****

Merci à Léna pour cet article invité ! N’hésitez pas si vous avez des questions.

Et si vous cherchez à vous former pour développer votre projet, allez faire un tour sur notre page des formations en ligne testées et approuvées ! Vous y trouverez de la qualité. 

Vivre de son blog | 5 idées de produits à vendre

Vivre de son blog | 5 idées de produits à vendre

Vous vous êtes peut-être déjà questionné sur les revenus des blogueurs professionnels. Comment peut-on gagner sa vie avec le blogging ? Que peut-on vendre sur internet sans pour autant posséder une boutique en ligne ? Nous allons répondre à ces questions et vous faire découvrir 5 idées de produits à vendre pour vivre de son blog.

vivre de son blog idées produits

Vivre de son blog grâce au coaching

L’un des meilleurs moyens pour gagner sa vie en ligne rapidement est de proposer des coachings. Le principe est simple : apporter des savoir-faire et des conseils à votre audience afin de répondre à un besoin ou à un problème bien défini. C’est facile à mettre en place, et relativement accessible en termes de prix pour vos lecteurs.

Soyons plus concrets et prenons un exemple. Vous êtes professionnel, ou vous avez simplement de l’expérience à partager dans le domaine de la cuisine. Vous pouvez vous adresser à tous ceux qui, comme vous, veulent épater leurs amis ou surprendre leur conjoint avec un dîner inoubliable. Mais voilà, vos lecteurs ont besoin d’être guidés pour acquérir les bons gestes. Vous pouvez donc leur proposer un coaching lors duquel vous montrez les techniques précises à employer et les astuces pour mieux réussir ses plats.

Autre exemple, vous travaillez dans la comptabilité. Pas très engageant à première vue. Pourtant, nombre d’auto-entrepreneurs et créateurs de business en ligne ont besoin de conseils dans ce domaine. Vous leur proposez donc 1h à 2h de coaching pendant lequel vous répondrez à toutes leurs questions. Vous leur proposerez aussi des outils et solutions pour optimiser leur gestion au quotidien.

Pour faire simple, le coaching, c’est du conseil personnalisé rémunéré. Ce type de service peut débuter à quelques dizaines d’euros et jusqu’à 300 € et plus, en fonction du domaine.

 

Vendre des formations en ligne

La méthode la plus pérenne pour vivre de son blog est de proposer des cours et des formations en ligne. Cela demande un gros travail de préparation en amont, car il n’est pas question de vendre un contenu pauvre ou médiocre. Dans ce cas, vos acheteurs verraient vite le pot aux roses et vos ventes s’effondreraient rapidement.

Il existe plusieurs manières de rentabiliser ses connaissances et compétences. La formation en ligne est le moyen qui permet d’automatiser vos rentrées d’argent sur le long terme. Mais avant que ce ne soit le cas, il convient de mener un travail de promotion pour faire connaître votre contenu. Pensez aussi que cela demande un investissement pécuniaire plus conséquent pour vos lecteurs. Ils hésiteront donc davantage à acheter ce type de « gros » produit. L’idéal est de mettre en avant des témoignages. Si vous n’en avez pas encore, vendez un résultat avec une promesse. Attention, ce ne doit pas être du flan !

Prenons le cas d’un coureur. Sans être un grand marathonien, vous avez l’habitude de courir chaque semaine et pouvez couvrir 20 km sans problème. En parallèle, vous suivez un régime équilibré et connaissez quelques recettes délicieuses et bonnes pour la santé. Vous pourriez montrer à vos lecteurs qu’il est possible de retrouver la forme et faire fondre leurs kilos en suivant votre programme complet sur 8 semaines, 3 mois, 6 mois, etc. N’hésitez pas à proposer plusieurs formules.

La formation et les cours en ligne sont un excellent moyen de se rémunérer et vivre de son site web. Attention tout de même, le contenu doit être de grande qualité. Vos acheteurs doivent avoir le sentiment de rentabiliser leur investissement.

 

Monétiser des mini-produits

Vous souhaitez peut-être créer un blog sans pour autant en vivre à plein temps. Si votre but est simplement de vous constituer un petit revenu complémentaire, monétiser des mini-produits est une piste à explorer.

Vous bloguez quelques heures par-ci, par-là, mais vous n’avez pas le temps de créer une formation ni de vous investir dans du coaching personnalisé. Pensez aux mini-produits. Ce sont de petits documents, au format PDF ou bien vidéo, qui apportent un conseil, une astuce. Il ne s’agit pas de répondre à un besoin fondamental de votre communauté, mais plutôt d’apporter des petits « tips » pour l’aider au quotidien.

