Reconversion professionnelle et numérique : quand la cause devient la solution

Alors que l’arrivée des réseaux sociaux et du web révolutionne le monde de l’entreprise, certains employés se sentent désorientés. Ils cherchent leur place, leur rôle dans ce monde nouveau qui s’accélère sans cesse. Ils remettent en cause leur carrière, s’interrogent sur leur positionnement en tant que salariés. Reconversion professionnelle et numérique : quelles interactions ? Le web, à l’origine de cette remise en question, parfois de toute une carrière, est aussi la clé d’un nouveau processus salvateur, le premier pas vers une renaissance professionnelle et personnelle.

Se reconvertir professionnellement, ce n’est pas que changer de métier

Redonner du sens à sa vie

La vraie question qui remet en cause une carrière professionnelle est le pourquoi. Pourquoi ai-je envie de changer ? Pourquoi avais-je choisi ce poste ? La quête de performances est si omniprésente qu’elle prend place dans notre ressenti de bonheur au travail. Changer de vie professionnelle, c’est prendre un nouveau chemin qui nous remet sur les rails de nos motivations profondes.

S’épanouir professionnellement est aujourd’hui la base d’une carrière.

La recherche du confort, un critère subjectif et personnel

Viennent alors tout naturellement, les remises en question et interrogations existentielles. Quelles sont mes priorités ? Où ai-je envie de dépenser mon énergie ?

Le critère principal et commun à tous les porteurs de projets de reconversion professionnelle est la notion de confort et de bonheur au travail. Certes subjectif, ce besoin se décline selon les personnes en différentes intentions.

  • Être en phase avec ses valeurs ;
  • Sortir de l’ennui ;
  • Accéder à de meilleures conditions de travail ;
  • 47 % des sondés veulent découvrir « autre chose ».

Ainsi, certains salariés décident de quitter leur entreprise et se lancer dans l’entrepreneuriat pour acquérir une autonomie décisionnelle et organisationnelle. D’autres actifs, au contraire, traduisent le besoin de confort par le choix de la voie du salariat, comptant surtout sur la régularité financière.

Confinement, accélérateur de ces changements de carrière

Déjà dans un processus de quête de sens, les internautes ont augmenté de 40 % leurs visites sur les sites de formation pendant la première période de confinement en mars 2020. Cette période d’isolement a fait office d’accélérateur de projet professionnel ou personnel et de priorisation.

D’une part, les gens ont pris conscience de l’importance de leur environnement physique et social.

  • Dans quel cadre géographique ai-je envie d’évoluer ?
  • De qui ai-je envie d’être entouré au quotidien ?

D’autre part, ils ont opéré un retour aux valeurs traditionnelles, la famille, les liens sociaux, l’empathie et l’aide aux autres. On note notamment que les formations dans les domaines médicaux, médico-sociaux et paramédicaux ont le vent en poupe. La crise de la COVID-19 a remis les soignants et leur dévouement sur le devant de la scène et donne envie à tout un chacun de jouer un rôle dans ce secteur d’activités.

Avec les moyens de communication modernes, la vie professionnelle s’est accélérée

La prise de conscience des 40-55 ans

La génération des quadras et plus a vu débarquer sur son bureau nombre de sources informationnelles nouvelles. Après un début de carrière avec un téléphone fixe et parfois un fax au bout du couloir, voilà que les courriers électroniques fusent en temps réel, que le téléphone portable ne cesse de sonner. Comment se positionner en tant qu’être humain au milieu de cette vague d’information constante ?

Devoir continuellement remettre en cause son planning de rendez-vous et changer ses priorités n’est pas toujours le quotidien dont ils avaient rêvé. Enfants ou même étudiants, la vie professionnelle s’imaginait épanouissante et gratifiante. Qu’en est-il 20 ans plus tard ? Les sollicitations assaillent et les visioconférences remplacent la chaleureuse poignée de main.

Les moins de 30 ans, nés avec Internet, ont déjà les bons réflexes

À l’inverse, et c’est tout à fait logique, les trentenaires et jeunes actifs manient ces médias avec une dextérité déconcertante pour amener les entreprises vers une visibilité accrue et un indiscutable élargissement des liens sociaux.

La communication digitale et le web, déclencheurs de ce besoin de réorientation professionnelle

Les réseaux, une fenêtre ouverte sur les autres entreprises

Finalement, ces réseaux et ces flux d’information entrante s’avèrent être une véritable mine d’or sur le monde extérieur. Actualité des entreprises, nouveaux marchés, la communication via les réseaux sociaux fournit nombre de pistes sur les opportunités professionnelles, mais aussi sur le monde du travail en général. Cela donne l’occasion de poser un regard nouveau sur le marché de l’emploi et y trouver sa place ou tout au moins comprendre que l’on a ses chances.

Parallèlement, les retours d’expériences négatives et autres burn-out confortent dans le sentiment qu’il est primordial de bien vivre sa carrière professionnelle.

Regard sur les autres parcours

Être connecté aux réseaux sociaux, c’est aussi accéder à un formidable vivier expérimental où l’on regarde les autres évoluer et nous donner exemple. Bon ou mauvais, ce sont des parcours témoins que l’on suit chaque jour.

L’arrivée des podcasts, notamment, permet de se renseigner en temps masqué. Écouter un podcast qui parle des métiers du web alors que l’on conduit ou rentre en métro donne l’opportunité de s’intéresser aux autres secteurs d’activité et de découvrir, pourquoi pas, des voies d’avenir insoupçonnées. Des vocations naissent alors.

Étudier et approfondir son projet de reconversion professionnel est nettement facilité par l’accès au digital.

