Entreprendre pour prendre confiance en soi, contradictoire vous dites ? Hum, pas si sûr ! Attendez-voir, 2 minutes.

J’ai longtemps cru que mon manque de confiance en moi était un frein dans mes projets. J’ai longtemps pensé que c’était un boulet que je trainais péniblement derrière moi, au quotidien. J’avais tellement de croyances du genre « je n’y arriverai jamais », « il faut d’abord que je me sente bien dans mes baskets avant de faire ceci, cela », « personne ne me fera confiance, si je ne me fais pas confiance à moi-même », « autant arrêter maintenant, je ne peux pas réussir dans l’entrepreneuriat, moi », etc.

Mais si on regardait ça sous un autre angle ? Et si c’était l’entrepreneuriat qui me donne des ailes, qui me booste, qui m’élève. Et si entreprendre pour prendre confiance en soi c’était vraiment possible ?

Si ça vous dit, je vous raconte un peu mon histoire et mon vécu pour en discuter. Parce que je peux vous le dire, entreprendre et créer mon propre parcours professionnel, c’est un sacré challenge, mais c’est aussi une sacrée réussite pour moi. Le chemin est encore long. Je ne suis pas arrivée où j’en suis aujourd’hui sans peine. Mais si je peux aider ou inspirer ne serait-ce qu’un ou une d’entre vous, alors ça me remplirait de joie !

Entreprendre pour prendre confiance en soi ou avoir confiance en soi pour entreprendre ?

Je dois bien avouer que je me sentais super intimidée quand j’ai décidé de lancer ma propre entreprise. Je voyais autour de moi toutes ces entrepreneures inspirantes, motivantes, rayonnantes ! Elles avaient toutes l’air de réussir, d’être épanouies, de gérer leur vie pro à la perfection, etc.

Pour être honnête, ça fait aussi partie des raisons qui m’ont poussée à me lancer. Elles me faisaient rêver ces femmes-là. Je les enviais secrètement. J’avais envie d’être comme elles. J’avais envie de ressentir la puissance de la girlboss. Moi aussi je voulais me sentir importante et indépendante.

Mais je me disais que je n’en étais pas capable. Que j’avais beaucoup de chemin à faire avant de leur arriver même pas à la cheville. En fait c’était terrible, j’avais vraiment zéro confiance en moi et je n’arrivais pas à m’apprécier à ma juste valeur.

Et puis j’ai compris qu’en fait, j’idéalisais beaucoup ces personnes-là. Non elles n’étaient pas parfaites. Oui elles avaient des doutes elles aussi, elles travaillaient beaucoup sur elles, elles se plantaient et recommençaient. Ce n’est pas parce qu’elles sont extraverties et semblent à l’aise que tout est plus simple pour elles, pas du tout.Mais la différence c’est qu’elles osaient.

C’est là que j’ai compris : OK, je dois y aller et la confiance viendra avec l’expérience.

entreprendre pour prendre confiance en soi

Se protéger et entreprendre à son rythme

Vous le savez, je suis très timide, introvertie et je souffre d’une phobie dite « sociale » pour couronner le tout. Mon intention n’est pas de faire pleurer dans les chaumières (coucou la vieille expression 😂), mais simplement de vous dire que je reviens de loin.

Si je vous parle de ça, c’est parce que je connais bien. Vu mon caractère, il aurait été certainement plus simple d’abandonner et de trouver un job sécurisant et rassurant. Mais c’était hors de question pour moi.

D’abord parce que, on ne va pas se mentir, ça me rassurait énormément de travailler de à la maison et de ne pas affronter un patron, une patronne, des collègues au quotidien. J’ai beaucoup de mal à me plier à la hiérarchie. L’avantage d’être freelance, c’est que j’étais tranquille chez moi, sereine.

Et puis parce que malgré ma timidité, j’ai de l’ambition. Je rêve en grand. Mes peurs me poussent souvent à reculer ou à me freiner dans mes envies. Mais au fond de moi, j’ai ce truc qui me pousse à créer ma vie comme je l’entends.