Vous êtes par exemple femme au foyer et vous créez régulièrement des supports d’activités parascolaires pour vos enfants. Vous partagez également vos sorties et votre vie de famille avec vos lecteurs et abonnés. Votre audience apprécie votre contenu, le commente et le partage. Pourquoi ne pas rentabiliser ce temps ? Vous pourriez proposer sur votre blog des documents PDF qui regroupent des activités et supports pédagogiques à imprimer. Pensez à les décliner sur plusieurs thématiques : les saisons, Noël, les héros préférés de vos enfants, etc.

Ce type de produit doit répondre à un besoin ponctuel. On peut penser par exemple à un planning détaillé de recettes pour 1 semaine, un ensemble de mini-vidéos pour apprendre à se relaxer avant de dormir, etc. Ce type de mini-document doit être accessible. Le prix se situe entre 1 € et 8 € environ pour provoquer l’achat. Si le contenu est intéressant et souvent renouvelé, votre audience achètera régulièrement.

 

Promouvoir un espace abonnement

Si vous adorez créer du contenu, vous pouvez promouvoir un espace abonnement. En s’inscrivant par mail, vos lecteurs vont s’abonner à vos conseils et vos astuces. Vous allez leur proposer, moyennant une tarification mensuelle, un espace sur lequel ils auront accès à des contenus exclusifs.

Vous adorez la photographie et c’est même une passion. Vous cherchez sans cesse à améliorer vos prises de vue et vous êtes constamment au fait des nouveautés en ce qui concerne le matériel. Je vous invite à créer un espace abonnement dans lequel vous proposerez des articles et tests inédits sur les nouveautés en matière de photographie.

Vous pourriez vous filmer et expliquer des techniques pointues, rédigez aussi des articles longs, détaillés et illustrés. Le but est de proposer sans cesse de la nouveauté. Le lecteur doit découvrir des contenus uniques. En plus des vidéos et articles, vous pouvez mettre en avant l’accès à une formation par mois. Il s’agit simplement d’un cours sur un thème spécifique : réussir ses photos en macro ou savoir photographier un portrait par exemple.

Ici encore, vous devez proposer de la valeur ajoutée à l’audience de votre blog. Il faut lui procurer un sentiment de proximité et d’exclusivité.

 

Se rémunérer avec l’affiliation

Une des techniques les plus utilisées pour créer un blog rémunéré est l’affiliation. Le fonctionnement est simple à comprendre. Vous écrivez des articles, des guides d’achat ou des vidéos de présentation pour un ou plusieurs produits. Un lien est prévu pour que votre audience clique dessus et puisse les acquérir. Vous touchez en contrepartie une rémunération sur le prix d’achat.

Si vous voulez promouvoir des produits en ligne sans avoir la contrainte de gestion des stocks ni du service client, optez pour l’affiliation. Sachez toutefois que les programmes d’affiliation (notamment chez Amazon) sont peu rémunérateurs, à moins d’avoir un trafic important. Cela peut tout de même être le moyen de gagner de l’argent en ligne avec une méthode peu contraignante.

Si vous êtes un adepte de produits high-tech et que vous aimez tester les nouveautés, proposez des guides d’achat et des tests. Mettez à l’honneur les meilleurs produits pour vos liens d’affiliation. Gare à vous en cas d’items défectueux ou pauvres en qualité ! Vos lecteurs seront mécontents de vos mauvais conseils et vous risquez de perdre du trafic. Au contraire, si vous proposez systématiquement des avis honnêtes et utiles, foncez.

Vous ne serez probablement pas millionnaire uniquement grâce à l’affiliation, autant vous le dire. Le pourcentage de rémunération est très variable selon les produits que vous recommandez et beaucoup d’autres facteurs entrent en jeu. Réfléchissez donc à votre stratégie, selon votre thématique, avant de choisir cette technique de monétisation. Elle n’est pas intéressante pour tous les projets. Par exemple, les produits numériques (comme les formations en ligne) sont souvent plus rémunérateurs que les produits physiques (les livres, par exemple).

 

Vivre de son blog en vendant des produits en ligne, c’est possible

Avant de vous enthousiasmer à l’idée d’obtenir des revenus grâce à un blog, sachez que cela demande du temps. Vivre de son blog est possible, mais anticipez sur la durée nécessaire pour vous constituer une audience fidèle et promouvoir vos contenus. Il vous faut créer des réponses pertinentes aux problèmes de vos lecteurs. Dernier point essentiel : choisissez votre thématique et votre positionnement avec soin. Demandez-vous si vous répondez à un besoin, et si cela peut se vendre !

 

Elise Lechanoine

 

Image par Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

Pin It on Pinterest