Reconversion professionnelle et numérique : le web, accélérateur de performances

La remise à niveau des compétences

De même, c’est encore par les réseaux sociaux que l’on s’informe et que l’on juge de sa capacité à se réorienter. Bref, on travaille sa décision.

Ainsi, on fait un bilan de compétences, on prend rendez-vous en ligne avec un conseiller spécialisé, on consulte son Compte Personnel de Formation, dit CPF.

Avec les coachs mentaux en ligne, on se teste, on fait un vrai travail d’introspection depuis son canapé ou à la pause déjeuner confortablement installé sur un banc public.

Enfin, le large choix de formations en ligne rend toute envie réalisable. Certains sites nous enseignent même l’art de choisir sa formation.

La montée en compétences vers un nouveau métier

Une fois, la décision mûrie et la nouvelle voie décidée, ce sont toujours les espaces digitaux sociaux et canaux de communication numérique qui nous aident à :

  • Faire le point des compétences professionnelles ;
  • Valider les acquis ;
  • Nous mettre en relation avec les organismes concernés (Fongecif, Pôle Emploi, APEC) ;
  • Travailler sa phase de reconversion ;
  • Élaborer un projet professionnel structuré ;
  • Prendre un congé individuel de formation ;
  • Suivre une formation en ligne pour apprendre un nouveau métier — E-learning.

Le web, la plaque tournante des rencontres professionnelles et projets de reconversion

Les plateformes sociales valorisent les profils

À ce jour, on considère que 60 % des actifs ayant fait l’objet d’une reconversion l’ont réussie grâce aux réseaux sociaux. Travailler son profil sur LinkedIn, Viadeo, ou même Twitter, Instagram ou Facebook est l’idéal pour mettre en valeur tant les softs skills (compétences générales) que les hard skills (compétences techniques).

C’est l’occasion ou jamais de mettre en exergue notre savoir-faire, mais aussi nos valeurs, notre manière de penser et de communiquer. C’est en quelque sorte un curriculum vitae vivant.

Si cette vitrine dynamique détaille le parcours, elle apporte aussi un élément nouveau, mais de taille, les recommandations. Les anciens employeurs, collègues, partenaires et collaborateurs donnent leur sentiment sur la relation professionnelle qu’ils ont vécue et les compétences de la personne.

Les chercheurs passifs, qui ne font que de la veille vont être contactés sans même postuler

Saviez-vous que 80 % des recruteurs effectuent leurs recherches parmi ces réseaux ? Être présent et visible est un moyen tout simple d’être contacté sans même avoir postulé. S’inscrire est une façon de se mettre sur le marché de l’emploi sans quitter son poste ni parcourir les petites annonces. D’ailleurs, la plupart des agences intérims et cabinets de recrutement vous invitent à vous inscrire en ligne, dès la première visite sur leur site Internet.

Cela permet aussi de mesurer la manière dont votre profil est perçu.

Les actifs optimisent leur visibilité et adoptent une stratégie communicationnelle

Mais c’est avant tout un lieu de rencontre et d’échanges. Poster, liker, commenter est le début du réseautage. Réseautage, étape incontournable dans une stratégie de communication numérique. Rencontrer de nouveaux profils, échanger sur les expériences, les besoins enrichit formidablement le candidat.

Il communique en laissant le partenaire venir à lui. On parle alors de stratégie inbound.

L’idée est de se créer une communauté active.

En contrepartie, il a désormais accès à pléthores d’offres d’emploi, sans même se déplacer.

Recherche d’un nouveau job ? Qui a parlé de se déplacer ?

Réussir sa reconversion grâce au digital

Se reconvertir dans un métier du web

Si la communication digitale est à l’origine de la reconversion professionnelle, et qu’elle contribue à sa mise en route, elle peut aussi être une fin en soi. Les métiers du numérique sont des métiers d’avenir et choisir de se reconvertir dans un métier du web est judicieux. Ainsi, de nouvelles carrières naissent :

  • Formateur en ligne ;
  • Coach professionnel, sportif ou mental à distance ;
  • Maître de visioconférences, etc.

Oser se lancer car on maîtrise sa visibilité

Cela va même plus loin. Quand on sait qu’en France, un nouveau site marchand naît toutes les 30 minutes et que la tendance est au D To C (direct To consumer), on comprend que la peur de ne pas vendre sera de moins en moins un frein pour se lancer dans la création d’entreprise et l’infoprenariat.

Sachant que la majorité des sites réalisent moins de 100 transactions par mois, on comprend que les petites boutiques et artisans prennent un réel marché, en profitant de cet énorme potentiel dont bénéficie la vente en ligne.

Les professions libérales aussi misent sur la téléconsultation

Diététiciens, profs de yoga, coachs, nombreuses sont les activités libérales qui se développent grâce au digital. Se reconvertir dans un métier qui demande de se créer une clientèle est alors un défi moins impressionnant qu’il y a encore une dizaine d’années.

Là encore, l’effet confinement n’y est pas étranger.

De nouvelles habitudes numériques ont pris place dans la vie professionnelle.

Vivre de son blog

Enfin, autre levier et non des moindres, vivre de son blog est désormais chose possible. Avec les différents moyens de monétisation de son site ou de son blog, se rémunérer d’une activité de service en ligne, ou de produit numérique est un réel débouché.

Vous voulez en savoir plus ? C’est juste ici pour télécharger votre Ebook qui vous dira tout.

Maintenant, vous savez tout et surtout que si l’accélération des moyens de communication est à la source du nombre de repositionnements professionnels, elle est aussi la clé de la réussite de ces reconversions.

Je prends mon avenir en main, je me renseigne sur les formations en ligne.

Cet article peut aussi vous intéresser :

Entreprendre pour prendre confiance en soi

Encore merci à Christelle pour sa participation et merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout !

Pin It on Pinterest

Share This