Par contre, j’ai vite appris que je ne devais pas me comparer aux autres pour faire comme la voisine. Je sais que je dois prendre mon manque de confiance en moi au sérieux. Je ne dois pas m’abîmer. Alors ce n’est pas grave, je vais plus lentement, je prends d’autres chemins, mais j’y vais.

À partir de là, chaque marche est une victoire ! Et on vous le dit tout le temps, il faut célébrer ses victoires, même les petites !

entreprendre pour prendre confiance

Comment entreprendre quand on n’a pas confiance en soi ?

Vous vous dites peut-être que c’est bien beau tout ça, mais comment vous pouvez faire pour entreprendre vous aussi, si vous manquez de confiance en vous ?

Parlons concrètement. Il y a plusieurs choses que j’ai faites pour m’aider à me lancer et que je fais toujours pour continuer d’avancer.

1. Me laisser le temps de trouver le bon moment.

Ça c’est un conseil que j’aurais aimé entendre à mes débuts. On entend partout qu’il faut passer à l’action tout de suite, que c’est ce qu’on fait qui a de l’importance. En réalité, moi j’étais terrorisée à l’idée de faire quoi que ce soit avant d’être certaine que c’était parfait. Bien entendu, ça ne sera jamais parfait, donc il ne faut pas attendre ça.

Par contre, c’est OK d’attendre le bon moment avant d’entreprendre une action, un changement, etc. Parfois, il me fallait plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant d’oser démarcher un client par exemple.

Mais je pense sincèrement que c’était la bonne chose à faire pour moi. Parce qu’au moins je me sentais prête. Si je m’étais obligée à le faire plus tôt, peut-être que j’aurais mal formulé mon message, peut-être que je n’aurais pas eu l’air professionnelle parce que j’étais trop sous pression, etc. Et ça m’aurait blessé, ça aurait baissé mon estime de moi.

Donc c’est OK de prendre son temps pour se préparer mentalement et y aller quand c’est le bon moment. Parce que si vous vous sentez prête, ça se passera bien. Et si ça se passe bien, ça vous booste et ça augmente votre confiance en vous.

2. Suivre des personnes inspirantes

C’est venu très rapidement dans mon quotidien d’entrepreneure, ça aussi. Suivre des personnes inspirantes. J’ai besoin d’être boostée, j’ai besoin d’écouter et d’entendre des discours inspirants et ambitieux.

Je sais que ce n’est pas l’état d’esprit que j’arrive à avoir par moi-même au quotidien et ce n’est pas grave. Il ne faut pas culpabiliser de ne pas avoir naturellement le bon « mindset ». Ce fameux mot à la mode qui semble indispensable pour réussir.

En vérité, l’important c’est de le vouloir. Alors si pour ça j’ai besoin d’un petit coup de pouce, eh ben pourquoi pas. J’ai vite découvert le monde des podcasts qui m’a teeeeeeellement aidé !

Je n’avais plus qu’à choisir les personnes avec qui j’accrochais le plus. J’alterne souvent entre bottage de fesses et messages doux selon mon humeur. Si je me sens vulnérable, je vais plutôt écouter des messages positifs, attentionnés. Je pense notamment à « Être soi » de Julie Kinoko. Si je me sens forte et rayonnante, alors je vais écouter des épisodes plus punchy, plus dynamique et no bullshit, comme ceux d’Aline de « The BBoost ».

3. M’entourer d’autres entrepreneures positives et bienveillantes

Une fois que j’ai commencé à me sentir un peu mieux dans mes baskets, un peu plus à ma place et que mon syndrome de l’imposteur s’est un peu calmé : j’ai réussi à aller vers les autres. Encore une fois, je l’ai fait quand j’ai senti que j’étais prête.

J’ai accepté d’avoir besoin d’aide, d’avoir besoin de m’entourer, de partager, d’échanger, de ne pas rester seule dans mon coin. Même si ça me faisait peur. Petit à petit je suis sortie de ma bulle de protection et en fait je me suis rendu compte que les autres entrepreneures avec qui j’échangeais étaient hyper gentilles, certaines étaient comme moi et ça m’a énormément rassurée.

4. Ne pas me reposer sur mes lauriers

Ça m’a donné suffisamment de confiance en moi pour continuer de faire un petit pas de plus, régulièrement. Parce que s’il y a bien une phrase qui me terrifie c’est celle-là : il faut sortir de sa zone de confort.

Au secours ! Je sais que c’est vrai, mais ça me semble toujours violent quand c’est dit comme ça. Alors, comme pour tout le reste, je me calme et je me dis d’accord, mais à mon rythme.

Si je m’écoute sincèrement, je sais quand je peux me donner un petit coup de pied aux fesses ou quand il faut vraiment que je me respecte et que j’attende. Mais quoi qu’il arrive, je ne veux pas me reposer sur mes lauriers. Parce que même si c’est confortable, c’est ça qui me renferme dans mon petit cocon et m’empêche d’avancer.

Quand j’arrive à me dépasser, à accomplir quelque chose qui me semblait difficile, c’est là que j’ai ce shoot d’adrénaline, c’est là que j’ai ce boost, cette sensation d’être inarrêtable. C’est ça qui donne confiance en moi.

Par exemple, faire des stories face cam pour choisir sa formation. Si c’est super simple pour d’autres, pour moi c’est une montagne ! Une fois que j’ai réussi à le faire une fois et que j’ai vu que ça s’est bien passé, alors j’ai gagné un peu plus en confiance et j’ai réussi à le refaire. Maintenant, je peux me challenger pour faire un live pourquoi pas, maintenant que les stories c’est OK.

5. Me former pour renforcer mes compétences

Me former a également fait partie intégrante de mon évolution. On a parfois tendance à bloquer sur telle ou telle chose parce qu’on ne sait pas comment faire. Au lieu de rester dubitative et peu sûre de moi, dans mon coin, j’ai décidé de me former.

J’ai toujours pris le temps de choisir des bonnes formations, of course! Elles m’ont non seulement appris des disciplines que je ne maîtrisais pas. Mais elles m’ont également donné de la confiance, de la motivation et de nouvelles personnes avec qui discuter.

Tout ça est très important pour prendre confiance en soi et avancer.

 confiance en soi

À lire aussi – Se Former en Dehors de l’École : Quelles Options ?

Est-ce plus facile d’entreprendre quand on est extravertie ?

Eh bien pas forcément, finalement. C’est ce que nous explique Louise dans l’épisode de podcast. Ce n’est pas parce qu’on est extravertie et qu’on a confiance en soi que tout est plus simple.

Ce sont plutôt les difficultés qui ne sont pas les mêmes. Dans son cas, c’est la patience qui lui fait défaut. Alors tous les petits bugs, les aspects techniques à maîtriser, et autres, c’est compliqué pour elle.

Elle peut se dire qu’elle n’y arrivera jamais toute seule, qu’il lui faut de l’aide, etc.

Se sentir légitime dans son activité, c’est aussi quelque chose de délicat. Même si elle ne souffre pas de manque de confiance. Mais je vous laisse écouter son témoignage, elle en parle beaucoup mieux que moi !

 

Entreprendre pour prendre confiance en soi

Ce qui nous brise le cœur c’est de voir des personnes qui se limitent par manque de confiance. Alors, ce qu’on veut vous dire ici, c’est que ce n’est pas grave d’avoir peur, ce n’est pas grave de ne pas faire comme tout le monde. Mais si vous voulez entreprendre, créer votre propre métier, écoutez-vous et demandez-vous ce qu’il vous faut pour y arriver.

Si je peux le faire, alors vous aussi. Vraiment. Si vous avez besoin de plus d’aide, allez la chercher. Si vous avez besoin de plus de temps, accordez-vous plus de temps.

Entreprendre pour prendre confiance en soi c’est possible. On est toujours fières de réussir à créer quelque chose par nous-mêmes, quel que soit le chemin. On pourrait dire encore tellement de choses à ce sujet, mais l’article serait beaucoup trop long.

On espère que ça vous a déjà aidé un peu ! Si vous avez des questions ou d’autres sujets que vous aimeriez aborder, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Sur le même thème :

Pin It on Pinterest

Share This